Réforme des retraites : une forte mobilisation hier / Une retraite pour les morts ? / Une réforme injuste pour les femmes

Ce fut une mobilisation d’ampleur : le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, s’est félicité hier à l’occasion de la journée de manifestation contre la réforme des retraites du gouvernement. Ce fut  « au-delà de ce qu’on pensait » dit-il. Philippe Martinez, pour la CGT, estime qu’il y a eu « plus de 2 millions de manifestants » en comptabilisant tous les rassemblements dans le pays. Des milliers de personnes ont défilé dans les rues. Jusqu’à 30.000 personnes à Toulouse, 26.000 à Marseille, 20.000 à Caen et à Perpignan. Ce fut « un raz de marée » à Nantes, entre 45.000 et 50.000 personnes ont manifesté dans la cité des ducs de Bretagne. Du côté de Saint-Nazaire, nous étions environ 13.000. Plus de 200 manifestations se sont tenues dans le pays, très majoritairement dans le calme. Forts de ce premier résultat,  les syndicats, unis,  annoncent une nouvelle journée de mobilisation le 31 janvier prochain. Voici 4 liens qui relatent l’essentiel de cette journée…

 

Voici deux articles et liens qui posent des questions de fond au sujet de l’actuelle réforme des retraites. Certains expliquent les profondes inégalités qui sont à attendre :

Une retraite pour les morts ?

Une étude publiée en septembre 2022 par le doctorant en économie Ulysse Lojkine a comparé les risques de mortalité avant et après l’âge de départ à la retraite, en fonction des niveaux de vie. Il y a là de quoi comprendre la première des inégalités, celles que subissent les plus fragiles face à la mortalité. Un tableau vaut mieux qu’un long discours :

morts avant la retraite

Ce tableau montre la part des survivants, par âge et par niveau de vie, chez les hommes. Source : Alice Clair et Savinien de Rivet,
« À l’âge de la retraite, 25% des plus pauvres sont déjà morts », Infographie Libération, 1er décembre 2021

Avec la réforme, le nombre de personnes qui ne toucheront pas de retraite parce qu’ils sont décédés va augmenter de façon notable :

comparaison risques de deces avant la retraite

Ce tableau et les 2 suivants ont été édités par Ulysse Lojkine Université Paris X – Nanterre, École d’économie de Paris.

40% d’hommes les plus modestes ont une probabilité sur dix de mourir avant la retraite.  Ils ont un risque sur cinq d’avoir une retraite très courte et un risque sur trois d’avoir une retraite courte. Sa durée espérée en retraite est de 16 ans et demi. La réforme la réduirait à 14 ans, soit une baisse de 15%.

Pour le dire autrement, la durée de perception de la retraite va nettement baisser selon les tableaux suivants (le premier pour les hommes, le second pour les femmes )

duree de vie esperee en retraite hommes

duree de vie esperee en retraite femmes

Certes, cela est assez déprimant, surtout pour les milieux les plus populaires (colonnes 1 et 2), mais tous sont concernés.

Lire aussi

 


Non, la réforme des retraites n’est pas juste pour les femmes

Le magazine Challenges, qui n’est pas connu pour défendre les positions des syndicats, explique pourquoi et comment les femmes sont une nouvelle fois grandes perdantes de cette réforme qui ne tient pas compte de leur situation. Contrairement à ce que se borne à répéter le gouvernement, la réforme des retraites ne sera pas plus juste pour les femmes. Elle ne réduit pas les inégalités de pension entre les femmes et les hommes. En plus, elle risque de les augmenter en allongeant la durée de cotisation.

journaliste Alix Coutures  reprend les propos de Christiane Marty, ingénieure-chercheuse et membre du bureau de la fondation Copernic. « Aujourd’hui, la pension de droit direct (sans réversion) moyenne perçue par les femmes est inférieure de près de 40% à celle des hommes d’après la Drees, En tenant compte des pensions de réversion et de la majoration pour enfants, la retraite moyenne des femmes est inférieure d’un quart à celle des hommes. Des inégalités qui s’expliquent d’abord par les écarts de salaires : les femmes ont un salaire inférieur de 22% aux hommes selon l’Insee. Les carrières interrompues des femmes pour congés parentaux réduisent aussi la durée de cotisation et par conséquent leur pension ».

En 2019, Jean-Paul Delevoye, ex-Haut-commissaire aux retraites, reconnaissait lui-même dans son rapport que la décote constituait une double pénalisation pour les carrières incomplètes. Elle pèse donc plus sur les femmes puisque pour la génération 1950, 44% des femmes sont parties à la retraite avec une carrière incomplète, contre 32% des hommes, rappelle la Drees. Un départ obligatoire à 64 ans lèsera en particulier les mères de famille. Alors qu’en 2020, selon la Drees, 123.000 femmes ont pu ouvrir pour la première fois leur droit à la retraite à l’âge légal avec tous les trimestres requis, elles devront travailler un an de plus. En 2020, les femmes ont liquidé leurs droits à la retraite en moyenne 7 mois après les hommes, soit un départ à la retraite à 62 ans et 7 mois, contre 62 ans pour les hommes. Sur la génération 1950, 44% des femmes ont pris leur retraite avec une carrière incomplète, contre 32% chez les hommes. Le nouveau système va d’autant plus les pénaliser.

lire à ce sujet

 


Les autres sujets du jour, vite dit, vite écrit…

 


Bonus :

 


 

Vous êtes allé(e) au bout de cette revue de presse ? Bravo et merci ! Merci aussi à Michelle Flandre qui m’a aidé à la réaliser.

Photo : une vue partielle de la manifestation contre la réforme des retraites à Saint Nazaire (DD)

Partager

Articles liés :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :