Travail social et prévention des radicalisations, un rapport nécessaire mais aussi un malaise des conseillers de probation et d'insertion des prisons

  • La prévention des radicalisations déclinée en plusieurs missions pour les travailleurs sociaux : Dans son rapport, Michel Thierry  détaille ce que recouvre la notion de «dérive radicale». Elle doit être distinguée «des intégrismes religieux», tout comme «des comportements de provocation liés à l’adolescence», souligne-t-il. En outre «il n’existe pas de profil type de la personne « radicalisée »» : l’analyse des signalements depuis 2014 fait en effet « apparaître une relative diversité géographique et sociale »…
  • Personnels pénitentiaires : La filière insertion en quête de reconnaissance. Les mesures prises dans le cadre de la lutte contre la radicalisation contribuent à surcharger les CPIP et, surtout, alimentent leur mal-être. Des postes de délégués locaux du renseignement ont été créés au sein des services, avec une pression sur les CPIP pour faire remonter des informations, et un risque réel « que les gens se mettent à signaler n’importe quoi ». Sans parler de la confusion des genres. « C’est inenvisageable pour un travailleur social d’avoir une relation de confiance avec une personne si celle-ci sait qu’on va transmettre des informations susceptibles de se retourner contre elle »,
  • Les travailleurs sociaux zonent dans les endroits où se trouvent les ados. Respectivement assistant social et éducatrice, ils sont travailleurs sociaux de rue. Leur boulot ? « Zoner dans les endroits où se trouvent les jeunes : le métro, les parcs, la rue… » Ils sillonnent les quartiers d’Anderlecht avec leur sac à dos muni d’un badge AMO TCC Accueil. Derrière ce sigle un peu abscons se cache un service d’aide en milieu ouvert (AMO)

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :