Didier Dubasque
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Revue de Presse : la jeunesse des cités redonne espoir / Expose ton travail social / 5,3 Millions de pauvres en France

Bonjour et bienvenue à cette revue de presse, dédiée à l’exploration de sujets sociaux qui font l’actualité. Aujourd’hui, nous plongeons dans l’univers de la solidarité active, illustré par ce beau reportage sur la jeunesse des cités venant en aide aux sinistrés de Blendecques dans le Pas-de-Calais. Nous découvrirons également ce que représente le travail social en France vu du Québec à travers l’interview de Joran Le Gall, et les réflexions de Stéphanie, une assistante sociale animant une chaîne YouTube. Ensuite, nous reviendrons encore sur cette réalité qu’est la précarité en France en 2023.  5,3 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté. Des sujets complémentaires vous sont aussi proposés sous formes de liens. Installez-vous confortablement et… Bonne lecture.


La solidarité en action : quand la jeunesse des cités redonne espoir aux sinistrés.

Voilà un beau reportage sur des jeunes accompagnés par le Service de Prévention Spécialisée Avenir des Cités de l’Agglo de Lens-Liévin. Dans les rues de Blendecques récemment inondées, on peut les voir qui nettoient les maisons des sinistrés des inondations. C’est bien plus qu’un simple documentaire ; C’est le reflet d’une solidarité profonde et sincère, un témoignage de l’engagement social de la jeunesse dans des moments de crise.

L’initiative d’Avenir des Cités, révèle une facette souvent méconnue des jeunes des quartiers populaires. Loin des clichés et des stéréotypes, ces jeunes se mobilisent avec détermination et avec une certaine compassion pour venir en aide aux victimes des inondations. Leur action ne se limite pas à un soutien matériel ; elle s’étend à un accompagnement moral, offrant réconfort et écoute aux personnes les plus touchées, isolées et vulnérables.

Ce qui frappe dans cette démarche, c’est la spontanéité et l’authenticité de l’engagement de ces jeunes. Ils ne cherchent ni reconnaissance ni récompense ; leur seule motivation est d’apporter une aide concrète et de soulager les souffrances des sinistrés. Cette solidarité, ancrée dans les valeurs de partage et d’entraide, fait aussi fréquemment partie des valeurs des jeunes des cités. Elle est généralement mésestimée et ignorée. En « orchestrant » ces actions, le club de prévention Avenir des cités apporte un soutien éducatif en canalisant l’énergie et de la volonté de ces jeunes. Il offre un cadre et un sens à leur désir d’aider, transformant leur énergie en actions concrètes et efficaces. Voici pour conclure l’interview de Sadek Deghima éducateur, chef de service à Avenir des Cités. Des propos recueillis par la rédaction du quotidien la Voix du Nord. 

 


Expose ton travail social

Connaissez-vous Stéphanie, assistante sociale diplômée en France, mais qui travaille à Montréal ? Cette jeune et souriante professionnelle anime une chaine YouTube. Elle y propose des podcasts dans lesquels elle interroge des travailleurs sociaux.

ass Montreal

Sa série s’intitule « expose ton travail social » et cette semaine, c’est Joran Le Gall qui est interviewé. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas celui qui fut jusqu’en 2023 président de l’ANAS, Joran est originaire du Finistère.  Il a d’abord œuvré dans le secteur de l’animation socio-culturelle et de l’éducation populaire avant de se former en tant qu’assistant de service social. Après avoir obtenu son diplôme, il s’est installé dans la région parisienne où il a travaillé dans le secteur de l’insertion par le logement, participant notamment à la commission de médiation DALO de Paris. Parallèlement, il s’est engagé dans l’Association Nationale des Assistants de Service Social (ANAS) et a contribué à la Revue française de service social ainsi qu’au groupe culture numérique de l’association. Il est très actif pour la défense des droits sociaux.

Joran Le Gall souligne dans cet interview que le travail social en France vise principalement l’accès aux droits fondamentaux, l’inclusion, la citoyenneté, l’émancipation et l’autonomie des personnes. Il met en avant la définition du travail social inscrite dans le code de l’action sociale et des familles depuis 2017, qui valorise les approches individuelles et collectives du changement social et du développement social. Il insiste sur l’importance de la relation entre le professionnel et la personne accompagnée, avec un focus sur la dignité de cette dernière.

Il aborde également la diversité des formations et des pratiques dans le travail social en France, mentionnant qu’il existe environ 13 professions différentes dans ce domaine, allant des accompagnants éducatifs et sociaux aux directeurs de structures. Ce qui est un champ trop large à son avis. Il exprime ses réserves quant à la possibilité de considérer le travail social comme une discipline unique en raison de sa grande diversité. Il suggère que la définition actuelle du travail social est peut-être plus adaptée aux professionnels de niveau bac+3 (niveau 6) et semble être plus orientée vers le service social que vers le travail social dans son ensemble. (visiter la page YouTube d’une assistante sociale à Montréal).

 


Précarité : en 2023, 5,3 millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté en France

La précarité et la situation des sans-abri sont devenues des sujets d’inquiétude de plus en plus alarmants dans notre pays. Un article publié par Franceinfo rappelle que, selon l’Observatoire des Inégalités,  cinq millions trois cent mille personnes vivaient sous le seuil de pauvreté en 2023. Cela représente 8 % de la population française. Cette précarité touche particulièrement les étudiants et les femmes, avec près de 50 % des étudiants vivant avec moins de 400 euros par mois. Il est aussi précisé que 57 % des personnes accueillies par le Secours catholique sont des femmes. L’Observatoire des inégalités souligne que cette situation s’est aggravée en raison de la baisse des revenus et des aides en 2022, ainsi que de l’augmentation du coût de la vie, notamment des prix alimentaires et de l’énergie.

Parallèlement, un autre article de Franceinfo met en lumière la détérioration de la condition des sans-abri en France. Médecins du Monde (MDM) s’inquiète d’une « dégradation nette » de la situation, avec au moins deux sans-abri morts de froid à Paris depuis le début de l’année. Guillemette Soucachet, coordinatrice du programme « Pas de santé sans toit » à MDM, dénonce le choix politique de laisser des personnes à la rue, soulignant que la rue tue et rend malade. Elle exprime également son inquiétude face à la loi immigration, qui, en restreignant le versement des prestations sociales pour les étrangers, pourrait conduire à une augmentation du nombre de personnes sans-abri.

Ces deux articles révèlent une réalité inquiétante : d’une part, il est constaté une augmentation significative du nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, et d’autre part, on assiste à une détérioration de la condition des sans-abri, exacerbée par des politiques publiques insuffisantes. Ces problématiques soulèvent des questions sur les mesures à prendre pour améliorer la situation des personnes les plus vulnérables de la société. (lire l’article de FranceInfo sur la précarité en 2023) (Lire l’article sur l’inquiétude de Médecins du Monde)

Lire aussi

 



Photo : capture d’écran du reportage de France 3 Nord-Pas-de-Calais

Partager

Articles liés :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Catégories
Tous les sujets
Rechercher