Didier Dubasque
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Revue de presse | Le beau parcours de Carole Le Floch / Un 1er ministre « éducatif » / Manif pour la protection de l’enfance

Bonjour et bienvenue à cette revue de presse ! Comme chaque vendredi, voici une sélection d’articles qui aborde le domaine du social et de la solidarité. Tout d’abord, allez découvrir le parcours exceptionnel de Carole Le Floch, ancienne SDF, qui a su se reconstruire grâce à la participation citoyenne. Son histoire, racontée dans un article du Monde, est un véritable plaidoyer pour la confiance et l’empowerment des personnes les plus exclues de la société. Vient ensuite  un éclairage sur le premier internat éducatif expérimental lancé par le Premier ministre Gabriel Attal à Nice. Cette initiative, destinée aux jeunes en décrochage scolaire, vise à leur offrir un cadre éducatif alternatif. Toutefois, certains s’interrogent à juste titre sur la pertinence et la faisabilité de ce dispositif. Enfin, je vous invite à prendre connaissance de la mobilisation des travailleurs sociaux de Loire-Atlantique, qui dénoncent le manque de moyens alloués à la protection de l’enfance. Une situation alarmante qui met en danger des centaines de mineurs en attente d’une mesure de protection à domicile ou d’un lieu sécurisé. Sans oublier de nombreux liens susceptibles de vous intéresser… Bonne lecture ! 


Carole Le Floch, ancienne SDF : « Porter la parole des personnes précaires a été l’outil pour me reconstruire »

Voilà un article du Monde comme on en aimerait lire plus souvent ! La journaliste a rencontré  Carole Le Floch que j’ai eu le plaisir de côtoyer pendant plusieurs années au HCTS. Le parcours de Carole est certes un peu exceptionnel, mais il nous montre combien il faut croire aux capacités de rebond des personnes les plus exclues de la société. Son histoire mérite d’être contée.

Elle a connu un parcours de vie très difficile, marqué par des violences conjugales et une douloureuse période à la rue. Elle explique très bien comment elle a pu sombrer dans ce qu’elle appelle le « syndrome du duvet profond ».  Elle explique avoir été littéralement sauvée par une travailleuse sociale qui l’a accueillie dans un centre d’hébergement pour femmes victimes de violences.

C’est là qu’elle a découvert la participation citoyenne qui l’a aidée à se reconstruire et à renouer avec la société. Carole a d’abord intégré un groupe d’expression au sein de son centre, puis a été invitée à des réunions du Conseil régional des personnes accompagnées (CRPA de Haute Normandie). Elle a été élue déléguée de cette assemblée de démocratie participative et a représenté cette voix dans d’autres instances comme celle du Haut Conseil du Travail Social, puis ce fut la Haute Autorité de Santé « non plus comme personne accompagnée, mais comme personne qualifiée au titre du savoir élaboré à partir de mon expérience, ce qui était une première ».

« Cette participation, consistant à porter la parole des personnes précaires, aura été l’outil pour me reconstruire », explique-t-elle. Un super article du Monde pour une superbe personne. N’hésitez pas à lire cet article et celui qui parle de Carole et de son livre sur mon blog. (lire l’article du Monde)

Lire aussi

 


Gabriel Attal lance le premier internat éducatif expérimental à Nice

Le Premier ministre Gabriel Attal a lancé lundi dernier le premier « internat éducatif expérimental » pour des jeunes en décrochage scolaire. Il a pour objectif d’accueillir des mineurs sur la base du volontariat des familles,
Pour le premier ministre, ces internats visent à « donner un cadre » aux jeunes et à « couper des mauvaises fréquentations » afin d’éviter qu’ils « tombent dans la délinquance » Il a souligné qu’il y a environ 50.000 places d’internat vides en France actuellement, et que ces internats pourront être une solution pour les parents dépassés. (lire l’article de)
Il y a de quoi ironiser sur cette annonce. C’est d’ailleurs ce que fait Michel Abhervé  dans son blog Alternatives Économiques. Il présente cette communication gouvernementale comme relevant de la « stratégie du coucou ».
Ce professeur d’université spécialiste de l’économie sociale et solidaire (ESS) indique que le Premier ministre s’est « approprié l’initiative ». Il n’est pour rien dans l’action mise en place par le département des Alpes-Maritimes.  Il explique aussi que le coût de 3.000 euros par jeune pour un séjour de 12 jours (soit 250 euros par jour) rend difficile la généralisation de ce dispositif. (lire l’article du blog d’Alternatives Economiques)
Lire aussi :

 


« L’enfance en danger a besoin de moyens » : le message des travailleurs sociaux à la ministre

Ouest France, relate la manifestation des travailleurs sociaux de Loire-Atlantique devant la Maison des adolescents à Nantes le 23 avril, alors que la ministre de l’Enfance, Sarah El Haïry, était en visite. Cette mobilisation, la cinquième depuis février, vise à dénoncer le manque de moyens alloués à la protection de l’enfance, une situation qualifiée de « catastrophique » par les professionnels du secteur.

Les manifestants, parmi lesquels des éducateurs, assistants sociaux, psychologues et parents, ont interpellé la ministre avec des pancartes et des slogans percutants.  Ils déplorent le manque de structures d’hébergement et de personnel, ainsi que le recours à des intérimaires non formés, plus coûteux.

La journaliste Isabelle Moreau a interrogé Laurent Meunier, représentant des travailleurs sociaux. Il souligne que le département fonctionne sans moyens supplémentaires depuis une décennie, malgré l’augmentation de la population locale. (+ 17.000 habitants chaque année). Pour les manifestants, cette situation a des conséquences alarmantes : environ 1 500 mineurs de Loire-Atlantique seraient en attente d’une mesure de protection à domicile, et 310 mineurs en danger dans leur famille attendraient un lieu sécurisé.

Audrey Rousseau-Lesage, assistante sociale, a exprimé son inquiétude face à l’allongement des délais d’attente et à la dégradation des situations familiales. Elle a déploré que, malgré l’identification d’un danger et une décision de justice, aucune intervention ne soit possible faute de moyens, une situation qu’elle juge « insupportable ». (Lire l’article de Ouest France – abonnés)

De son côté Michel Ménard, président du Département de Loire-Atlantique, a adressé une lettre ouverte à Sarah El Haïry. Une lettre remise en main propre à la Ministre lors d’une entrevue à l’Hôtel du Département, mercredi 24 avril, à l’occasion du déplacement ministériel sur le thème de la protection de l’enfance en Loire-Atlantique

 


lire aussi

 


Photo DD : Carole Le Floch lors d’une rencontre à IdealCo en juillet 2021

Partager

Articles liés :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Catégories
Tous les sujets
Rechercher