Signons l'appel des solidarités.. Pas de rétroactivité pour le passage en catégorie A des travailleurs sociaux…. Que voulez-vous chers hommes et femmes politiques ?

  • «Appel des solidarités» : 500 propositions à disposition des candidats : Près de 80 associations, donc Greenpeace, Emmaüs, Osez le féminisme ou encore la fondation Hulot et ATD Quart Monde veulent peser sur les débats publics. Une liste d’idée a été publiée sur Internet, et les citoyens sont invités à rejoindre le mouvement. « La solidarité est peut-être le premier parti de France ». A un moment où « les situations d’exclusion s’accumulent » et où « il peut y avoir une tentation de repli sur soi, de stigmatiser, d’ériger des murs », « il faut rassembler nos forces et faire en sorte que la solidarité soit l’ADN de notre démocratie« , a déclaré Nicolas Hulot lors du lancement de l’appel. Vous pouvez signer l’appel en cliquant sur ce lien
  • Le plan d’action sur le travail social sur les rails : A partir de la rentrée 2018, les étudiants (futurs assistants de service social, éducateurs spécialisés, éducateurs de jeunes enfants ou encore conseillers en économie sociale et familiale) doivent se voir proposer de nouveaux cursus qui déboucheront, à l’issue de leur formation en 2021, sur des diplômes reconnus à un niveau supérieur, a-t-elle ajouté. Cette mesure ne sera « pas rétroactive » aux anciens diplômes.
  • Que voulez-vous chers femmes et hommes politiques ?  : Un communiqué de lONES, L’organisation Nationale des Educateurs Spécialisés« Depuis plusieurs semaines les surenchères vont bon train. A qui sera le plus courageux pour  taper le plus fort sur la fonction publique territoriale laquelle serait devenue la cause essentielle sinon vitale des dépenses sociales de l’État. Pour réduire le déficit de la France et relancer sa croissance il faudrait selon certains  conditionner les dotations de l’État à la suppression de postes de titulaires, de postes de contractuels et au non renouvellement des départs en retraite. Ces fonctionnaires là et assimilés seraient devenus obsolètes, inutiles, pire trop coûteux.  Ça suffit. Nous en avons assez entendu… »

et aussi

  • L’énergie est le second motif des demandes d’aides financières aux CCAS : L’énergie est le second motif derrière l’aide alimentaire et avant le logement. Plus des deux tiers des structures (72 %) vérifient systématiquement que les personnes qui les sollicitent bénéficient des tarifs sociaux pour l’électricité (TPN) et le gaz (TSS). En cas de non-recours, elles sont 84 % à accompagner les ménages dans l’ouverture de leurs droits. Huit CCAS sur dix octroient des aides sur leur budget propre, en complément des aides nationales, qu’il s’agisse de la prise en charge d’un impayé d’une facture d’électricité, de gaz naturel (à 98 % des CCAS répondants) ou d’eau (à 90 %).

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.