Didier Dubasque
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les bonnes nouvelles de 2023 et… Bonne année 2024 !

Ne croyez pas qu’il n’y a eu que des mauvaises nouvelles en 2023. Il est vrai que l’actualité nous montre ce qui ne va pas. Des guerres dans le monde aux conflits sociaux et atteintes aux droits de l’homme, l’année 2023 a eu son lot de mauvaises nouvelles dont certaines sont consternantes. C’est pourquoi cet article tente de nous redonner le moral. Nous en avons tous besoin ! Quelles ont été les bonnes nouvelles de cette année 2023 ? Regardons-les ensemble :

Dans le champ de la santé

L’année 2023 a été significative pour la recherche sur la maladie de Parkinson, avec deux avancées majeures. En avril, une étude parue dans The Lancet Neurology a établi un lien entre l’accumulation d’une protéine particulière dans le cerveau et certaines formes de cette maladie. Cela ouvre la voie à des diagnostics précoces. Cette découverte est cruciale, car jusqu’à présent, le diagnostic de Parkinson se base uniquement sur des symptômes physiques. Agir en amont va permettre de retarder de façon conséquente ses effets.

Et puis, en novembre, un progrès remarquable a été réalisé avec un patient de 61 ans atteint de Parkinson qui a pu remarcher grâce à une neuro-prothèse implantée dans le bas du dos. Cette prothèse fonctionne en envoyant des stimulations électriques précises aux nerfs moteurs des jambes, permettant ainsi leur activation. L’expérimentation, menée par une équipe de chercheurs franco-suisse, prévoit d’inclure six nouveaux patients dans un essai clinique en 2024.

Dans le champ du handicap

En France nous pouvons retenir la « déconjugalisation » de l’Allocation adulte handicapé. C’était une mesure réclamée de longue date par les associations. Elle est entrée en vigueur le 1er octobre dernier. Elle signifie que les revenus du conjoint ne sont désormais plus pris en compte dans le calcul de cette allocation, mettant fin à des situations où la personne handicapée pouvait voir son allocation réduite, voire supprimée, à cause de la situation de son conjoint. Selon les chiffres du gouvernement, quelque 40.000 personnes devraient à terme voir leur allocation augmenter grâce à cette adaptation. Elle pourrait aussi atteindre quelque 80.000 nouveaux allocataires qui jusqu’à présent ne percevaient pas cette prestation malgré la reconnaissance de leur handicap.

Dans le domaine du handicap, plusieurs innovations dans le champ de la recherche médicales offrent des perspectives :

  • Un néerlandais, paraplégique depuis douze ans, a retrouvé l’usage de ses jambes. Cela, grâce à des années de travail de la part de chercheurs français et suisses, qui ont créé un « pont digital » entre le cerveau et la moelle épinière du paralysé grâce à des implants. Ces capteurs équipés d’intelligence artificielle identifient les signaux électriques du cerveau générés par l’intention de marcher.
  • Une équipe de chercheurs chinois est parvenue à guérir la surdité dont souffraient des enfants depuis la naissance. C’est une thérapie génique expérimentale qui a permis d’obtenir ce résultat. Une prouesse inédite qui ouvre des portes pour le traitement des troubles de l’audition et de la vue.
  • Des implants cérébraux ont permis à deux personnes paralysées de communiquer par la parole. Deux femmes atteintes de paralysie, respectivement âgées de 68 et 48 ans, ont pu communiquer entre elles. Leurs pensées ont été « lues » par des implants cérébraux puis traduites en mots prononcés par une voix de synthèse.

 

Dans celui de la diversité

Contrairement à ce que l’on pourrait le penser, les droits des personnes LGBT+ ont continué de progresser dans le monde.  Ce sont deux pays asiatiques qui ont été mis en avant : au Japon et au Népal. Au début de l’année, le Japon a adopté sa première loi visant à protéger la communauté LGBT+ contre les discriminations. De son côté, le Népal a reconnu fin novembre, pour la première fois dans l’histoire du pays, un mariage entre une femme transgenre et un homme cisgenre – le mot « cisgenre » qualifiant une personne qui se reconnaît dans le genre de sa naissance. Le couple s’était marié en 2017 lors d’une cérémonie hindoue et avait dû batailler cinq ans pour voir son union reconnue officiellement.

Dans la lutte contre le VIH

En France, les personnes séropositives vont pouvoir devenir militaires. La fin de cette discrimination avait été annoncée par le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, le lundi 8 mai, jour de célébration de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Un arrêté publié le 10 mai au Journal officiel a revu l’ensemble des critères d’aptitudes pour rentrer dans les forces armées. Ce texte modifie une loi en vigueur depuis les années 1980 et s’applique à la gendarmerie, aux sapeurs-pompiers de Paris et de Marseille, et plus largement à l’ensemble des forces armées. Cette discrimination à l’embauche pour les personnes vivant avec le VIH, le virus responsable du sida, avait déjà été levée pour les policiers en novembre 2022.

Une autre bonne nouvelle pour les personnes séropositives est l’avancée de la recherche : Un sixième patient atteint du VIH a officiellement été considéré en phase de rémission, après avoir été soigné par des chercheurs de Genève et de l’institut Pasteur à Paris. Il avait reçu en 2018 une greffe de moelle osseuse, comme cinq autres patients en rémission avant lui. Mais cette fois-ci, la greffe ne s’appuyait pas sur des cellules souches provenant de donneurs qui avaient naturellement une mutation génétique très rare, connue pour empêcher l’entrée du VIH dans les cellules. Malgré cela le patient est considéré comme guéri sans que l’on ait véritablement trouvé la cause exacte de la rémission.

Dans le champ du social,

Une bonne nouvelle est venue des partenaires sociaux, des syndicats d’employeurs et de salariés. Au grand dam du gouvernement, ils se sont mis d’accord pour revaloriser les retraites complémentaires de plus de 13 millions de salariés du privé (l’Agirc-Arrco). Elles ont été revalorisées de 4,9%. Cette augmentation significative avait pour objectif d’améliorer le pouvoir d’achat des retraités et de reconnaître leur contribution à la société. Bon, il est vrai que l’inflation n’a pas arrangé les choses.

La justice met en place des pôles spécialisés dans la lutte contre les violences intrafamiliales : A compter du 1ᵉʳ janvier, ces pôles doivent être institués, de manière impérative, au sein des tribunaux judiciaires et des cours d’appel, afin de faire travailler ensemble tous les acteurs de la chaîne judiciaire.

Le budget de l’État a désormais prévu d’intégrer l’égalité hommes femmes. Cette annonce faisant suite à un rapport parlementaire. « la budgétisation intégrant l’égalité » doit permettre de repérer les biais qui nuisent dès le départ à l’égalité salariale des hommes et des femmes. À titre d’exemple, une telle méthode d’analyse genrée du processus budgétaire a notamment permis de déceler la raison pour laquelle les femmes étaient plus souvent blessées que les hommes lors des périodes d’enneigement dans la ville de Stockholm. Cela résultait, en effet, de la décision par les autorités locales de prioriser le déblayage des routes par rapport à celui des trottoirs, davantage empruntés par les femmes. Ce type d’approche sur les choix budgétaires va être mis en œuvre dans notre pays pour mieux lutter contre ces inégalités.

Pour l’environnement

Nous pourrions ajouter les bonnes nouvelles de l’année pour la planète : la mise en circulation des trains de nuits à tarifs réduits va permettre de mieux utiliser ce moyen de transport écologique pour de longues destinations (par ex. entre Paris et Berlin) avec un bilan carbone très intéressant comparé à l’avion. Il faut aussi retenir le développement des transports publics gratuits dans certaines villes : En France, la gratuité totale s’applique actuellement au sein de 43 territoires (6 de plus 100.000 habitants et 10 territoires entre 50.000 et 100.000 habitants pour 466 communes desservies).

Autres bonnes nouvelles sur l’environnement et l’avenir de la planète, le mix électrique mondial n’a jamais été aussi décarboné. C’est le site de référence « Bon pote »qui le dit et l’explique. La décarbonation est dûe notamment aux énergies renouvelables qui poursuivent leur croissance à un rythme historique. S’il est encore trop tôt pour affirmer que ce sont les politiques de Lula qui ont porté leur fruit, la déforestation baisse au Brésil. Un enjeu de taille pour éviter un point de bascule en Amazonie. D’autres signaux faibles de ce type sont également à saluer, comme la baisse des émissions de CO2 sur le territoire français de -4,6% sur les neuf premiers mois de l’année 2023. C’est sans contestation possible une bonne chose, la baisse des émissions étant toujours une bonne nouvelle, que cela soit pour raisons conjoncturelles ou structurelles. Ou encore les équipes de France de football qui prendront le train pour les trajets courts… qui aurait pu prédire cela, il y a encore trois ans ?

Et pour le travail social ?

Enfin, je terminerai ce tour d’horizon des bonnes nouvelles avec la parution du Livre Blanc du Travail Social. C’est en effet la première fois qu’un diagnostic global, complet et détaillé est posé pour l’avenir de nos métiers. Ce rapport est accompagné de propositions qui font l’unanimité (même si on revient de loin et qu’il faudrait pour certains en faire plus). Face à une crise sans précédent, le Livre Blanc propose une série de transformations : après avoir rappelé qu’il est nécessaire de revaloriser les salaires des professionnels, il souligne la nécessité d’une amélioration des conditions de travail pour attirer et retenir « les talents ».

Cette valorisation des métiers passe aussi par une réforme des organisations de travail, favorisant l’autonomie et l’expertise des salariés qui manque aujourd’hui. La recherche-action est mise en avant comme un moyen d’innover et d’évoluer dans les pratiques professionnelles. On ne peut qu’être en accord sur ce sujet maintes fois abordés.

Il ne reste plus qu’à espérer que le contenu de ce rapport soit pris en compte dès l’année prochaine, Cela entre dans la catégorie des vœux que nous pouvons formuler pour la nouvelle année !

Et pour vous, y a-t-il eu d’autres bonnes nouvelles ? N’hésitez pas à les signaler dans les commentaires de cet article, afin que je puisse les ajouter !

En attendant, je ne peux que vous souhaiter un bon réveillon à toutes et à tous et bonne année 2024  ! Avec une pensée particulière pour toutes celles et tous ceux qui aujourd’hui encore dorment dans la rue et ne bénéficient pas de toute l’hospitalité qui devrait leur être dûe.

A bientôt.

 


 

Photo : freepik Freepik

Partager

Articles liés :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Catégories
Tous les sujets
Rechercher