Les Départements emploient 29400 travailleurs sociaux / Alerte défend le droit à l’alimentation / Paris : le service social du 19ème en grève demain

  • Le secteur social et médicosocial des départements compte 115.000 salariés : A l’occasion de la Journée mondiale du travail social, la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) des ministères sociaux a publié une étude synthétique sur les effectifs des départements dans le secteur de l’action sociale et médicosociale. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les personnels administratifs et techniques représentent le principal poste des effectifs du secteur social et médicosocial avec 44% du total (hors assistantes familiales) et 34.730 salariés. Vient ensuite le personnel social et éducatif (29.400 agents et 38%), constitué à 90% d’assistants de service social. Pour sa part, le personnel paramédical représente 10% du total (8.080 agents, dont 56% de puéricultrices, 29% d’infirmières et 9% d’auxiliaires de puériculture) et le personnel médical 5% (3.880 agents, dont 75% de médecins et 25% de sages-femmes). Ces personnels médicaux et paramédicaux interviennent essentiellement dans le cadre de la PMI. S’y ajoutent également 1.810 psychologues et 320 personnels médico-techniques.  (consulter le numéro 1054 d’Etudes et Résultats de la DREES). Vous pouvez lire aussi sur ce sujet l’article d’Olivier Bonnin paru avant hier dans le guide familial
  • «Le droit à l’alimentation fait partie des droits qui ne sont pas respectés dans notre pays.» « Selon François Soulage, président du Collectif Alerte. Trop de personnes n’ont pas aujourd’hui les moyens suffisants pour pouvoir disposer d’une alimentation régulière, et doivent avoir recours à des distributions alimentaires, pour nourrir leur famille. Mais, pour le Collectif Alerte dont le principal objectif est de donner à chacun les moyens de vivre en pleine dignité, l’aide alimentaire, conçue comme un dépannage provisoire, certes absolument nécessaire dans beaucoup de cas, ne peut et ne devrait pas être une solution durable » …/… « Le meilleur moyen de répondre aux besoins repérés est de développer les Programmes Alimentaires Territoriaux pour mettre autour de la même table les producteurs, les distributeurs et les personnes ou les représentants des personnes devant bénéficier d’un soutien alimentaire, sur un même territoire
  • Paris : Le Service Social du 19ème arrondissement en grève le 29 mars. « Alors qu’ils espéraient souffler après l’annonce (longtemps attendue !) de la création de 5 postes d’Assistants Socio Educatifs au sein de l’arrondissement, les travailleurs sociaux du 19ème s’inquiètent aujourd’hui des redéploiements en interne liés à la création d’un pôle «Informations Préoccupantes et prises en charge hôtelière» expérimental (bientôt dans tous les arrondissements ?) qui nécessitera la mobilisation de 8 travailleurs sociaux à temps plein. Outre les 5 postes qui devaient permettre de renforcer les équipes sur les différents quartiers de l’arrondissement, 3 postes seront prélevés à l’accompagnement pour constituer ce nouveau pôle IP. » (lire la suite sur le site SUPAP-FSU de la DASES)

et aussi

  • Mouvement social : la territoriale mobilisée dans les cortèges.  Les agents territoriaux se sont déplacés dans les cortèges lors de la journée de mobilisation à l’appel de sept syndicats de la fonction publique. Avec une revendication principale : la défense des services publics. Ce Reportages à Lyon et Nantes des correspondants de la Gazette des Communes montre combien les valeurs du service public mais aussi les conditions de travail qui se détériorent sérieusement sont les 2 moteurs de la mobilisation des agents territoriaux.
  • Devedjian refuse de soigner les étrangers : Le département des hauts-de-seine veut exclure les mères et les enfants sans papiers des PMI et du planning familial. « Le pôle Solidarité du département des Hauts-de-Seine a décidé d’évincer les femmes et enfants étrangers et ne disposant pas de titres de séjour des centres de protection maternelle et infantile (PMI) et de planification et d’éducation familiale (CPEF). Une circulaire adressée fin février aux personnels de ces structures départementales, mais qui concerne également les centres conventionnés, ordonne aux médecins et sages-femmes «d’orienter exclusivement et sans délai toute femme enceinte ou enfant nécessitant des examens complémentaires, sans droits ouverts ou en cours d’ouverture, vers un centre qui pratique le Pass hospitalier».

 

photo Pixabay 

revue de presse réalisée avec le concours de Michelle Verrier Flandre

 

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.