Une nouvelle définition du travail social.. Logement social : peut mieux faire dit la cour des comptes.. La CPC sous tutelle.. (?)

  • La définition du travail social sera intégrée dans le code de l’action sociale et des familles : Mis en place en juillet 2016, le Haut Conseil du travail social, dans sa séance du 23 février, a adopté une définition du travail social qui tient compte de l’évolution des politiques sociales et des professionnels. Le travail social est un ensemble de pratiques professionnelles qui s’inscrit dans un champ pluridisciplinaire et interdisciplinaire… Il s’appuie sur des principes éthiques et déontologiques, sur des savoirs universitaires en sciences sociales et humaines, sur les savoirs pratiques et théoriques des professionnels du travail social et les savoirs issus de l’expérience des personnes concernées, dans un processus de co-construction… (communiqué UNSA)
  • Logement social : la Cour des comptes préconise de mieux cibler les plus modestes. La moitié seulement des ménages situés sous le seuil de pauvreté sont logés dans les HLM. Pour la Cour des comptes, il est possible de mieux cibler les plus modestes. En 2016, la France comptait 4,8 millions de logements sociaux, soit une habitation sur six.
  • La commission professionnelle consultative mise sous tutelle par décret : Dans un communiqué commun , la  Fédération Nationale de l’Action Sociale et de la Fédération des Service Publics et de Santé dénonce le fait que le caractère indépendant de la CPC instaurée depuis 2002 disparait. C’est désormais à la seule demande de la ministre ou des ministres que la commission pourra être saisie, en particulier pour mettre en œuvre la suppression des diplômes professionnels du champ du travail social et de l’intervention sociale.

et aussi

  • La reconnaissance du burn-out à nouveau en débat : Plus de trois millions de salariés pourraient présenter un risque d’épuisement au travail, selon une enquête du cabinet Technologia. Serpent de mer des débats parlementaires, la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle resurgit au gré de la campagne électorale. Une mission parlementaire vient de rendre ses conclusions sur ce nouveau mal du siècle.

  • La maire de Calais prend un arrêté interdisant la distribution de repas aux migrants. L’élue, qui n’entend pas « revivre ce qu’on a vécu pendant des mois » sur le territoire, veut, avec cet arrêté, éviter que de nouveaux « points de fixation » ne se reforment.

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.