Santé mentale : la Fédération internationale du Travail Social tire la sonnette d’alarme.

Dans presque tous les pays, les troubles liés à la santé mentale sont traité par la gestion des symptômes. Les malades sont « étiquetés » en fonction de pathologies identifiées sans tenir compte de leurs antécédents et expériences de vie. Les services de soins ne prennent pas suffisamment  en considération le vécu des situations des personnes et le stress qu’elles subissent au quotidien.

A l’occasion de a journée mondiale de la santé mentale qui s’est tenue le 10 octobre dernier, La Fédération Internationale du travail social (IFSW) rappelle que les professionnels ont une autre approche de démarche de soins. Elle rappelle

  • Une approche globale et holistique de la santé qui reconnaît les forces de chacun, la prise en compte du contexte de vie et l’importance de la construction des relations sociales avec les personnes, afin qu’elles se sentent en sécurité. Un environnement  adapté et bienveillant  ont de l’influence sur leur vie.
  • Les services devraient être fondées sur la confiance, les partenariats et être vécue par les personnes, les familles, les soignants et les communautés qui utilisent les services comme favorisant leur empowerment, gage de leur  reconstruction.
  • La maladie mentale doit être abordée en lien avec les communautés concernées, Il s’agit de faire évoluer le regard sur les maladies,  promouvoir la santé mentale et briser la stigmatisation et l’incompréhension.
  • Les services de soins doivent remplacer les anciens concepts tels que la «gestion de la clientèle» et la «pathologie» et  adopter de nouveaux principes tels que la « promotion de la dignité » des personnes, «l’autodétermination» et  reconnaître la personne dans sa globalité.

Les soins et traitement doivent être abordés différemment et se transformer pour éviter d’ajouter du stress à des patients qui ont des réactions naturelles et normales face à des événements stressants et complexes.

L’expérience du travail social dans de nombreux pays permet un changement dans la culture des services. Elle favorise la recherche de l’autonomie, permet un véritable dialogue fondé sur le partenariat et la prise en compte de la globalité de la personne. Ces éléments favorisent la création d’environnements plus bienveillants et apportent des résultats significativement meilleurs pour les personnes et les communautés qui font appel au services de soins.

communiqué signé Rory Truell secrétaire général de l’IFSW

prendre connaissance du communiqué initial (en anglais ou en traduction automatique par un algorithme) 

Note : cette traduction est « aménagée » et tente de se rapprocher au plus près du texte original en tenant compte du contexte français et des termes utilisés qui sont différents dans la langue anglaise 

photo : logo du Word Mental Heath Day

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :