Ca craque toujours dans les Ehpad / Job Connection ou la surveillance des allocataires du RSA ? / Un CHU condamné pour signalement abusif

Un médecin coordinateur dans un Ehpad de Vendée menace de démissionner : « C’est un cri d’alarme, un cri de désespoir »

Marcellin Meunier a décidé d’alerter les medias locaux mais aussi régionaux et nationaux sur la détresse critique qui existe actuellement dans l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. (EHPAD) de Notre Dame des Monts en Vendée. La structure héberge 80 résidents où il intervient depuis 10 ans. Il écrit sur son compte facebook que « la situation est devenue critique à un point tel que les arrêts de travail du personnel exténué, les abandons de poste et les situations de burn-out sont légion, ce qui ne permet plus un fonctionnement normal de l’établissement, augmentant de facto la charge de travail et ne permettant plus les soins minimums que requièrent nos personnes âgées, du fait de leur dépendance , de leur état de santé ou de leur âge très avancé ».  Un article de Ouest France expose en détail ce qui s’y passe.  (lire l’article de FranceInfo: )

EHPAD encore et toujours : « On n’est pas couché » : le témoignage édifiant d’Hella Kherief

Licenciée après un témoignage à visage découvert, Hella Kherief, qui était aide-soignante dans un Ehpad, vient de publier un livre « Le scandale des Ehpad« . C’est un livre coup de poing où elle dresse le terrible quotidien dans ces établissements. « Je me bats parce que j’ai peur de souffrir en mettant un de mes parents en Ehpad et de voir mes enfants souffrir s’ils doivent m’y mettre », raconte-t-elle face à Laurent Ruquier et ses chroniqueurs. Elle le dit clairement : « On fait de l’argent sur le dos des personnes âgées ». « Je trouve ça inhumain, qu’à cause d’un budget, je ne puisse pas changer un résident. Le quota est limité à trois couches par jour (…) C’est quelque chose qu’on ne peut pas entendre » (lire l’article de RTL)

«Job Connexion», un nouvel outil pour surveiller les bénéficiaires du RSA ?

 la nouvelle plateforme lancée  par le département du Bas-Rhin a pour objectif de mettre en relation les employeurs avec les bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA) bas-rhinois à la recherche d’un emploi. Mais au passage, en utilisant cette plateforme, l’usager donne aussi une somme d’informations qui pourrait bien être une mine pour le département du Bas-Rhin, qui assume une politique volontariste de contrôle des allocataires. Les relevés bancaires de ces derniers sont déjà surveillés par le département. Les délégués du Défenseur des droits en Alsace ont d’ailleurs récemment alerté sur les cas de bénéficiaires privés de RSA à cause de dons de leurs parents. «Dans l’absolu, cela pourrait devenir un outil de surveillance », reconnaît Jean-Pierre Aubert, chargé de projet au Département. (lire l’article de 20 minutes)

Un CHU condamné pour « signalement abusif » ? Bonnes nouvelles !

Laurent Puech ancien président de l’ANAS et animateur de secretpro.fr nous apprend sur son site « protections-critiques » que le CHU de Clermont-Ferrand vient d’être condamné pour « signalement abusif ». « Cette nouvelle a semé un trouble parmi les professionnels notamment, qui se sont inquiétés de cette condamnation suite à un signalement d’enfant en danger ». C’est une bonne nouvelle car 1. (enfin) des parents ne se soumettent pas alors qu’il a été constaté une forme d’ « emballement » et un manque d’analyse condisant à un signalement engagé par un pédiatre de l’hôpital. et 2. ce n’est pas le professionnel qui  est condamné mais l’institution qui l’emploie, car précise le juge, c’était à elle de mettre en place des procédures permettant d’agir avec discernement. Il reste toutefois une famille qui a subie un préjudice et qui a engagé une démarche en réparation. En effet l’enfant a été placé pendant 2 semaines et l’on imagine bien le traumatisme que cela a pu provoquer au sein de la famille et de ses proches… (lire l’article de Laurent Puech sur le site « décrypter les approches de protection en travail social » )

et aussi

Épuisement, burn out : les agents de l’aide sociale à l’enfance en Creuse dénoncent leurs conditions de travail

Il faudrait presque une chronique permanente sur les difficultés des professionnels de l’aide sociale à l’enfance un peu trop souvent accusés de tous les maux. Ceux de  la Creuse « prennent la parole et déplorent des conditions de travail difficiles. Manque de moyens, surcharge de travail, hiérarchie remise en question, la liste des malaises est très longue ». Chaque agent, travailleur social ou référent administratif, doit traiter en moyenne une quarantaine de dossiers en Creuse contre une vingtaine au niveau national. Un dossier peut concerner plusieurs enfants d’une même famille. Au total 370 enfants sont placés en Creuse, un chiffre qui a explosé ces dernières années. Ecoutez voir…

(lire l’article de Radio France Bleu)

 

photo Marcellin Meunier sur son compte facebook Toute l’équipe de l’EHPAD LES OYATS EN VENDÉE : Épuisée, motivée, solidaire, combative pour nos anciens et leur famille qui nous accompagne (photos) ; quelle chance de travailler avec des gens si compétents et si bienveillants!

La sélection des articles a été réalisée avec l’aide de Michelle Verrier Flandre (merci à elle pour sa veille professionnelle)

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :