Eric Zemmour condamné, les associations de protection de l’enfance s’en félicitent mais ne peuvent aller en justice

Le candidat d’extrême droite à la présidentielle avait qualifié sur CNews les migrants mineurs isolés de «voleurs», d’«assassins», de «violeurs». Des propos qui avaient suscité une indignation de la part des associations de protection de l’enfance regroupées au sein de la CNAPE. La Fédération avait porté plainte comme d’autres structures.  (Une trentaine d’associations s’étaient constituées parties civiles, dont SOS-Racisme, la Ligue des droits de l’homme (LDH), la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) et la Maison des Potes, ainsi qu’une vingtaine de conseils départementaux – les mineurs non accompagnés étant pris en charge par l’aide sociale à l’enfance, gérée par les départements).

Eric Zemmour a été condamné en première instance à 100 jours amende à 100 euros, soit I0.000 euros. Cette peine, précise la CNAPE dans un communiqué, est plus sévère qu’une simple amende, dans la mesure où, en l’absence de son règlement dans son intégralité à l’issue du délai de 100 jours, chaque jour non payé sera exécuté sous la forme d’un jour d’emprisonnement. Le candidat d’extrême-droite a fait appel.

« La Fédération CNAPE se félicite d’avoir pu faire entendre lors de l’audience la réalité des parcours de vie des mineurs non accompagnés, le tort qui leur a été causé par les propos tenus et d’ainsi porter l’exigence de les reconnaître avant tout comme des enfants. Adresser ce message et voir Eric Zemmour condamné étaient les objectifs de la CNAPE qui a décidé de ne pas interjeter appel de la décision d’irrecevabilité la concernant. Elle restera néanmoins attentive aux suites données à cette affaire précise-t-elle dans son communiqué. Elle rappelle aussi que les mineurs doivent être protégés et respectés au regard de leurs droits, au titre de la Convention internationale des droits de l’enfant, ratifiée par la France en 1990.

Tout le monde, même concerné, ne peut pas porter plainte

Il y a un aspect de cette triste affaire qui interroge. La plainte déposée par La CNAPE qui s’était constituée partie civile a été déclarée irrecevable, tout comme celles des autres associations de protection de l’enfance et des conseils départementaux. Il leur a été reproché de ne pas pouvoir démontrer l’existence d’un préjudice direct et personnel sur les jeunes mineurs étrangers qu’ils accompagnent. Seuls les acteurs ayant pour vocation de combattre le racisme et d’assister les victimes de discrimination ont été déclarés recevables.

Ainsi va la loi. Si un jeune s’estime bafoué, discriminé suite à des propos, il devra prouver qu’il a subi un préjudice pour que sa plainte soit retenue. Une enquête pourra éventuellement être diligentée, mais rien ne dit que cela débouchera sur son instruction. Fort heureusement le législateur considère que les associations de lutte contre le racisme et les discriminations sont habilitées pour porter plainte. Imaginez ce qui pourrait se passer si un régime autoritaire et illibéral les empêchaient d’agir…

Il est nécessaire de répondre au propos racistes en argumentant

Il faut aussi répondre à Eric Zemmour et ses affidés sur le fond même si cela est particulièrement désagréable et sans doute inutile. Ce candidat accusant les mineurs non accompagnés des pires crimes et délits ne peut s’appuyer sur aucun document pour proférer de tels propos. Même si les statistiques ethniques sont interdites en France, les mineurs non accompagnés ne sont pas français. Or que dit le service statistique du ministère de l’Intérieur ?   Dans son rapport publié en 2020 « l’évolution la plus marquante est la moindre représentation des personnes âgées de moins de 30 ans à la fois parmi les victimes et les auteurs présumés des faits de délinquance ».

Comme le rapporte un article de l’AFP publié par le Monde,  tous âges confondus incluant sans précision les mineurs « 38 % des auteurs présumés de vols violents sans armes sont ainsi de nationalité étrangère, en 2020, alors que seulement 7 % de la population vivant en France est étrangère. Par ailleurs, parmi les personnes mises en cause pour des cambriolages, 66 % sont de nationalité française, 23 % sont issues d’un pays d’Afrique, et 8 % d’un autre pays européen, selon ce même rapport ». Bref Eric Zemmour ne fait qu’attiser la peur et le rejet de l’autre en racontant n’importe quoi. Et ça marche pour celles et ceux qui veulent le croire même si la réalité est différente.

C’est bien là le drame. Diffamer à répétition permet mettre dans la tête de certains des contre-vérités. Même si ce qui est dit est faux il en reste quelque chose. Ce candidat à l’élection présidentielle ne devrait même pas pouvoir se présenter au regard de ses multiples condamnations. Les Français attendent pour première qualité d’un candidat qu’il soit honnête c’est-à-dire intègre et à l’écoute. Des qualités bien éloignées  de ce triste personnage.

 

 

 

Photo créée par jcomp – fr.freepik.com

Partager

Articles liés :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :