Fiscalité et inégalités en France : La redistribtion à l’envers.

Les associations caritatives vont avoir fort à faire et ne peuvent qu’à nouveau être mises à contribution : Un rapport d’Oxam France intitulé « les pauvres paient l’impôt cassé » a décortiqué les conséquences du train de mesures adoptés par le gouvernement d’Édouard Philippe. l’ONG donne des exemples forts et pédagogiques qui démontre « la logique folle du processus inégalitaire ». Ainsi ce tableau publié par OXAM est saisissant :

oxfam graph 1 b9231

Un constat s’impose : les inégalités sont croissantes dans le pays.  En fait elles atteignent des sommets partout dans le monde e la France n’échappe pas à la tendance. Le fossé entre les riches et les pauvres est aujourd’hui profond et continue de se creuser comme le précise Oxam :
• En 2016, les 10 % des Français-e-s les plus riches détiennent plus de 56% des richesses quand les 50 % les plus pauvres se partagent à peine moins de 5 % du gâteau.
• 21 milliardaires français possèdent autant que les 40 % les plus pauvres de la population.
• En 20 ans, la fortune totale des dix plus grandes fortunes françaises a été multipliée par 123 pendant que le nombre de pauvres augmentait de 1,2 millions de personnes.

Cette situation ne peut qu’amplifier les recours des personnes en direction des travailleurs sociaux notamment ceux qui interviennent dans les Centres Communaux d’Action Sociale (CCAS) et les Départements. Cette situation met ces institutions à contribution alors que de nombreux budgets finançant les aides à la subsistance ont été restreints.  Les sollicitations et les appels à l’aide des famille pour boucler leurs budgets risquent fort de repartir à la hausse comme à l’époque qui précédait la mise en place du RMI. En effet le montant de ce revenu minimum ( aujourd’hui le RSA) selon les lieux d’habitation ne permet plus de disposer de moyens suffisants pour faire face aux charges de la vie courante .

Malgré cela les familles bénéficiant d’allocations vont être mise une nouvelle fois à contribution : Il y avait la diminution de 5 euros de l’APL dès ce mois d’octobre mais il y a aussi des prestations familiales à venir. Le journal Le Parisien a annoncé  que le gouvernement va aligner l’allocation versée aux parents de jeunes enfants sur les montants et plafonds de ressources du Complément Familial.  Aujourd’hui fixé à 184 euros à taux plein, l’allocation de base de la Prestation d’accueil du jeune enfant (Paje)  versée mensuellement sous conditions de ressources aux parents d’enfants de moins de trois ans sera revue à la baisse de quinze euros. Soit 169 euros, comme le Complément familial, versé aux allocataires modestes ayant au moins trois enfants de plus de trois ans. A taux partiel, la réduction s’élève à 7,50 euros par mois en passant de 92 à 84,50 euros. Seule satisfaction si l’on peut dire, cette mesure ne concerne pas les familles qui touchent déjà l’allocation mais celles qui verront des naissances à partir d’avril 2018. Par ailleurs celles qui touchent le RSA ne pouvant toucher moins devraient logiquement continuer de percevoir les mêmes ressources au total. (mais cela restera quand même à vérifier).

« Les nouvelles mesures  fiscales sont de la redistribution à l’envers ». C’est le titre le site du magazine Regards qui met en exergue cette déclaration d’OXAM France : «Pour Bernard Arnault, en tête du classement des milliardaires français, la réforme de l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) pourrait représenter un cadeau de 553,2 millions d’euros. Soit un manque à gagner pour l’État qui représente déjà près de 1,5 fois le montant de la baisse annoncée des APL de cinq euros par mois, qui touchera 6,5 millions de foyers».

Il y a là quand même quelque chose de particulièrement injuste qui peut fait dire nous sommes dans le toujours plus pour les riches, contre du moins systématique pour les plus modestes. Pour tout dire c’est assez désespérant.

 

Photo : Pixabay Image by pourquoi pas

 

 

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d bloggers like this: