Les hommages à Audrey Adam conseillère en économie sociale familiale tuée dans l’exercice de son travail.

Le conseil Départemental de l’Aube a rendu hommage à Audrey Adam qui  a « payé de sa vie son engagement au service des autres ». Cette mort violente a été vécue comme un séisme au sein de la collectivité. L’ouverture, à 10 heures, de la dernière session publique de la mandature du Conseil  s’est déroulée dans une atmosphère d’infinie tristesse précise l’article publié sur le site du Département de l’Aube.

Les hautes autorités n’ont toutefois pas manqué de manifester leur soutien est-il précisé : Le Premier ministre Jean Castex et Jacqueline Gourault (ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales) se sont, chacun, longuement entretenus avec Philippe Pichery, en fin de semaine dernière – assurant le président du Conseil départemental de la solidarité du Gouvernement. Le préfet de l’Aube Stéphane Rouvé a également lu un message de soutien de Brigitte Bourguignon, ministre déléguée en charge de l’Autonomie.

Un acte incompréhensible

« Qu’aurions-nous pu ou dû faire ? » s’est interrogé le président de l’exécutif Départemental. Il a insisté sur « le caractère incompréhensible de cet acte, que rien ne laissait présager ». Il a aussi questionné « le faible retentissement de ce drame » dans les médias nationaux, « non pas par volonté de sensationnalisme, mais parce qu’un tel événement justifierait une prise de conscience nationale » de l’engagement et de la difficulté du travail social.

Plusieurs médias nationaux ont depuis lors abordé cette disparition tragique de notre collègue. Nathalie Birchem du journal La Croix titre sur « les métiers du travail social exposés, mais ignorés« . Les mots qu’elle utilise sont juste et appropriés. Dans cet article, elle rappelle que ce n’est pas la première fois qu’un travailleur social meurt dans l’exercice de ses fonctions. Elle rappelle ainsi les quatre dernières disparitions de professionnels tués dans l’exercice de leurs fonctions. Joran Le Gall Président de l’ANAS interrogé explique que « nos métiers consistent à accompagner des personnes en souffrance ». Or « la souffrance peut produire des violences » rappelle-t-il

De multiples témoignages

Le journal Le Monde a publié hier un article particulièrement documenté. La journaliste Isabelle Rey-Lefebvre donne la parole au président du Conseil Départemental très affecté par cette disparition « C’est un séisme pour la famille d’Audrey Adam, son compagnon et leurs enfants de 9 et 4 ans, pour ses parents et pour notre collectivité tout entière » confie-t-il. « Rien ne laissait redouter un tel drame, surtout que les rapports de Mme Adam avec toutes les personnes dont elle assurait le suivi social, notamment ce monsieur, étaient cordiaux : il lui offrait régulièrement des œufs de ses poules ou des légumes de son jardin… Mme Adam était très apprécié de tous, c’était une personne chaleureuse et expérimentée puisque ayant déjà passé trois ans au service des tutelles pour personnes âgées ».

La journaliste donne aussi la parole à Alexandre Lebarbey, représentant CGT au sein du Haut Conseil du Travail Social. « S’il s’agissait d’un policier, il y aurait eu un déplacement ministériel », regrette-t-il. Il rappelle à nouveau cette « invisibilité » des travailleurs sociaux.

Roland Giraud, ancien  président de l’ANDASS, actuellement délégué au développement du partenariat de l’association explique  que « la profession, …/… est à 95 % féminine, mal payée, avec du temps partiel subi, notamment pour les aides à domicile et les auxiliaires de vie ». Cet article recueille d’autres témoignages que je ne peux tous les citer ici, mais je retiens aussi celui de Marie Paule Cols ancienne vice-présidente du HCTS. Elle  explique que « Les travailleurs sociaux ont toujours du mal à revendiquer pour eux-mêmes et sont plus volontiers les porte-parole de ceux dont ils s’occupent et comprennent la souffrance ».  Enfin Isabelle Rey-Lefebvre fait état de la pétition en ligne qui a recueilli plus de 13.000 signatures en 4 jours.

La presse professionnelle n’est pas en reste notamment le Média Social, les ASH, et Lien Social. Vous pouvez lire ces articles en libre accès ici :

.

Et pour cet article

 

 

Photo créé par kbza – fr.freepik.com

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Une réponse

  1. Quelle méconnaissance de la place des travailleur.ses sociaux. ales auprès des personnes qu’ils, qu’elles accompagnent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :