Le social, ce n’est pas un travail ? / Pauvreté et accueil d’enfants / Rogner les droits des étrangers et des pauvres

« Le social, ce n’est pas un travail ! »

Intéressant ce témoignage de Khouloud K., étudiante, Montreuil. Il est publié par le site ZEP.média (acronyme de Zone d’Expression Prioritaire). Cette jeune femme de 22 ans  a fait le choix d’orienter ses études vers le social. Jamais elle n’aurait pensé que sa décision ferait l’objet de débats sans fin et, qu’au sein de ma famille, cela deviendrait un sujet sensible.

« C’est pas un travail ça en vrai, n’importe qui peut le faire » ; «C’est dommage, t’as des bonnes notes pourtant» ; «Tu gagneras quoi ? Le SMIC ?»«Ah oui, en gros, c’est le truc là où tu te déguises pour faire rire les enfants ?» ; «T’as bien réfléchi ? De toute façon, tu pourras changer si t’aimes pas»… Voilà ce qu’elle a pu entendre de la part de sa famille, de ses amis et connaissances.

Ce récit nous montre aussi combien le travail social est peu considéré dans certaines familles. Il a fallu la crise sanitaire pour se rendre compte que les métiers du social ont leur importance ? demande-t-elle. En tout cas il semble que ce regard évolue à un moment où le gouvernement engage une campagne de communication pour attirer les jeunes vers les métiers du grand âge.  (lire l’article de Zep.media)


Pauvreté et accueil du jeune enfant : le retard français

On peut mieux faire ! Le site en ligne lassmat.fr, nous explique que les études scientifiques analysant le développement des jeunes enfants en situation de pauvreté et l’effet des modes d’accueil sur ce développement sont pour la plupart anglo-saxonnes. Nous ne disposons pas d’études suffisantes en France pour comprendre ce qui se joue dans ces accueils et ce qu’il faudrait améliorer.

Laetitia Delhon, Journaliste spécialisée nous invite toutefois à découvrir un ouvrage publié récemment par la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF). Il dresse un état des savoirs sur ce sujet pourtant si peu exploré. Dans l’hexagone, écrit-elle, il faut se contenter de deux études, l’une issue de la cohorte EDEN l’autre de la cohorte ELFE. Leurs conclusions sont « similaires à celles issues de la littérature internationale, à savoir un effet de l’accueil extrafamilial sur le plan cognitif et peu ou pas d’effet dans le champ socio-émotionnel pour les enfants issus de milieux défavorisés ».

Elle pose 2 questions soulevées par l’étude de la CNAF :

  • Comment conduire une politique publique lorsqu’il est impossible de s’appuyer sur la science ?
  • Comment des professionnels du jeune enfant eux-mêmes précarisés peuvent-ils « rester disponibles aux situations des enfants pauvres » ?

Le document soulève des questions essentielles qui lèvent le voile sur la réalité du secteur conclut-elle (lire l’articcle de l’assmat.fr)


La Défenseure des droits dénonce un discours visant à « rogner sur les droits » des étrangers et plus pauvres

Claire Hédon s’est exprimé en séance plénière d’une convention à Paris réunissant 450 délégués du Défenseur des droits : « On entend une petite musique qui suggère que la solution aux problèmes que l’on rencontre serait de rogner sur les droits, les droits des étrangers, les droits sociaux, notamment des plus pauvres » a-t-elle notamment déclaré.

L’AFP rapporte aussi ses propos sur le système social « Il désigne des boucs-émissaires : si vous souffrez, c’est parce que d’autres ont des droits. C’est comme cela qu’on finit par légitimer les discriminations, les inégalités, les exclusions » a alerté la défenseure des Droits en s’adressant à ses délégués qui interviennent dans toutes les régions. « vous êtes des « remparts » contre « les dysfonctionnements locaux et les atteintes individuelles » aux droits leur a-t-elle dit. Il ne faut pas hésiter à faire appel à eux, notamment si vous êtes témoin de discriminations. (lire l’article de l’AFP publié par FranceInfo)


Lire aussi

 

 

Photo créée par wayhomestudio – fr.freepik.com

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :