Grand Froid : qu’en est-il de la situation des personnes à la rue ?

  • 128 mineurs isolés en danger absolu signalés à Paris : Plusieurs avocats ont adressé jeudi soir au procureur de Paris une liste nominative de 128 mineurs en «danger grave et immédiat pour leur santé physique et psychique». Ils sont âgés de 13 à 17 ans, principalement des garçons. «De nombreux mineurs non accompagnés (…) se trouvent actuellement livrés à eux-mêmes dans les rues de Paris, sans abri, par des températures négatives, et de ce fait exposés à un danger grave et immédiat pour leur santé physique et psychique», s’alarment ces avocats.
  • Plan Grand froid : « à Paris, la prise en charge des migrants tourne au fiasco ». Malgré la mise en place du Plan Grand froid lundi 5 février, les quelque 900 migrants qui vivent dans les rues de Paris n’ont pas pu trouver d’hébergement d’urgence dans la nuit de mardi à mercredi et n’ont eu d’autres choix que de dormir sous la neige. Selon les ONG contactées par InfoMigrants, très peu de migrants ont pu  profiter des places créées par le plan grand froid. « Malgré les places annoncées, beaucoup de personnes ont dormi dans la rue », souffle Corinne Torre, chef de mission France chez Médecins sans frontières (MSF). « Sans les associations, les migrants seraient en grand danger ». Pour l’instant, aucun cas d’hypothermie ou de gelure n’ont été constatés lors des maraudes de MSF mais le risque reste bien présent, d’autant que Météo France prévoit un nouvel épisode neigeux vendredi et les températures demeurent glaciales.
  • «Le problème du sans logement, ce n’est pas seulement l’hiver», dénoncent les associations : Comme tous les ans à chaque grande chute des températures, les regards et les caméras se tournent naturellement vers les personnes les plus fragiles, à la rue, sans domicile fixe. Le gouvernement s’en émeut et déclenche aussitôt le plan grand froid, afin d’offrir un hébergement provisoire à tous.   »145 000 places d’urgence ont ainsi été ouvertes dans toute la France, dans des salles communes, des gymnases… Soit 10 000 de plus que l’année dernière à la même période » , vient d’annoncer le porte-parole du gouvernement. Les associations s’en félicitent mais «Notre vrai sujet, c’est l’après grand froid, quand le thermomètre va remonter, quand les naufragés de la vie vont retourner à la rue après quelques jours au chaud», poursuit Eric Pliez. Une crainte partagée par Florent Gueguen, directeur général de la Fédération des acteurs de la solidarité.
  • Accueil hivernal des migrants: Grande-Synthe se veut exemplaire. La ville n’a pas attendu la vague de froid de cette semaine pour mettre les migrants à l’abri: un gymnase leur est dédié depuis le début de l’hiver, une manière pour le maire d’interpeller l’Etat sur la nécessaire réouverture d’un centre d’accueil. (AFP)

 

Photo Jeanne Menjoulet  « my Paris under the snow »   Boulevard de Belleville  le ‎7‎ ‎février‎ ‎2018 Certains droits réservés

 

Sélection des articles réalisée avec l’aide de Michelle Verrier Flandre

 

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :