Il faut supprimer les maisons de retraite / Ma vie demain : être assistante sociale / Agnès S. licenciée pour avoir appliqué les consignes Covid-19

Plaidoyer : Il faut supprimer d’urgence les maisons de retraite

Gérontologue belge. Il explique dans Courrier International que les institutions dans lesquelles nous plaçons les personnes âgées sont indignes et inadaptées. Il a pour cela 8 arguments

  1. Ce sont des lieux propices à la propagation des maladies. Le coronavirus a très lourdement frappé et la grande majorité des victimes sont des pensionnaires de maisons de retraite.
  2. Les personnes âgées ne veulent pas y aller et préfèrent rester chez eux
  3. Elles prodiguent des soins médicaux d’un autre temps. La plupart des maladies ne sont plus aiguës, mais chroniques. Elles nécessitent une approche préventive contraignante
  4. Elles sont un non-sens gérontologique. Pour bien vieillir il faut s’appuyer sur deux principes : l’autonomie et l’activité.
  5. Elles violent les droits humains. Les résidents des maisons de retraite ont donc droit à la liberté (notamment de circuler où bon leur semble), à la dignité, au respect de la vie privée et du domicile, et à de bons soins de santé, ce qui n’est pas toujours le cas.
  6. Elles nous divisent. Les maisons de retraite isolent les personnes âgées du reste de la société, ce qui confirme et renforce l’image négative de la vieillesse.
  7. Elles sont dépassées. Elles entretiennent non seulement les problèmes, mais surtout qu’elles en créent de nouveaux.
  8. Elles sont bien trop chères. Les soins aux personnes âgées coûtent énormément d’argent.
Le gérontologue indique qu’il vaut mieux investir le peu de moyens dont nous disposons dans l’humain que dans la pierre – c’est-à-dire dans le développement de soins ambulatoires. (lire l’article de Courrier International ou traduire la version originale en flamand du journal De Standaard)
.

Quand la crise du Covid-19 suscite des vocations : portrait d’Élodie, 22 ans

Jeune en perte de repères, Élodie a abandonné ses études de kiné. « J’étais perdue. Et je n’étais pas la fille la plus sociable de la terre ».  À l’aube du confinement, elle entame un service citoyen dans la culture, mais se retrouve finalement propulsée en maison de repos, crise du Covid-19 oblige.

Cette expérience va bouleverser sa vie. Auprès des résidents, Élodie se révèle et développe une réelle fibre sociale. En septembre, elle se lancera dans des études d’assistante sociale.

écoutez ici le Podcast de la RTBF diffusé par RFI :

 

« J’ai appliqué les consignes du guide ministériel sur le COVID-19 et j’ai été licenciée pour faute ! »

Le site « les pros de la petites enfance » nous raconte la mésaventure d’Agnès S. assistante maternelle. Elle accueillait  un petit garçon de 18 mois qui a présenté des symptômes qui pouvaient faire penser au COVID-19. En bonne professionnelle, l’assistante maternelle a appliqué les consignes du guide ministériel-phase 3 de la levée du confinement.

Les parents n’ont pas aimé et l’ont licenciée pour faute. Paradoxalement ses recours pour contester si ce n’est le licenciement du moins la faute, ne sont pas si évidents. Voici son témoignage (à découvrir sur le site des pros de la petite enfance)

 

Photo : default 04   wayhomestudio freepik

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

2 réponses

  1. Merci à Peter Janssen pour son article vigoureux sur les maisons de retraite, qui explicite, développe avec un grande clarté tout ce que j’avais pressenti en allant rendre visite à des proches en maison de retraite. Quelle désolation que de savoir une vieille dame, que l’on a connue jeune femme insouciante et gaie, encagée toute la nuit durant, obligée de porter des couches, nourrie avec des aliments mixés, interdite de… pain !

  2. Bonjour,
    pour le moment , même si je dispose de peu de temps pour lire et rester e veille. Je suis fort intéressée par les sujets abordés . Cadre territorial issue du secteur SMS j’arrive au bout de 40 ans de carrière et j’ai envie de partager mes expériences.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.