Pourquoi je préfère être éducateur que policier ! / Un plan de relance sans lutte contre l’exclusion et sans création de crèches ?

Pourquoi je préfère être éducateur que policier !

C’est une tribune parue dans Lien Social signée Jacques Trémintin. « Le livre que vient de publier le journaliste Valentin Gendrot, qui s’est infiltré dans la police en s’y faisant recruter, est édifiant … » écrit-il « …mais il risque malheureusement d’avoir peu d’effets, tant les témoignages s’accumulent, sans que rien ne change. »

N’est-ce pas un peu la même chose dans le secteur social ? aurait-on envie de demander. Du côté policier le réflexe corporatiste est compréhensible. « Le travail qui est demandé à ce corps de fonctionnaires est éprouvant : sous effectifs chroniques, locaux parfois délabrés, surcharge de travail (accumulation de 23 millions d’heures supplémentaires), pression psychologique pesant sur le taux de suicide (supérieur de 36 % à celui de la moyenne des français) etc. »

Jacques Trémintin prend exemple sur l’aide sociale en Loire Atlantique qui, si elle s’était illustrée négativement au sujet de 2 jeunes maliens dormant dans un squat (Le Département avait été condamné à une astreinte),  L’institution a remarquablement réagi dès lors qu’elle a eu connaissance de faits gravissimes d’un éducateur directeur d’un centre d’accueil à la Ducherais en Loire Atlantique. Le détail de cette affaire assez sordide est à découvrir sur le site du journal  (lire l’article de Lien Social)

Hormis les jeunes, la lutte contre l’exclusion parent pauvre du plan de relance ?

800 millions dans un budget de 100 milliard ! Au lendemain de la présentation du plan de relance par le Premier ministre des questions apparaissent sur les mesures en faveur des publics les plus précaires et la place de la lutte contre l’exclusion explique le site en ligne Localtis.

La cohésion est pourtant présentée comme l’une des trois priorités du plan de relance, avec l’écologie et la compétitivité. fait état du communiqué du 3 septembre, signé par le collectif Alerte qui voit dans ce plan « une occasion manquée de lutter contre la pauvreté ».

Mais attention le Premier ministre a toutefois expliqué, qu’en matière de « lutte contre la précarité », la « traduction » financière passera surtout par le PLFSS ( le projet de loi de financement de la sécurité sociale) qui doit être présenté d’ici la fin du mois… Wait and see ! (lire l’article de Localtis)

La petite Enfance oubliée du Plan de relance gouvernemental ?

 

photo : default 07   cookie_studio freepik.com

 

La sélection des articles a été réalisée avec l’aide de Michelle Verrier Flandre. Merci à elle

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.