L’étrange cécité des candidats de droite sur le traitement des usagers des drogues dans l’espace public

« Surveiller et punir », cet ouvrage majeur de Michel Foucault écrit en février 1978 nous invite à nous rappeler combien la fonction répressive est une façon de contraindre ceux qui ne respectent pas l’ordre social. Si des personnes se droguent dans l’espace public, c’est principalement parce qu’elles ne peuvent le faire dans l’espace privé à l’abri des regards. L’exemple de ce qui se passe à Paris pour les consommateurs de crack est assez édifiant.

Les faits sont là : Les consommateurs de crack sont des toxicomanes très dépendants. Ce sont des malades. Et à ce titre, ils devraient d’abord pouvoir être soignés. Or ils sont surtout déplacés, car ils troublent l’espace public. Chassés de la porte de la Chapelle,  dealers et consommateurs se sont retrouvés autour du bassin de la Villette. Des tirs de mortiers d’artifice lancés par des riverains contre eux ont conduit la Préfecture à réagir en les incitant à se regrouper dans un parc « les jardins d’Éole » dans le XVIIIᵉ arrondissement de Paris. Puis face aux nouveaux désordres, les plaintes des riverains et les reportages télés, ils ont à nouveau été déplacés vers la porte de la Villette où un mur entre Aubervilliers et la capitale a été bâti à la hâte.

Un mur baptisé  « mur de la honte »

Ce mur a aussi été construit pour permettre une meilleure répression. Le Canard Enchainé, dans son édition du 29 septembre, a révélé  une note du préfet de police de Paris Didier Lallement adressée au premier ministre. Pour lui, la construction de ce mur en provoquant un « cul-de-sac », doit permettre des interpellations quotidiennes des toxicomanes et des trafiquants. La note citée par le palmipède va plus loin. Elle proposait à Jean Castex d’arrêter et de regrouper les toxicomanes afin de les interner de force dans l’infirmerie psychiatrique de la Préfecture de  Paris. Le premier ministre ne donnera pas suite à cette préconisation.

Nombreux sont ceux qui se sont émus face à la construction de ce mur. Ils proposent logiquement qu’une prise en charge médico-sociale soit engagée. C’est ce qui au premier abord apparait  le plus raisonnable au regard de la situation de ces personnes très dépendantes.

« C’est très choquant »

La sociologue de l’Inserm et spécialiste des politiques de réduction des risques, Marie Jauffret-Roustide explique que « La construction de ce mur est le symbole de l’échec de la politique française trop centrée sur la répression de l’usage de drogues ». Interrogé pour le Bondy-Blog par Héléna Berkaoui, elle précise que « La législation, depuis la loi de 1970 sur la prohibition des drogues, n’a fait que se durcir ». « les personnes qui sont sur ces scènes sont extrêmement désinsérées, elles sont dans des situations de précarité sociale très importantes ». Il faut une approche médico-sociale

Un débat confisqué par les élu(e)s de droite

Cette situation occupe désormais une place significative dans les joutes électorales, qu’elles soient municipales ou nationales. Et là les bras m’en tombent. Que nous disent les élus ? Un retour en arrière est nécessaire et c’est  Marie Jauffret-Roustide qui rafraîchit notre mémoire.

En 2010, une expertise collective de l’Inserm confirme l’intérêt des salles accueillant des toxicomanes dites salles de shoot permettant d’apporter une première réponse sanitaire et sociale. Il en est recommandé l’expérimentation, avec le soutien de la Ministre de la Santé, (Roselyne Bachelot). Mais à l’époque, cette proposition est accueillie par une fin de non-recevoir par le Premier ministre, François Fillon, et par le président de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les toxicomanies (MILDT), Etienne Apaire. Pourtant, précise la sociologue, « quand les toxicomanes ont le choix, ils préfèrent consommer à l’abri des regards et dans des espaces protecteurs ».

Plus récemment Rachida Dati s’en prend à Anne Hidalgo accusée de tous les maux. Une seule solution pour l’égérie de Nicolas Sarkozy : la contrainte. « Non seulement les salles de shoot ne soignent pas les toxicomanes, mais en plus leur présence rend le quartier invivable pour les riverains. Il faut cesser et contraindre les toxicomanes à être hospitalisés » écrit-elle. Elle affirme de façon péremptoire qu’il n’y a pas de démarche de soins dans ces lieux d’accueil où les toxicomanes prennent des produits de substitution.

En 2011 Xavier Bertrand se disait « scandalisé » face aux propos de Martine Aubry lorsqu’elle souhaitait dépénaliser l’usage du cannabis. Aujourd’hui, le candidat qui s’est autodésigné à l’élection présidentielle demande plus de répression non seulement des dealers, mais aussi des consommateurs qui devront payer « immédiatement » des amendes quitte à ce qu’elles soient saisies sur le montant du RSA (qui rappelons-le est un revenu considéré comme insaisissable). Comme Rachida Dati, il préconise une obligation de soin. De son côté Gérald Darmanin refusera la mise en place d’une salle de consommation à Lille.

Valérie Pécresse, elle aussi, a multiplié les effets d’annonce en appelant à la désintoxication forcée et de l’obligation de soins présentées comme la seule optique de soins pour les usagers de crack. La candidate à l’élection présidentielle s’inscrit dans un discours martial inscrit dans une surenchère entre les différents candidats.

Finalement, ces candidats  que l’on nomme de droite dans l’échiquier politique ne proposent pas de solution médico-sociale. Ils accusent les salles de consommation à simple risque d’être des vecteurs de désordre et instrumentalisent les « riverains » en voulant parler en leur nom. Cette volonté de ne traiter un problème social uniquement par la répression et la contrainte nous montre combien l’idéologie nuit à la réalité des faits.

Que nous disent les chercheurs ?

Un rapport de l’INSERM publié en mai 2021 confirme l’intérêt des salles de consommation à moindre risque (SCMR) de Paris et de Strasbourg, dispositifs expérimentaux de réduction des risques et des dommages (RDRD) dédiés à l’accueil et aux soins des usagers de drogues par injection, conclut à des effets positifs en termes de santé publique.
.
En pénalisant de plus en plus l’usage de drogue, la France est à contre-courant de ce qu’il se passe dans la plupart des pays européens ou du Canada et des États-Unis. Un des modèles les plus intéressants est effectivement le modèle portugais qui a choisi depuis 20 ans de décriminaliser l’usage de toutes les drogues.
.
Au Portugal,  quand les personnes sont arrêtées avec des produits, elles passent devant une commission de dissuasion de la toxicomanie. Ces personnes sont amenées à voir des médecins et des assistants sociaux qui vont définir si elles sont dans une régulation de leur usage qui ne nécessite pas de soins particuliers ou s’il y a des conséquences sanitaires délétères de leur usage qui nécessitent des soins.
.
En France l’augmentation de la répression qu’on observe ne permet pas de limiter l’usage. Si on s’éloigne du crack, la France est le pays d’Europe avec le plus haut taux de consommation du cannabis chez les adolescents. C’est pire même si l’on s’en réfère au travail certes un peu ancien de Charles Henri De Choiseul Praslin. Cet avocat aujourd’hui disparu nous avait expliqué dans un ouvrage que l’économie de la drogue et de son trafic était dynamisé par la répression. 30 années ont passé et on en est toujours là.
Photo : Valérie Pécresse en 2018 Jacques Paquier le 28 août 2018 Certains droits réservés

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :