Les impacts du Covid-19 sur le budget des familles / Intervenir à distance, vers une nouvelle proximité / Les colos annulées…

Les impacts du Covid-19 sur le budget des familles

La crise sanitaire fait place à une crise économique qui risque d’affaiblir dangereusement des foyers déjà fragilisés explique le journal l’Alsace. Pour observer les conséquences de cette crise sur le budget des familles, l’Unaf (Union nationale des associations familiales) a mobilisé le réseau des Udaf (Union départementale) pour la réalisation d’une étude qui s’est déroulée dans six régions, auprès de 70 ménages suivis par leurs services d’accompagnement budgétaire. En parallèle, 55 professionnels en charge de ce type de services ont répondu à une enquête flash entre le 28 avril et le 7 mai.

L’étude révèle que la situation de ces ménages s’est globalement aggravée. Un tiers d’entre eux a subi une baisse de ressources pendant le confinement. Parmi les actifs en emploi, ce taux passe à 50 %.
L’Unaf développe cinq propositions pour agir maintenant et prévenir la pauvreté et le surendettement :
  1. Investir des fonds supplémentaires et lancer rapidement le déploiement sur tout le territoire national des Points conseil budget ;
  2. En cas de nouvel épisode de confinement, maintenir un accueil physique minimum dans chaque agence bancaire et postale ;
  3. Accorder plus de souplesse dans les processus de paiement de factures et des crédits et gestion des impayés ;
  4. « Déstigmatiser » la procédure de surendettement et réaffirmer que les particuliers ont le droit à l’échec, en la renommant « procédure de désendettement » ;
  5.  Plafonner durablement les frais d’incidents bancaires pour tous les consommateurs.

(lire l’article du journal L’Alsace) (télécharger l’étude de l’UNAF)

INITIATIVES – Intervenir à distance, vers une nouvelle proximité

Afin d’outiller les intervenants sociaux dans leurs pratiques professionnelles en cette période de réaménagements nombreux, la fédération des acteurs de la solidarité (FAS) et l’ANAS se sont associée pour élaborer des mini conférences de témoignages en ligne sur des sujets clés et pour lesquels intervenants sociaux de tous métiers ont dû s’adapter, innover et faire évoluer leur pratiques.

Cette 3ème session s’intéresse aux interventions à distance :

avec

  • Eva Leroux Coordinatrice socio-professionnelle dans le secteur de l’IAE Communauté d’Auray – Quiberon
  • Eve Chrétien Assistante Sociale sur le pole logement et accompagnement social Association l’Etage Membre du CA de la Fédération des acteurs de la solidaritévv
  • Eloise Chotte Chef de service social au sein d’un service d’accompagnement dans le logement Association Coallia
  • Laure Maillard Assistante de service social en polyvalence de secteur

(à suivre sur le site de l’ANAS)

Les colos annulées… et le concept de « vacances apprenantes »

Jean-Michel Bocquet, directeur du Mouvement rural de jeunesse chrétienne (MRJC), chargé de cours à l’université Paris 13 et à l’Institut supérieur de pédagogie (ISP) est interrogé par Lien Social : il explique que Face à un protocole sanitaire imposé, déconnecté de la réalité de l’accueil des enfants et des délais très courts, plus d’une trentaine de colonies de vacances jettent l’éponge pour l’été.

Cela s’explique aisément : les problèmes sont nombreux. Il y a

  • Les contraintes économiques : coûts supplémentaires liés à la prévention du COVID-19, baisse du nombre de lits,
  • Des délais bien trop courts pour réussir à organiser ou réorganiser les bâtiments, les séjours,
  • Des animateurs impossible à recruter dans des délais si tendus – certains n’ont pas pu partir en formation -, directeurs et personnels saisonniers (entretien, cuisine, etc.), ,
  • La distanciation physique : comment empêcher les enfants de se toucher ? Comment permettre aux animateurs et aux animatrices de consoler ou cajoler un enfant ? Comment animer des colos sans contact ? Il est bien difficile de prendre soin des enfants sans contact. Si on ajoute les boums à 1 m de distance, on peut sérieusement se poser la question de l’intérêt d’aller en colo.

Jean-Michel Bocquet, explique aussi l’incohérence du concept de « vacances apprenantes » : elles sont la reprise d’une idée XIXème siècle : la colonie scolaire.

Ce modèle a été rejeté dès le Front populaire en raison de son absence de résultat. Wilfred Bion, pasteur suisse et inventeur des colos disait déjà il y 140 ans : «Notre temps met trop au premier plan le développement intellectuel des enfants et s’occupe trop peu de leur développement physique et moral… Certes, la science et l’instruction sont de grandes et magnifiques choses, mais la santé et la force du corps, une âme noble et pure sont des biens tout aussi précieux.»

Le Collectif Camps Colos se mobilise pourtant pour que des colos puissent être proposées. Il défend des séjours à taille humaine, vecteurs d’innovations pédagogiques, d’engagement, de rencontres et de solidarités locales.

(lire l’article de Lien Social) (Plus d’informations sur le Collectif Camps Colos)

et aussi

 

 

La sélection des articles a été réalisée avec l’aide de Michelle Verrier Flandre

Photo : illustration de l’étude Impacts du confinement et de la crise sanitaire sur le budget des familles de l’UNAF

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.