Didier Dubasque
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La journée mondiale du travail social 2023 : respectons la diversité pour un monde meilleur…

La Fédération Internationale du Travail Social nous invite à célébrer  aujourd’hui la journée mondiale du travail social, qui est célébrée chaque année le 21 mars dans tous les pays. Le thème de cette année s’intitule  «Respecter la diversité par l’action sociale commune».  La journée internationale avait été un succès mondial l’année dernière, avec la traduction de l’affiche 2022 en plus de 100 langues. Cela avait mis en évidence une unité professionnelle internationale fondée sur une thématique d’action commune. Le président de la Fédération, Joachim Mumba, appelle toutes les parties prenantes à participer aujourd’hui et aussi toute l’année, pour aider à apporter un changement transformateur au niveau local et mondial.

2023 WSWD PO Final FrenchPaths page 0001

Promouvoir la charte des peuples

Cette journée soutient toutes les communautés qui travaillent en accord avec la charte des peuples pour un monde éco-social. Cette charte est issue du Sommet mondial des peuples qui s’était tenue en juin-juillet 2022. Elle s’intitule « Co-Construire un nouveau monde éco-social : ne laisser personne de côté ». Ce document a évolué au fur et à mesure que les populations apportaient leurs solutions face aux défis mondiaux actuels. L’objectif est que tous puissent vivre avec confiance, sécurité et paix dans un monde durable. Mais cet objectif est actuellement loin d’être atteint. L’actualité récente nous le rappelle.

Ce document  a été élaboré par des mouvements sociaux, des organisations de la société civile et des militants du monde entier. Elle est un appel à la construction d’un monde plus juste, plus équitable et plus durable. Il comporte plusieurs principes clés, tels que la reconnaissance des droits des peuples à l’autodétermination et à la souveraineté sur leurs territoires, la promotion d’un développement équitable et durable, la lutte contre toutes les formes d’oppression, la défense des droits des travailleurs et des travailleuses, la protection de l’environnement, la promotion de la diversité culturelle et la coopération internationale.

Cette charte est une vision d’un monde meilleur, plus respectueux de la nature et des droits humains. Elle est destinée à être utilisée comme guide pour orienter les politiques et les pratiques à tous les niveaux de la société.

Des travailleurs sociaux confrontés à des conditions de travail difficiles dans le monde entier

C’est le constat alarmant d’une étude publiée dans la revue International Social Work. Cette recherche internationale met en lumière la réalité problématique de l’environnement de travail des professionnels du travail social, qui sont souvent mal compris et mal soutenus par leurs employeurs. Les résultats sont sans appel : les travailleurs sociaux font face à des conditions de travail extrêmement difficiles, bien plus que toute autre profession similaire.

Pour remédier à cette situation, les recommandations de l’étude rejoignent les préconisations du livre vert du travail social publié par le HCTS.  Elles portent sur une reconnaissance légale des métiers, un soutien quotidien pour les professionnels sans oublier l’amélioration des salaires et des conditions de travail. Rory Truell, secrétaire général de l’IFSW, souligne l’importance essentielle des travailleurs sociaux dans la construction de sociétés et d’économies fonctionnelles, ainsi que dans la réponse aux urgences nationales ou mondiales.

« Les travailleurs sociaux fournissent des services absolument essentiels dans tous les pays du monde et sont essentiels pour construire des sociétés et des économies fonctionnelles ainsi que pour répondre aux urgences nationales ou mondiales », explique Rory Truell, secrétaire général de l’IFSW. « Pourtant, ils interviennent souvent dans  des environnements de travail les plus difficiles et manquent souvent de compréhension et de soutien efficaces de la part des organismes employeurs ». Il existe une exploitation de la bonne volonté de travailleurs sociaux engagés face aux échecs du soutien aux familles et aux communautés.

Le professeur Jermaine Ravalier, responsable académique de la recherche, souligne que les résultats sont obtenus grâce à des méthodologies comparatives internationales bien connues pour évaluer l’environnement professionnel des travailleurs sociaux. Les outils d’enquête examinent non seulement l’environnement physique, mais aussi les niveaux d’activité de gestion et l’impact psychologique du travail dans des environnements stressants.

Même si la qualité des environnements de travail varie d’un pays à l’autre, il est essentiel de reconnaître la difficulté de la tâche des travailleurs sociaux. Cette recherche va continuer au cours des prochaines années, avec l’espoir de voir des améliorations par rapport à la situation actuelle. Des efforts sont nécessaires pour mieux soutenir et reconnaître ces professionnels, qui fournissent des services absolument essentiels dans le monde entier. Vous pouvez accéder aux résultats de cette recherche et à sa méthodologie ici en cliquant sur ce lien

Quelques rares rendez-vous

La Haute École de Travail Social de Genève organise à cette occasion une journée de réflexion avec une série  de conférences en ligne plutôt attractive.  De son côté l’UNAFORIS, en partenariat avec la Maif, la FNEMS (Fédération nationale des étudiants en milieu social), l’AFRIS France et PRISME, a organisé la 2ème édition du concours  « Journée mondiale du travail social ». Ce concours invitait les étudiants à s’exprimer sur le thème de la diversité en présentant d’une expérience internationale et/ou culturelle déjà menée, via un support : vidéo ou support écrit. Les résultats de ce concours vont être prononcés aujourd’hui.

J’ai aussi retenu cette initiative de l’Institut du Travail Social de Tours qui propose une déclinaison du thème de la journée. Elle concerne  « le respect de la diversité de genre, en particulier du respect des femmes ».  Sur ce thème l’ITS organise aujourd’hui une journée événement qui s’intitule « Regards croisés sur les pratiques d’accompagnement des femmes victimes de violences ». Vous trouverez le programme ici avec notamment deux conférences qui permettront de mettre en regard les pratiques d’accompagnement dans des contextes culturels différents grâce à la participation du Centre Batha de Fès au Maroc, et de l’association Donne Al Traguardo basé en Sardaigne (Italie).

Je n’ai pas trouvé d’autres évènements qui vont au-delà des communiqués traditionnels. Ils nous rappellent cette date et le thème de la journée, mais sans autre initiative. Il aurait sans doute été souhaitable qu’il y en ait plus.

 

 

 

Partager

Articles liés :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Catégories
Tous les sujets
Rechercher