Crise dans les crèches : des professionnels inquiets / RSA une réforme à venir / 70 mineurs isolés seuls sous un pont

Crise dans les crèches : l’inquiétude des professionnels après l’autorisation de recrutement de personnels sans les qualifications normalement requises

Faut-il être candide de penser qu’il ne devrait pas être possible d’exercer professionnellement un métier de l’aide et du soin sans aucune formation. Mais non, désormais, face à la pénurie de personnel, un arrêté paru le 4 août dernier permet désormais le recrutement des personnes sans les qualifications normalement requises pour travailler dans les crèches.

L’arrêté entrera en vigueur au 31 août. Mais il crée déjà l’inquiétude parmi les professionnels de la petite enfance. Cela se comprend aisément. Ainsi, les crèches pourront, de manière exceptionnelle, recourir à l’embauche de personnes « sans aucune qualification ». C’est une mesure « pas du tout appropriée » estime Emilie Philippe, membre du collectif crèche « Pas de bébés à la consigne« . Elle est interrogée par Arthur Fradin de France Info.

Jérôme Dumortier directeur d’une crèche, estime quant à lui que le message envoyé à la société, est une catastrophe. Il rappelle fort justement que travailler avec des jeunes enfants, ne s’improvise pas, ça s’apprend. « Ça ne peut pas être donné à n’importe qui. S’il y a des formations, c’est bien qu’il y a une raison » dit-il… (lire l’article de France Info)

 


RSA sous condition: le gouvernement compte lancer une expérimentation à l’automne

La réforme visant à conditionner le versement de la prestation à 15 à 20 heures d’activité par semaine doit être expérimentée dans une dizaine de territoires à l’automne, avant d’être généralisée en 2024, selon le journal « Les Échos». « Contraindre les bénéficiaires du RSA à avoir une activité est une rengaine historique à droite : portée par Nicolas Sarkozy, Laurent Wauquiez, ou encore Valérie Pécresse tout au long de sa campagne présidentielle » rappelle Nina Jackowski dans Libération.

Mais voilà, la donne a changé depuis : il a désormais les fortes pénuries de main-d’œuvre. Le chef d’État a donné un coup d’accélérateur sur la réforme du RSA comme celle de l’assurance-chômage, cette dernière devant donner le coup d’envoi de la rentrée parlementaire en octobre.

À ceux qui, comme moi, rétorquent qu’il existe déjà les contrats d’engagement réciproques, la Cour des comptes estime dans un rapport au vitriol qu’ils ne sont pas respectés comme il le faudrait. La cour indique que seule la moitié des allocataires en ont signé, avec une forte disparité entre les départements. L’objectif affiché de la réforme est donc de renforcer l’accompagnement des allocataires… (lire l’article de Libération)

lire aussi :

 


70 mineurs isolés dorment sous un pont d’Ivry-sur-Seine

Ils n’ont aucun accès à l’eau ni aux sanitaires, nous précise Pauline Gauer dans Street Press. Sans solution de logement, ils attendent de pouvoir justifier de leur minorité au tribunal dans l’espoir de ne plus être à la rue. La photo journaliste nous donne à voir la réalité de ces jeunes à travers le parcours de Romin qui  « est arrivé en France seul, avec un vêtement de rechange dans son sac à dos. Ses papiers ont brûlé dans un incendie en Afghanistan ».

Il ne peut justifier de sa minorité avec un document officiel, il a toutefois engagé des démarches adminstratives. Au total, plus de 70 jeunes hommes dorment sur place, à l’écart de Paris. À l’horizon, aucune fontaine d’eau à moins de deux kilomètres, aucun sanitaire et le premier commerce est à 15 minutes de marche. Ils sont seuls au monde dans un campement invisible depuis la route.

La journaliste donne aussi la parole à Steve, un Camerounais de 16 ans qui n’a pas été reconnu mineur. Puis c’est au tour de Mehdi, 17 ans, originaire d’Algérie. (les prénoms ont été changés). « À force d’être abandonnés et invisibles, certains ados comme Mehdi sont entraînés dans les réseaux de trafic, la consommation de stupéfiants ou le vol ». Il n’ont aucun autre moyen pour vivre, car ils ne peuvent être embauchés. Ils se « débrouillent ». Ils passent d’évacuations en évacuations : Ils viennent du campement du Cheval Noir, à Pantin, démantelé début mai, ou de celui de la Marseillaise, dans le 19ème arrondissement de Paris, évacué le 22 juin. (lire l’article de Street-Press)

 


Lire aussi

 

Vous êtes allé(e) au bout de cette revue de presse ? Bravo et merci ! Merci aussi à Michelle Flandre qui m’a aidé à la réaliser

Crédit Photo : rawpixel.com – fr.freepik.com

Partager

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

26e journées d'étude et de formation :

"Aux risques des protections
des enfanceS"

du 14 au 16 novembre 2022 à Paris 13e

%d blogueurs aiment cette page :