Didier Dubasque
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Pauvreté des enfants : la France pointée du doigt / Lien social à l’agonie, résiste / La CAF condamnée

Bonjour et bienvenue à cette revue de presse, où se mêlent tristesse, réflexions et réalités souvent méconnues. Aujourd’hui, nous plongeons dans l’adieu de Jacques Trémintin à « Lien Social », un journal au bord de l’extinction, symbole d’un engagement journalistique sincère et passionné. L’impact de la pauvreté infantile en France, révélé par un rapport de l’UNICEF, nous interpelle sur l’urgence d’actions concrètes pour les plus jeunes parmi nous. Nous explorerons ensuite le récit de Magali et Serge, dont la vie a été bouleversée suite à un contrôle de la CAF, illustrant la fragilité des filets de sécurité sociaux. Ces histoires, nous invitent à réfléchir sur des enjeux essentiels tels que la précarité, l’injustice et la solidarité. Bonne lecture !


Dans 40 des pays les plus riches du monde, plus d’un enfant sur cinq, vit dans la pauvreté (et la France est très concernée)

Le dernier rapport de l’UNICEF indique que la pauvreté des enfants en France est préoccupante. Ce rapport, couvrant la période de 2014 à 2021, révèle que notre pays se classe en 33e position sur 39 pays analysés en termes de pauvreté infantile au sein des nations de l’OCDE et de l’UE. Avec un taux de pauvreté infantile avoisinant les 19,9 % en moyenne sur la période 2019-2021, la France fait face à des défis majeurs pour améliorer le bien-être de ses enfants. Cette situation est d’autant plus alarmante que la France est considérée comme l’un des pays les plus riches du monde.

Le rapport souligne que les enfants en France vivent des conditions de pauvreté qui affectent leur accès à des besoins fondamentaux tels que l’alimentation, les vêtements, les fournitures scolaires et un logement décent. En 2021, 12,7 % des enfants de moins de 16 ans en France étaient confrontés à des privations matérielles spécifiques, un indicateur révélateur de la gravité de la situation. Les enfants issus de familles monoparentales ou de milieux défavorisés sont particulièrement touchés, avec un taux de pauvreté nettement supérieur à la moyenne nationale.

Face à cette réalité, l’UNICEF appelle la France à prendre des mesures urgentes et efficaces pour lutter contre la pauvreté infantile. Le rapport recommande notamment de renforcer la protection sociale pour les enfants, de mettre en œuvre des politiques familiales adaptées et de garantir l’accès à des services de base de qualité. La réduction significative de la pauvreté infantile en France dépend de la volonté politique et de l’adoption de stratégies ciblées pour venir en aide aux enfants les plus vulnérables du pays. (Lire l’article de l’UNICEF)

 


Lien Social : « Une étoile vient de s’éteindre : chapeau bas ! »

Cet article de Jacques Trémintin évoque avec émotion la disparition programmée du journal Lien Social si aucun repreneur ne se prononce pour le sauver. En mars 2023, Lien Social avait annoncé ses difficultés financières, avertissant qu’une amélioration de sa trésorerie était nécessaire pour survivre. Malheureusement, malgré les efforts, la publication n’a pas pu surmonter la pente financière, aboutissant à une liquidation judiciaire apprise il y a un peu plus d’une semaine.

Jacques, profondément attaché à Lien Social, rend hommage dans son billet à celles et ceux qui ont lutté jusqu’à la fin pour sauver le journal. Il souligne le dévouement et la persévérance de toute l’équipe, y compris les journalistes, les billettistes, et les membres de l’arrière-plan. Ils ont mené une lutte acharnée pour la survie du journal. « L’aventure de Lien Social se sera avérée exaltante. J’y ai participé pendant près de trente ans, avant d’être jeté comme un vulgaire valet de ferme à qui l’on signifie du jour au lendemain son congé. Mais je ne veux en garder que le souvenir des meilleurs moments passés dans ses rangs » écrit-il.

« La publication du n°1350 de Lien Social paru le 28 novembre signe la fin des jours qui étaient de moins en moins heureux ». Mais c’est aussi  « le début d’un terrible cauchemar, il restera ces milliers de pages de reportages, de contributions et de paroles de professionnels que personne ne pourra jamais nous enlever. Lien Social est mort ? Vive Lien Social ! » Conclut-il

Pour autant, l’équipe du journal continue de se mobiliser.

Un message adressé aux abonnés explique pourquoi et comment :  « Aux abonnés, aux amis de Lien Social, aux travailleurs sociaux, Comme vous le savez, Lien Social est en procédure de redressement judiciaire depuis février 2023. Cette procédure s’oriente désormais vers une liquidation de sa forme actuelle, en raison d’une nouvelle et sérieuse impasse de trésorerie. La seule hypothèse dans laquelle notre magazine pourrait perdurer, réside dans notre capacité collective à trouver un repreneur. Néanmoins, pour ce faire, nous devons être en capacité d’assumer nos dernières obligations financières et sociales, au premier chef desquelles figurent les salaires de nos équipes. C’est pourquoi, dans l’attente d’un éventuel repreneur, Lien Social a toujours besoin de votre soutien.

Un hors-série Le social en photos / Donner à voir les invisibles sera disponible en format numérique. Ce sera en contrepartie d’une contribution à la cagnotte Ulule ouverte à cet effet. Vous pouvez adresser vos dons en vous connectant à l’adresse suivante ulule.com/cagnotte-lien-social (au moment où je rédigeais cette revue de presse – jeudi – la cagnotte n’était pas activée.). du numéro 1351 sur la médiation animale n’a pas pu paraître sous son format papier, mais il est en ligne pour les abonnés…

 


La Caf des Landes condamnée pour avoir mis fin au RSA d’allocataires après un contrôle

« On n’a jamais eu énormément d’argent mais là, ça nous a détruits ». Le site en ligne StreetPress, nous apprend que le tribunal administratif de Pau a condamné la Caisse d’Allocations Familiales (Caf) des Landes pour avoir suspendu indûment les aides d’un couple vivant sous le seuil de pauvreté. Magali et Serge, un couple sans emploi avec un fils, vivent dans une précarité extrême. Leurs difficultés financières se sont aggravées après un contrôle de la Caf en avril 2023, lors duquel on leur a réclamé un trop-perçu de 17.722 euros, entraînant la suspension du RSA de Serge et la réduction des APL de Magali​. La journaliste Lina Rhrissi raconte leeur histoire.

Cette situation n’est malheureusement pas isolée. Maître Clément Terrasson, avocat spécialisé dans l’aide aux allocataires de la Caf, souligne que les trop-perçus affectent des millions d’allocataires, souvent à cause d’erreurs de l’organisme, parfois injustifiées​. Magali, atteinte d’une polyarthrite rhumatoïde, et Serge, auteur occasionnel, survivent avec des aides totalisant 1.300 euros par mois. Leur situation s’est dégradée après le contrôle, où il leur a été reproché de ne pas avoir déclaré des aides familiales et des droits d’auteur minimes​.

Cet article nous montre dans quelle spirale infernale les allocataires de la CAF peuvent se retrouver. Magali décrit leur désarroi face à l’accusation de fraude et aux conséquences dévastatrices sur leur santé mentale et leur vie quotidienne​. Encouragée par ses contacts syndicaux, elle a décidé de se battre pour leurs droits. Maître Terrasson critique les actions de la Caf, les qualifiant d’« illégales, vexatoires et humiliantes », et souligne le manque de précision comptable de l’institution​​. Le tribunal administratif lui a donné raison. (lire l’article de Street Press)

 


Lire aussi

 


Photo : Pixabay

Partager

Articles liés :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Catégories
Tous les sujets
Rechercher