Accueillir un nouveau collègue, mode d’emploi / ASE la Réunion : de belles réussites / Étudiants : une bourse pour vous attirer

Travail social : accueillir un nouveau travailleur, mode d’emploi

Voilà un article intéressant qui nous est proposé par le Guide Social de Belgique. C’est une travailleuse sociale qui l’a rédigé. Elle rappelle d’abord ce que nous avons tous vécu : commencer un nouvel emploi et… avoir l’impression d’être parachuté et de tomber comme un cheveu dans la soupe. Se demander où on arrive et avoir le sentiment qu’on attend de nous qu’on soit déjà opérationnel alors que bien souvent, on a à peine compris ce qu’on attend de nous concrètement et qu’il arrive même que l’on n’ait pas de matériel de travail.

Forte de ce constat, notre collègue recense ce qu’il est utile de faire à l’intention de tout nouvel arrivant. Généralement, l’arrivée d’un nouveau collègue n’est pas une surprise. On le sait suffisamment longtemps et l’on peut se préparer à son arrivée. L’accueil et l’accompagnement sont fréquemment perçus comme du temps non rentable, ce qui est totalement faux. Au contraire, prendre ce temps permet d’en gagner ensuite.

Quand le professionnel arrive, lui apporter du confort en lui présentant son bureau équipé avec ce qu’il faut est particulièrement bien perçu par l’arrivant.  Il comprend que l’on a prévu son arrivée et qu’on l’attend. Somme toute, cela ne demande qu’un peu d’organisation en amont, au lieu de courir partout après coup, et de laisser un nouveau collègue sans possibilité matérielle de travailler dans l’attente de réponses alors que tout ou presque peut être initialement prévu. Il y aurait beaucoup d’autres choses à écrire sur le sujet… (lire l’article du Guide Social)

 


Aide sociale à l’enfance : « des parcours scolaires exemplaires »

C’est une belle photo en couverture d’article d’IMAZ Press que ces jeunes de l’Aide Sociale à l’Enfance qui posent pour le Conseil Départemental de La Réunion :

conseil departemental

« Stacy, Céanne, Méven, Niguel, Eloïse, Marie-Clara et Anissati peuvent être fiers. Ces jeunes filles et garçons suivis par l’aide sociale à l’Enfance du Département ont tous réussi leurs examens : bac, brevet des collèges ou encore BTS. Ils font la fierté de leurs familles d’accueil et des travailleurs sociaux qui les accompagnent depuis plusieurs années » précise l’auteur de l’article.

On oublie souvent les parcours de réussite des jeunes de l’ASE. Comme pour les mineurs non accompagnés (MNA), ils s’accrochent, car pour eux la scolarité et ses conséquences sont essentielles. Mais cela ne doit pas non plus nous faire oublier celles et ceux qui échouent et qui portent le fardeau d’une situation trop difficile à gérer. Ne les oublions pas comme les parents qui, égarés et souvent très abimés par la vie qu’ils ont subie, ne parviennent pas à renouer des liens positifs avec leurs enfants. Tout cela nous rappelle combien le travail de l’ASE est difficile et délicat.

L’équipe de l’ASE de la Possession au complet autour des jeunes qu’elle suit a mis les petits plats dans les grands lors de cet hommage aux jeunes qui sont pleins de projets à l’image Niguel   » émue aux larmes à l’idée de quitter sa famille d’accueil » : elle a pour projet de partir en métropole pour faire une licence action santé à Brest. « on voit qu’il y a des choses positives qui arrivent. On met en avant les enfants, les familles d’accueil et l’équipe du Conseil Départemental. C’est une vraie réussite. Les travailleurs sociaux sont là et quand ils voient ça, ça donne du sens à leur travail » dira aussi cette conseillère Départementale, Fabiola Lagourde, qui a suivi le projet de l’équipe de l’ASE  (lire l’article de Imaz Press)

 


Charente-Maritime : une bourse de 5 000 € pour attirer les travailleurs du social

Une bourse en échange d’un engagement de deux ans, c’est ce que propose le département de Charente-Maritime aux étudiantes et étudiants en troisième année à l’Institut régional du travail social. Ce nouveau système de bourse sera mis en place dès la rentrée de septembre 2022. En échange, les étudiants s’engagent à travailler pendant une durée minimum de deux ans dans les services du Département.

La bourse s’élève à 5 000 € sur l’ensemble de l’année scolaire. Tous les mois, l’étudiant reçoit une aide financière de 500 €. Le versement débute lors du mois de septembre et s’achève à la fin de l’année scolaire, précise l’Agence de presse APEI. La bourse n’est pas soumise à des critères sociaux. Elle peut également être cumulée avec toutes les autres bourses nationales ou régionales ainsi qu’avec la rémunération des stages réalisés par les étudiants de l’institut. Ce serait bien si ce type d’initiative était étendu à d’autres départements et soit élargi au secteur associatif et aux CCAS…. (lire l’article sur Actu La Rochelle)

 


lire aussi

 

Vous êtes allé(e) au bout de cette revue de presse ? Bravo et merci ! Merci aussi à Michelle Flandre qui m’a aidé à la réaliser.

Photo créé par freepik – fr.freepik.com

Partager

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

26e journées d'étude et de formation :

"Aux risques des protections
des enfanceS"

du 14 au 16 novembre 2022 à Paris 13e

%d blogueurs aiment cette page :