Le système D des professionnels de l’enfance / Arrêtés en sortant de l’ASE ! / L’éducation familiale (dé)confinée…

Covid-19 : le système D des professionnels de l’enfance face à l’épidémie

Ils sont depuis des mois les grands oubliés de la crise du Covid-19 : dans l’ombre, malgré les risques de contamination, les éducateurs sociaux sont là, jour et nuit, pendant les vacances, à s’occuper des enfants placés de l’Aide sociale à l’enfance rapelle Gaële Joly journaliste à France Info. Malgré les conditions précaires, il a fallu maintenir le cap et ne pas laisser les enfants sombrer dans la déprime.

Quatre éducateurs sur neuf ont aussi été testés positifs dans un centre éducatif renforcé (CER) de la Meuse. La situation sanitaire de ce CER  est si critique que son directeur a prévenu : si un autre éducateur tombe malade, la maison fermera ses portes et les adolescents retourneront derrière les barreaux.

Depuis des mois, les directeurs de ces foyers destinés à des adolescents en difficulté sociale répètent la même demande : être prioritaire pour se faire vacciner contre le Covid-19. Certains finissent par contourner les règles. « On a pu faire se vacciner sur le centre de vaccination de Verdun, en disant uniquement qu’on était du médico-social, alors qu’on est du social ». Et oui on en arrive la dans le social.

il est précisé dans l’article que « l’on n’a pas le droit de se plaindre » face à des ados qui ont eu dix vies et ont vécu des horreurs. Je suis un peu agacé face à une telle affirmation et me permets de rappeler que ce positionnement qui consiste à ne jamais se plaindre conduit à accepter n’importe quelles conditions de travail, n’importe quelle organisation, même quand ça va à l’encontre de l’intérêt du travail social et des personnes accompagnées. (lire l’article de France Info)


Nice. Des jeunes étrangers arrêtés en sortant des bureaux de l’aide à l’enfance

Plusieurs associations dénoncent les arrestations de jeunes étrangers directement à la sortie des bureaux de l’aide à l’enfance. Le département se défend en évoquant « une fin de prise en charge » et un « accord avec la police ».

« Il est extrêmement choquant qu’un service social procède à des signalements donnant lieu à des arrestations par la police concernant de jeunes exilés ne présentant pas de menace pour l’ordre public » relate cet article de l’AFP publié par Ouest France l’association « Tous Citoyens ! » qui vient en aide à ces jeunes.

« Ce procédé est contraire au modèle social français » et leur avenir bien compromis eux qui ont subi un exil et un parcours de migration ponctué de violences et de souffrances …/… Ces jeunes ne peuvent exercer leurs droits au recours. Nous savons tous que la gestion et l’accompagnement des mineurs non accompagnés est une réelle difficulté pour les services sociaux mais en arriver là est choquant au regard des valeurs de Fraternité fondement de notre pacte républicain.   (lire l’article de Ouest-France)


« Éducation familiale (dé)confinée : les champs des possibles »

Cette journée de recherche du laboratoire CREF – Éducation familiale et interventions sociales auprès des familles – de l’université de Paris-Nanterre est susceptible de vous intéresser. Ce sera un webinaire puisqu’il ne peut en être autrement. Il est programmé le 21 mai de 09h00 à 12h30. Il s’agira lors de cette matinée de questionner les évolutions, changements et/ou  ré-ajustements dans les différents contextes de vie de l’enfant (école, famille et protection de l’enfance) qui ont pu s’opérer ou se mettre en mouvement pendant la période de crise sanitaire encore en cours.

On y présentera La thèse de doctorat d’Anne Gaëlle Picard sur « La parentalité pendant les années d’école maternelle »  (éducation des enfants, fonctionnement familial et vécu subjectif des parents) : le point de vue de mères et de pères de CSP+ dans un quartier parisien à forte mixité sociale ». Il sera aussi question de la situation des acteurs de l’accueil familial pendant la crise.


lire aussi

 

La sélection des articles a été réalisée avec l’aide de Michelle Verrier Flandre. Merci à elle

Photo créée par jcomp – fr.freepik.com

 

 

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Une réponse

  1. Je suis atterrée de lire qu’un Département puissent avoir des « accords » avec la Police lors des non prises en charge de MNA. C’est éthiquement et humainement inadmissible. De plus, cela met en difficulté tous les travailleurs sociaux dans l’exercice de leurs missions envers ceux et celles que nous sommes sensés accompagner et protéger : comment peuvent ils alors faire confiance ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :