Dans la vie des femmes toxicomanes.. Les aidants enfin reconnus.. Des enfants protégés par des travailleurs sociaux..

  • Dans la vie des femmes toxicomanes de Paris On ne se bat pas pour l’égalité salariale – on se bat pour avoir notre drogue et notre thune sans se faire taper ou violer. »(Matilda, 28 ans, toxicomane) Parmi les spots à drogues dures à Paris, la rue Ambroise Paré, tout près de la gare du Nord, est le fief des crackheads de la capitale. Sarah*, 53 ans, est une doyenne de cette rue de la piquouse coincée entre la gare et l’hôpital Lariboisière. .Elle sort tout juste de l’hôpital, où elle est venue récupérer ses fioles de méthadone…  (un reportage interessant et complet sur un sujet trop peu traité signé  Barthélémy Gaillard ).
  • Les aidants enfin reconnus… sur le papier : « On les appelle aidants mais on les ignore bien trop souvent. » Treize ans après la création de l’Association française des aidants (Afa), son slogan n’a pas vieilli. C’était hier la Journée nationale des aidants. Thème de la 7e édition : “Concilier sa vie professionnelle et sa vie d’aidant”. Un sujet d’actualité puisque 47 % des aidants travaillent. Avec le vieillissement de la population, on estime que « plus de 20 % des actifs joueront un rôle d’aidant dans les années à venir. »

protection après l’intervention de travailleurs sociaux :

 

Photo :  elad abraham Glamour tóxico

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :