Disparition de notre collègue éducateur le 21 mars 2015 à Nantes : le recueillement…

Vous trouverez ici les éléments qui précisent les circonstances de la mort de notre collège éducateur de SSPE à Nantes le 19 mars 2015. Voici ici les principaux articles sur le sujet  :

2 jours après le drame voici ce qu’avait écrit nos collègues éducateurs spécialisés :

« Nous espérons que, suite à cette tragédie, des dispositions seront prises en terme de renforcement des moyens humains dans notre profession (ratio de suivi pour un travailleur social trop élevé) et surtout qu’il élèvera la prise de conscience des pouvoirs publics que notre travail n’est pas vain…

Nous travaillons souvent tels des sous-marins pour protéger aux mieux les personnes les plus fragiles, nous sommes pacifistes, mais soumis à la loi, à des mandats judiciaires qui peuvent nous plonger au cœur de l’effroi, sans filets pour garantir notre sécurité…

Beaucoup de situations sont parfois désamorcées par notre capacité de dialogue, d’écoute, mais le décès de notre collègue vient nous heurter dans ce que nous représentons…

Nous ne voulons pas non plus davantage de sécurité telle que des présences policières et de gendarmes en permanence à nos côtés, mais, quand nous faisons état des tensions et parfois de menaces d’une grande minorité des personnes que nous suivons, qui peut-nous protéger ou prendre en compte notre exposition au risque?

Nous continuerons à œuvrer en matière de protection de l’enfance, car il s’agit d’un enjeu majeur dans notre société et dans la construction identitaires des futurs générations et y compris les plus fragiles.

Pour conclure, nous rendons hommage à notre collègue, à sa famille et à l’équipe dans laquelle il exerçait ».

Photo : extrait du vidéo reportage de Ouest France

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

0 réponse

  1. Nous sommes éducateurs et avons subit une agression dans le sud de la France voilà plus de 10 ans. Nous en avons tiré des conclusions
    > absence de debriefing
    > peu de prise en compte du trauma
    > nous n’avons pas été formés à cela et on se retrouve seul et démunis

    On a créé une asso, puis une formation en créant un concept GESIVI (gestion des situations de violence). On a également écrit un livre pour contribuer à ce que nos collègues soient préparés

    Notre site pour vous aider
    http://www.gesivi.fr

    Bon courage

  2. Toutes mes condoléances aux proches,étant veilleuse je me sens encore plus touchée de la dangerosité des structures spécialisées.
    Courage �

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mon nouveau livre vient de sortir :
"Les oubliés du confinement"

Soutenez mon travail (et ce blog), en achetant un exemplaire !

%d blogueurs aiment cette page :