« Le monde a désespérément besoin de travailleurs sociaux » (entretien avec la Haute Commissaire adjointe aux Droits de l’Homme de l’ONU)

La Fédération Internationale du Travail Social  (IFSW) et le Haut Commissariat aux Droits de l’Homme  se sont rencontrés dans l’objectif de travailler ensemble. A cette occasion, Priska Fleischlin, représentante de l’IFSW aux Nations Unies, a interviewé la représentante de l’ONU Kate Gilmore. Cette  assistante sociale occupe le poste de haut-commissaire adjoint au HCHR. Toutes deux ont parlé de la prochaine journée mondiale du travail social aux Nations Unies ainsi que du thème « Des travailleurs sociaux se mobilisent pour les droits de l’homme ».

« Être traité humainement ET agir humainement envers autrui » .

Priska Fleischlin : En quoi consiste la défense des droits de l’homme pour le HCDH ?

Kate Gilmore : « Tout d’abord, nous sommes ravis d’avoir la possibilité de collaborer avec la Fédération internationale des travailleurs sociaux. Le travail social professionnel est vital du point de vue des droits de l’homme. Il contribue  à mettre en oeuvre des avancées concrète des droits de l’homme dans la vie quotidienne des gens.

Comme indiqué dans la Déclaration universelle, les droits de l’homme constituent avant tout un cadre de valeurs, de principes et de normes universels à travers lequel les peuples du monde entier peuvent prendre conscience et engager notre humanité commune. Le grande avancée du cadre moderne des droits de l’homme – ses normes, lois et standards – est de stabiliser et de renforcer notre compréhension de ce que signifie à la fois être traité humainement ET agir envers autrui humainement.

Défendre les droits de l’homme implique ensuite d’honorer et de défendre la façon dont nous devrions nous comporter les uns envers les autres. Respectés, les droits de l’homme nous permettent d’être  meilleur et le plus équitable possible : individuellement, collectivement  dans le respect mutuel. L’érosion des droits de l’homme conduit inexorablement dans la direction opposée c’est à dire  à la déshumanisation, à la cruauté et à la suite, à l’atrocité.

Publiée en 1948, la Déclaration universelle des droits de l’homme,  s’est développée plus avant, quelque sept décennies plus tard, dans une série de traités, conventions et déclarations internationaux.  Elle puise son origine dans le pire que l’être humain a pu faire à chacun – dans les horreurs de la seconde guerre mondiale et de la haine qui l’a précédée. Elle est une réponse à notre honte persistante, à cette époque d’horreur. Des membres de prétendues «professions d’aide» – parmi lesquels des médecins, des infirmières, des psychologues et des assistants sociaux – ont été activement complices des activités les plus odieuses de l’État – même si certains ont résisté courageusement à cela.

Les Droits de l’homme pour guider une pratique de travail social humanisée et humanisante

Notre devoir est clair :  en tant que membres de telles professions, nous devons poser des limites fermes et claires autour de ce que nous pouvons et ne pouvons pas faire au nom de notre profession, quelque soient les décisions des États. Ces limites ne peuvent pas être simplement définies ou auto-imposées. Elles doivent s’inscrire dans le cadre plus large du droit international et des normes universelles. Une base juridique, normative et éthique solide pour nos professions est essentielle. Les droits de l’homme fournissent justement cela. Ce sont des  normes universelles utilisées par les États, les tribunaux et la société civile du monde entier et applicables à tous. Le contenu de ce que représente les droits de l’homme provient de cultures, de traditions, de systèmes de croyances et d’autres sources de sagesse. Enracinés dans nos communautés, ils fournissent un ensemble de normes stables et crédibles pouvant guider une pratique du travail social humanisée et humanisante.

Priska Fleischlin : Comment pour vous, les travailleurs sociaux peuvent-ils efficacement défendre les droits de l’homme ?

Kate Gilmore : L’histoire confirme que les travailleurs sociaux ont joué un rôle essentiel dans nombre des grands tournants politiques et sociaux du monde – aux niveaux local, national et international. Après tout, les travailleurs sociaux ont pour mission de révéler et de soutenir le plein potentiel des êtres humains; défendre la dignité fondamentale des personnes et, partant de là, leurs droits fondamentaux.

Les travailleurs sociaux – qu’ils en soient conscients ou non – jouent un rôle crucial en matière de droits humains. Dans les milieux de pratique clinique, les travailleurs sociaux s’occupent de questions touchant, par exemple, aux droits des personnes à la confidentialité, à l’information et au consentement éclairé. Ils sont directement impliqués dans le droit de leurs  usagers à l’intégrité physique et mentale. Dans les milieux de pratique collectives communautaires, les travailleurs sociaux s’emploient à définir le droit des personnes à une participation active à la prise de décision publique, y compris dans des contextes de discrimination et de  marginalisation qui ont une incidence sur l’exercice de droits tels que les droits des personnes au logement, à la santé et à l’éducation . Les professionnels du travail social jouent un rôle important en tant que conseillers politiques des autorités locales et nationales. Ils influencent l’approche de l’État dans des domaines allant de la réforme des prisons à la lutte contre la violence sexiste, à l’exercice des droits des personnes handicapées, à la protection des droits des peuples autochtones. terre, langue et culture….

En d’autres termes, et à tous les égards, défendre les droits et défendre la dignité de tous les êtres humains fait partie intégrante des professions du travail social. Au mieux, il défend les communautés et les individus qui sont traités injustement, par exemple dans le contexte d’un développement urbain endémique.  Il prend la parole pour ceux qui n’ont pas de place à la table des décisions – tels que les membres des communautés minoritaires et les enfants dont les droits sont mis en péril par les États.

« Aujourd’hui, le monde a désespérément besoin de travailleurs sociaux »

Les travailleurs sociaux se trouvent à l’intersection de toute une gamme de disciplines universitaires et de connaissances techniques. Ils ont la capacité unique d’interpréter de tels corps de pensée du point de vue de la personne – de l’être humain intimement et individualisé. Et ce point de vue est tout ce que les droits de l’homme nous demandent à leur tour – que la personne soit toujours perçue comme un acteur – un agent et non un objet silencieux, complaisant ou inerte – dans les projets de l’État, que ce soit en développement international ou urbain ; dans l’action humanitaire ou de crise; lorsqu’il reçoit des soins, ou est placé en institution ou vit de manière indépendante: que la personne ne soit jamais rendue un objet de politique passif, muet et invisible, mais toujours considérée comme un détenteur inaliénablement de droits.

Aujourd’hui, le monde a désespérément besoin de travailleurs sociaux pour renforcer et défendre cette idée fondamentale que les personnes sont toujours titulaires de droits, quelles que soient leurs origines. Cette idée précieuse est attaquée et pourtant, elle mérite d’être défendue ! En tant que défenseurs des droits humains, les travailleurs sociaux peuvent payer le prix fort pour leur solidarité avec ceux dont les droits sont menacés ; parfois, même dans certains pays – au prix de leur propre vie. C’est pourquoi les associations professionnelles et sa  Fédération Internationale ont un rôle essentiel à jouer dans la «défense des défenseurs» et dans la protection des professionnels de terrain sur lequel repose un travail social fondé sur des principes, éthique et digne.

Priska Fleischlin : Comment les travailleurs sociaux et le HCDH pourraient-ils collaborer ?

Kate Gilmore : Il y a peut-être trois aspects qui pourraient nous permettre mieux agir ensemble

Premièrement, nous pouvons travailler ensemble pour construire, élargir et défendre le réseau mondial de professionnels prêts à s’identifier avec les droits humains et prêts à défendre leurs droits pour les droits de l’homme avec les décideurs et dans la société civile.

Deuxièmement, nous pouvons soutenir plus efficacement  les travailleurs sociaux dans la promotion des implications politiques publiques et pratiques du travail social basé sur les droits de l’homme. Des questions telles que la participation des personnes à la prise de décision ; le consentement libre, préalable et éclairé ; l’exercice de la liberté d’expression ; la lutte contre la discrimination fondée sur le sexe, la race ou d’autres formes – Tout cela peut faire l’objet de dialogues et d’échanges sur les « bonnes pratiques » du travail social, contribuant à développer les connaissances et des normes professionnelles qui sous-tendent la pratique du travail social.

Troisièmement, nous pouvons œuvrer au renforcement de la responsabilité du travail social en élaborant des normes pour les fondements juridiques, normatifs et éthiques de ces professions. Nous devons poser des questions fondamentales et y répondre : comment pouvons-nous, en tant que travailleurs sociaux, garantir la transparence, l’égalité des sexes, la non-discrimination, le consentement éclairé et la responsabilisation centrée sur la personne dans notre pratique quotidienne afin de respecter les mêmes normes en matière de droits humains  ?.

L’agenda des Nations Unies pour le développement durable – avec ses objectifs à l’horizon 2030 – est un agenda soutenu par tous les gouvernements pour réaliser des avancées très concrètes dans la réalisation des droits humains des personnes. Peut-être devrions-nous organiser notre collaboration pour un travail social centré  sur la promotion des droits humains. Ceci avec des  objectifs de développement pour nous aider à concentrer nos efforts, à ouvrir plus largement les portes de l’échange et de dialogue avec les gouvernements. Il s’agit aussi d’inviter d’autres parties prenantes à faire progresser leurs engagements en matière de droits de l’homme.

Texte initial et photo (Priska Fleischlin and Kate Gilmore) à retrouver sur le site de l’IFSW

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :