Maxime, refusé d’inscription à l’école… / Pourquoi les HLM sont contre la baisse de l’APL / Un département « assume » d’être dans l’illégalité

  • Maxime, refusé d’inscription à l’école car il vit sur un campement.  Un maire a refusé son inscription scolaire au motif que sa famille ne vivait pas légalement sur le territoire de sa commune. Le Défenseur des droits a saisi le Préfet ainsi que la direction des services de l’éducation nationale. Au cours de l’instruction, il a eu connaissance de situations similaires de refus. Dans sa décision 2017-095, le Défenseur des droits a conclu à l’existence d’une atteinte au droit à l’éducation et d’une discrimination sur le fondement du lieu de résidence, portant atteinte à l’intérêt supérieur des enfants. la décision a fait l’objet d’une transmission au procureur de la République territorialement compétent. Si une personne de votre entourage ou vous-même avez vécu une situation similaire ou proche, cette personne ou vous-même pouvez saisir le Défenseur des droits. Plusieurs autres situations d’enfants refusés d’inscription sont aussi présentées sur le site du défenseur des droits.
  • Pourquoi les HLM sont en guerre contre la baisse des APL : La production de logements sociaux pourrait être freinée. Selon Le Monde, la capacité d’investissement des HLM sera « obérée de plus de moitié ». « A eux seuls, analyse le quotidien, les HLM construisent 100 000 logements par an. Une centaine d’organismes HLM pourraient se retrouver en difficulté (Une soixantaine font déjà l’objet d’un plan de redressement). La rénovation des immeubles est menacée. Les locataires craignent d’être précarisés avec des risques d’expulsion. Ce n’est doc pas un hasard si le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, a été hué au congrès des HLM qui se tient cette semaine
  • Hautes-Alpes : mineurs étrangers et RSA, le Département dans l’illégalité ?  « Nous n’avons pas le droit d’instaurer un quota mais les moyens sont limités » indique le Pt du Département des Hautes Alpes. Les bénéficiaires du RSA augmentent, le Département refuse de payer la facture : Jean-Marie Bernard renvoie l’État à ses responsabilités, « s’il nous remboursait les 120 millions d’euros qu’il nous doit, nous n’en serions pas là ».
  • Une aide de 138 euros pour la garde d’enfants des familles les plus pauvres : La ministre de la santé Agnès Buzyn a annoncé mardi une hausse de 138 euros mensuels de leur allocation de garde d’enfant pour les familles les plus pauvres. « Aujourd’hui il y a trois millions d’enfants par mois qui vivent en dessous du seuil de pauvreté, beaucoup d’entre eux vivent dans des familles monoparentales », a souligné la ministre, en expliquant que ces familles ont des difficultés d’accès aux crèches et de ce fait, parfois aussi, au travail.

et aussi

  • Crise québécoise dans les domaines de l’intervention sociale : Les bases mêmes des pratiques cliniques (l’écoute, l’accueil, le non-jugement, l’accompagnement personnalisé, etc.) se font mettre à l’index. À la place, normes et agréments, guides de bonnes pratiques, centres « d’excellence », approche Lean, viennent finement « paramétrer » la pratique, qu’il s’agisse de la durée de la rencontre, son déroulement ou sa finalité. Ainsi, peu de place est accordée à la créativité, à la rencontre.

 

Revue de presse et sélection des articles réalisée avec l’aide de Michelle Verrier Flandre

Photo : Maxime sur le site du défenseur des droits

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :