Etats Généraux du travail social : la position de l’Association des Départements de France a le mérite de la clarté

Un article paru dans TSA signé  Noël Bouttier  il y a déjà quelques semaines indique que  » l »ADF critique sans ménagement la tournure technocratique prise par les Etats généraux. Elle demande qu’avant de prendre ses responsabilités sur ce chantier, l’Etat et les représentants de collectivités se mettent d’accord sur une note de cadrage ».  « Il faut repolitiser ces États généraux, précise Jean-Pierre Hardy, responsable des politiques sociales. Si le président Claudy Lebreton les copréside, il doit le faire aux côtés d’un ministre » précise l’ADF qui n’apprécie pas que les services de l’Etat interfèrent par cette initiative  sur des  « questions organisationnelles » qui relèvent de « la libre administration des collectivités territoriales ».

Cela on le savait déjà. Mais il y a mieux . Toujours selon cet article des questions de fonds sont posées : selon l’ADF  » le travail social a été  construit autour du cure (trouver des solutions à des problèmes ponctuels) »   » a-t-il vraiment basculé vers le care qui suppose un accompagnement global et sur la durée ? Auquel cas il faudrait repenser l’ensemble de l’organisation sociale en passant d’une « logique de dispositifs et de mesures à une logique de parcours de vie et d’insertion ».

Il n’est pas certain du tout que l’ensemble des départements soient sur ce positionnement. Nous avons là une prise de position surprenante  qui  a le mérite de la clarté : l’ADF estime que le travail social c’est gérer des dispositifs en trouvant des solutions (des recettes) à des personnes qui font des demandes ponctuelles ce qui n’est pas du tout la philosophie ni l’essence du travail social dans ses fondements et définitions nationales et internationales (sauf sur le fait de permettre à la personne d’activer ses droits et j’ajouterais désormais bien que ce ne soit pas dans les textes faire en sorte qu’elle assume ses devoirs).

 C’est un vrai débat de fond avec d’un coté les CG employeurs qui attendent une chose et l’Etat qui en rappelle une autre. Une nouvelle  note de cadrage demandé par l’ADF risque de provoquer des dégats… Est ce que demain ce seront les employeurs qui décideront directement comment doit être organisée la formation pour disposer de professionnels adaptés à leurs propres demandes ? Restera-t-il ddemain des espaces de réflexion et d’expertise portées par des travailleurs sociaux ou ne seront ils bons qu’à remplir des imprimés et activer des dispositifs pré pensés pour des catégories de population ? Certains estimeront que j’exagère mais quand même nous risquons d’aller dans cette direction.
Enfin, estimer  que les Etats Généraux ont été mal portés politiquement est assez remarquable puisqu’il s’agit d’une critique de l’ADF (de la même majorité)  à l’encontre du gouvernement précédent (portage Mme Carlotti sur commande de notre ancien 1er ministre Jean Marc Ayrault). Cela fait un peu désordre et contribue à instruire un nouveau procès en accusation d’amateurisme à l’encontre de l’ancien gouvernement qui a été récemment « taclé »  sur ce sujet par l’opposition et une frange de l’actuelle majorité.

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :