La barre des 2 millions d’allocataires du RSA franchie / Le Covid-19 aggrave l’isolement des SDF / Paris : un hôtel offre 42 chambres pendant un an

RSA : la barre des 2 millions de bénéficiaires a été franchie

C’est du jamais vu depuis 11 ans explique le journal Le Figaro qui fait référence à la dernière note de conjoncture de la Caisse Nationale d’Allocations Familiales. Celle-ci indique que fin juin 2020, le nombre d’allocataires du revenu de solidarité active (RSA), résidant en France entière, était déjà estimée à 1,99 million de foyers. Et ce chiffre n’a pu que croître avec la seconde période de confinement survenue depuis

C’est ce que confirme un article du journal les Échos. « La hausse représente +8,5 % en septembre par rapport à une situation sans crise sanitaire. La dépense de RSA est désormais supérieure à 1 milliard d’euros par mois. » Le tableau fourni par la CNAF est explicite :

RSA CNAF oct 2020

Dans un autre article,  le journal les Échos parle de cette « inquiétante montée de la pauvreté ». Il souligne aussi que le gouvernement est opposé à toute revalorisation des minima sociaux, préférant « privilégier les mesures ciblées ». Une décision nettement insuffisante malgré les mesures annoncées. Pour Christophe Devys, qui préside le collectif Alerte regroupant 35 fédérations et associations nationales de solidarité, le gouvernement reste sur une « position idéologique » et ne semble pas du tout mesurer l’ampleur du problème.

« Cette revalorisation est d’autant plus nécessaire que le RSA n’atteint plus aujourd’hui que 39 % du SMIC, contre 50 % en 1988, au moment de la création du RMI (l’ancêtre du RSA) ». (Lire l’article des Échos) | (Lire la note de conjoncture de la CNAF) | (Lire l’article du Figaro)

La crise du Covid-19 aggrave l’isolement social des personnes SDF

Il leur est devenu impossible d’accéder aux toilettes des bars et des restaurants ou difficile de faire la manche dans des rues désertées nous explique Léah Boukobza  dans le magazine slate.fr.

BFM TV précise que, depuis plusieurs mois, les sans domicile fixe de la capitale sont proportionnellement bien plus touchés par l’épidémie que les Parisiens qui ne sont pas en situation de grande précarité. 40% des SDF seraient positifs selon le président du Conseil Scientifique, Cela contribue encore plus à leur isolement car de nombreuses personnes ont désormais peur d’aller vers eux. (lire l’article de Slate.fr) | (lire l’article de BFM TV)

Un hôtel parisien met à disposition 42 chambres pour les sans-abris

Il y a aussi de belles initiatives de solidarités à souligner malgré le « marasme » ambiant et la situation très difficile pour les plus exclus. Ainsi « Alors que Paris est privé de touristes depuis le début de la crise sanitaire, l’hôtel Avenir Montmartre situé dans le 9e arrondissement a contacté Emmaüs pour offrir ses chambres vides aux personnes en difficulté. « Il nous a proposé de mettre à disposition son établissement pour une durée d’un an », explique Bruno Morel directeur d’Emmaüs.

, journaliste est allée sur place pour le journal Le Parisien.  « Le public est essentiellement masculin, âgé d’une quarantaine d’années. Certains ont connu de grosses ruptures sociales, familiales ou ont des parcours traumatiques d’exil, une santé parfois fragilisée, d’où la présence régulière d’un infirmier. Certains travaillent dans le gardiennage, le bâtiment ou étaient serveurs… Ce sont des personnes qui ont une volonté de trouver des solutions. » (lire l’article du Parisien)

 

lire aussi

 

 

photo créé par cookie_studio – fr.freepik.com

La sélection des articles a été réalisée avec l’aide de Michelle Verrier Flandre. Merci à elle

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :