La demande de reconnaissance des « ASSFAM »/ Covid-19 : les nouvelles instructions pour les précaires / Il y aurait « 300.000 SDF en France »

Les assistants familiaux demandent plus de reconnaissance

« Thierry n’est pas le père de Julien ». Il est assistant familial nous précise le site vià Occitanie. Le journaliste Patrick Mallet a retrouvé Thierry devant le Conseil Départemental du Gard à Nîmes. Une manifestation y était organisé jeudi dernier. Il était accompagné de plusieurs de ses collègues comme Angélique. Elle aussi, est venue faire part de sa colère.

Les aidants familiaux s’inquiètent aussi du manque d’attractivité de la profession. Un métier dont les besoins pourraient augmenter avec la crise sanitaire est-il expliqué. Ce problème dépasse largement les frontières de l’Occitanie. Au final cette difficulté concerne toutes les régions et les départements du territoire.

Voici son reportage :

Covid-19 : de nouvelles instructions pour la prise en charge des personnes précaires

Une instruction interministérielle en direction des préfets liste une série d’actions à mettre en œuvre dans la prise en charge et le soutien aux populations précaires face à l’épidémie de Covid-19, notamment sur la mise à l’abri par l’accès à l’hébergement, l’accès au logement et l’aide alimentaire. Le site Localtis (banque des territoires) en propose ici un résumé.

Il est demandé aux préfets « d’ouvrir autant de places que nécessaire » en s’appuyant sur le nombre de demandes non pourvues par le 115. Les hôtels peuvent être mobilisés mais pas les gymnases et autres ensembles collectifs propice à la diffusion du virus. Les demandeurs d’asile sont pris en considération avec une décentralisation des places du dispositif national d’accueil. Les nouvelles places qui vont être mobilisées devront viser un tarif journalier de 30 euros.

Cette instruction concerne aussi le fonctionnement des associations :

L’ensemble des associations, y compris celles qui ne sont pas agréées au titre de l’aide alimentaire, pourront mettre en place des actions d’aide alimentaire et recevoir des contributions publiques. Il est par ailleurs demandé aux préfets de maintenir dans la mesure du possible les maraudes et les accueils de jour. Les bénévoles intervenant devront disposer de leur attestation, et cocher la case « déplacements professionnels ». La justification du déplacement du ou des bénévoles doit toutefois être fournie par la direction des établissements associatifs aux bénévoles.

il est aussi demandé aux préfets une tolérance pour les personnes accompagnés par les associations, qui peuvent être en difficulté pour produire une attestation. Il est également demandé aux forces de l’ordre de faire preuve de discernement à l’occasion des contrôles des personnes sans domicile fixe ou en grande précarité.

Une cartographie des points d’eau devra être réalisée dans les départements. Celle-ci devra être connue de tous les acteurs intervenant. Enfin, cette instruction détaille en annexe les structures qui mettent en œuvre l’accès aux soins des personnes précaires et dont l’activité nécessite d’être poursuivie autant que possible. (télécharger  l’instruction aux préfets sur la prise en charge et le soutien aux populations précaires face à l’épidémie de Covid-19)

La Fondation Abbé Pierre recense « 300.000 SDF en France », un « électrochoc »

Le nombre actuel de SDF en France tourne autour de « 300.000 », un chiffre qui doit servir d' »électrochoc », affirme Christophe Robert,  dans les colonnes de plusieurs médias dont l’Express, redoutant la reprise des expulsions à partir du 1er avril prochain. Interrogé par l’AFP, le délégué général de la Fondation Abbé Pierre qu’il y a « environ 185.000 personnes en centres d’hébergement », « 100.000 dans les lieux d’accueil pour demandeurs d’asile », et « 16.000 personnes dans les bidonvilles ». « S’y ajoutent les sans-abris, plus difficiles à quantifier » précise-t-il

La crise économique ne va pas diminuer ces chiffres et tout au contraire, ils risquent fort de repartir à la hausse. En effet « avec la crise économique et le chômage de masse, beaucoup de gens risquent de ne plus pouvoir payer leur logement ». Les CHRS et autres structures d’hébergement vont avoir fort à faire dans les semaines et les mois qui viennent. La fondation Abbé Pierre demande notamment « la création d’un fonds d’aide au paiement des loyers et des charges, doté de 200 millions d’euros ». (lire l’article de l’AFP sur l’Express)

et aussi

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.