« Elle s’appelait Émilie et avait 34 ans.. » Maltraitances en maison de retraite.. SDF indésirables dans les rues..

  • «Elle s’appelait Emilie, elle avait 34 ans» : une année de meurtres conjugaux : Libération publie le résumé de  la fin de vie de 64 femmes tuées par leur conjoint depuis le début de l’année. Titiou Lecoq rappelle que 120 femmes sont tuées chaque année par leur conjoint, leur mari ou leur ex. Derrière cette statistique, précise-t-elle, il y a des prénoms, des histoires, des vies. « Cette litanie funéraire égrène les meurtres conjugaux depuis le 1er janvier 2017 : on en décompte déjà 50. Cette liste macabre n’est pas exhaustive. Elle s’appuie sur les cas qui ont été mentionnés dans la presse depuis janvier 2017. En outre, certaines affaires n’ont pas été intégrées quand l’enquête n’était pas encore suffisamment avancée »…
  • Trois semaines sans une douche à la maison de retraite de Paimbœuf  (44) : Personnel et pensionnaires sont en souffrance. D’une seule voix, ils dénoncent leurs conditions de travail et de vie dans l’établissement. Leurs témoignages laissent entrevoir une fin de vie faite d’ennui et de solitude. Reportage…. La dernière douche de Juliette Abellard date d’il y a trois semaines. Le dernier shampooing aussi. Pour le bain – son pêché mignon – il faut remonter au mois de mai. Depuis qu’une maladie atrophie ses muscles, cette imposante femme, ancienne gardienne de camping, est dépendante des aides-soignantes pour se laver, se coucher, se lever…
  • Enlever de l’espace public ces sans-abris que je ne saurais voir !  Un titre violent pour une vérité sociale violente. Mais pourquoi tant d’agressivité ? Depuis 20 ans, les dispositifs anti-sans-abri ont pris une ampleur dangereuse. Retour sur les « astuces » pour éloigner les personnes à la rue de l’espace public. Dans le métro Parisien, on peut voir apparaître des bancs inclinés, des pics en metal ou même de puissantes lumières éloignant les SDF hors des stations. Selon L’association Survival Group les Mairies jouent sur l’esthétique pour camoufler leur dispositif anti-sans abri. 

et aussi

  • À Villeurbanne, une lutte farouche contre le chômage : Le quartier Saint-Jean, à Villeurbanne, a été choisi pour expérimenter le projet « Territoires zéro chômeur de longue durée ». Une ambition fédératrice, qui mobilise de nombreuses entreprises sociales et solidaires. Mais pas uniquement.

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :