Le travailleur social qui a changé ma vie

« Je n’appréciais pas particulièrement les éducateurs lorsque j’étais un enfant en pleine croissance, du moins pas autant que j’aurais sans doute dû. Mais quand je regarde en arrière parmi tous les travailleurs sociaux avec qui j’ai eu à faire, à l’exception d’un seul homme, ils ont fait quelque chose de suffisamment important  pour que je m’en souvienne de nombreuses années plus tard ».

Un témoignage de Christopher Hoyle, universitaire agent de développement dans l’enseignement supérieur. Pris en charge à l’âge de 13 ans, soutenu par les travailleurs sociaux jusqu’à  son 24e anniversaire.

« Aujourd’hui, je travaille dans le domaine du soin sans doute pour les mêmes raisons que la plupart des enfants  pris en charge à la suite d’abus ou de négligence.

Lors d’une réunion qui avait eu lieu le lendemain ma prise en charge, ma mère, qui était là aussi, avait déclaré que j’avais l’habitude d’être violent envers mon petit frère, ce qui n’était pas vrai. Dans cette réunion, il y avait un travailleur social – elle n’était même pas mon éducatrice, elle intervenait auprès de mon frère. J’étais pétrifié et elle a fait la chose la plus simple qui soit : elle m’a souri. C’était le lien humain dont j’avais désespérément besoin à l’époque. C’est à ce moment là que j’ai su que ces grandes personnes ne croyaient  pas réellement  ce que ma mère disait ».

« Ce travailleur social là, celui qui se démarque, qui fait un pas de coté avait connaissance de mes droits d’enfant. Elle me les a expliqué. Je lui suis éternellement reconnaissant pour cela, c’est vraiment ce qui a fait la différence dans ma situation. Elle m’a donné du pouvoir à un moment où je étais assez impuissant, et elle m’a donné la capacité de comprendre ce qui se passait et ce que je pouvais faire et ce que la société pouvait me procurer ».

« Quand j’étais plus jeune, j’interrogeais mes travailleurs sociaux lorsque ce que j’attendais ne se produisait pas. Maintenant je me rends compte qu’ils valent plus que leur poids  en or. Je pense que ce sont  tous de  bonnes personnes, même ceux qui ne font pas bien leur travail – à mon avis – ce sont des gens qui ont été maltraités par le système. Les travailleurs sociaux s’investissent dans leurs tâches parce qu’ils se soucient réellement des autres et veulent aider les gens ».

Témoignage issu de « The social worker who changed my life »

photo : Christopher Hoyle: ‘Social workers are more than worth their weight in gold, they’re all extremely good people.’ (Les travailleurs sociaux valent plus que leur poids en or, ils sont tous extrêmement bons).Photograph: Sheffield Hallam University

 

Note : cet article, déjà publié en février 2017,  a été re-programmée à l’avance car je suis absent, sans connexion internet jusqu’au 10 mai. Je ne pourrai mettre en ligne vos éventuels commentaires qu’à mon retour. Merci de votre compréhension.

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Une réponse

  1. les travailleurs sociaux font leur travail consciencieusement mais n »ont pas le temps et ont top de dossiers trop d’enfants à suivre ;toujours pour une question économique.moi je sais qu’un travail educateur famille d’accueil conduisent des jeunes en difficulté ves un avenir d’adulte responsable et bien insérés dans la societe . je l’ai vecu en tant que famille d’accueil . je voudrais que nos politiques en prennent conscience .et se mettent autour d’une table pour ecrire le travail social pour tous ces jeunes qui vivent des situations difficiles .il n »est jamais trop tard our le faire il suffit de le décider et agir .une assistante familiale qui a vécu des orientations d’enfants inappropriés et qui conduisent les enfants à l’echec alors qu’on aurait pu l’éviter .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :