Vincent Pallard, « éduc-à-terre » / Marseille : un Lab Zéro (SDF) / Une «urgentiste sociale» au cœur du commissariat

  • Chronique d’un éducateur devenu usager : De l’autre coté du mur. L’éducateur, c’est Vincent Pallard, « éduc-à-terre ». Enfin, pas tant que ça puisqu’il vient de publier un livre: « Cet ouvrage est son journal de bord. Celui d’un travailleur social errant entre les murs d’une institution psychiatrique à la recherche de lui-même. Coursé par une présumée double identité, il cherche des réponses là où il ne semble n’y avoir que des questions. Travailleur en institution médico-sociale spécialisée devenu l’objet d’un Projet d’Accompagnement Inhabituel, ces chroniques nous offrent l’histoire d’un educ-à-terre ».
  • Marseille: Un laboratoire d’innovation publique cherche des solutions pour sortir les SDF de la rue. Imaginez plutôt : une ville où plus personne ne dort dehors, dans le froid, soumis aux intempéries après un accident de la vie. Certains vous diront qu’il ne s’agit que d’une douce utopie. Pourtant, depuis un an, dans une salle de la Friche de la Belle de Mai à Marseille, des dizaines de personnes réfléchissent ensemble à des solutions pour y parvenir. le « LabZéro » (SDF) a été lancé en début d’année 2017 par le préfet de la région de Paca. Il s’agit d’un laboratoire d’innovation publique qui rassemble l’Etat à travers la préfecture, des associations et des structures tournés vers les SDF, pour lancer différentes expérimentations innovantes. Il cherche également à atteindre un horizon « zéro habitant sans droit ».
  • Saint-Brieuc. Une « urgentiste sociale » au cœur du commissariat : Voilà un nouveau concept issu du monde médical. On découvre dans cet article que « l’intervenante sociale » est de profession assistante sociale et possède une solide expérience. Elle passe par toutes les dénominations « travailleur social », « intervenante sociale », « urgentiste sociale ». On aurait aimé que cet article précise que les travailleurs sociaux en commissariat ou hôtel de police existent déjà depuis de très nombreuses années (plus de 20 ans). Elles ont une association qui les fédèrent. Tous les reportages qui les concernent soulignent la nécessité et l’intérêt de leur présence. 240 professionnels sont aujourd’hui en poste sur tout le territoire.  Seuls les financements  ne suivent pas et leur développement en est affecté. Mais bon, comme le précise la collègue «Mon rôle est d’apporter une écoute, un soutien immédiat. Ce, en respectant une déontologie : j’interviens qu’avec l’accord de la personne.» Merci de l’avoir rappelé…

revue de presse réalisée avec le concours de Michelle Verrier Flandre

Photo issue de la couverture du livre de Vincent Pallard paru aux éditions L’Harmattan

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :