Didier Dubasque
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Revue de presse | Tik-Tok : « Je me sens vulnérable » / Le grand rêve d’Isidore / immigration : les dérive du Sénat

Bonjour et bienvenue à cette revue de presse, qui vous invite à un voyage à travers des sujets plutôt diversifiés. De l’impact préoccupant de TikTok sur la santé mentale des jeunes à l’histoire inspirante de Raymond Isidore, alias Picassiette, en passant par les dérives du Sénat sur les droits des étrangers en France, chaque article ouvre une fenêtre sur les enjeux actuels de notre société. Cette sélection d’articles met en lumière des problématiques sociales, culturelles et politiques, invitant à une réflexion sur notre monde. Installez-vous confortablement et… Bonne lecture!


« Tiktok : un modèle dangereux pour la santé mentale des jeunes et des enfants »

Amnesty International a mis en évidence les dangers que représente TikTok pour la santé mentale des plus jeunes. Son enquête révèle que les algorithmes puissants du réseau social favorisent la remontée de contenus nocifs, allant jusqu’à encourager les idées suicidaires chez les enfants et les jeunes.

En clair TikTok est devenu un espace toxique et addictif, principalement en raison de sa fonctionnalité « Pour toi ». C’est une page personnalisée qui prédit et présente des contenus susceptibles de maintenir l’utilisateur engagé le plus longtemps possible. Cette optimisation algorithmique conduit à une exposition accrue à des contenus liés à la santé mentale. Par exemple, après quelques heures d’utilisation, un utilisateur intéressé par le stress et la dépression peut se retrouver face à un volume de contenus liés à ce sujet dix fois plus important que la normale.

Les témoignages recueillis auprès de jeunes utilisateurs révèlent une spirale infernale. L’exposition répétée à des vidéos tristes ou déprimantes affecte négativement leur humeur et leur bien-être. Ces constats sont corroborés par des psychologues spécialisés dans l’adolescence. L’enquête pointe également du doigt le modèle économique de TikTok, basé sur la collecte de données personnelles pour cibler les utilisateurs avec des contenus personnalisés.

Cette pratique est particulièrement préoccupante. Le consentement des enfants et des jeunes à la collecte de données n’est pas vraiment libre et éclairé. De plus, le niveau de protection de la vie privée varie selon les régions, avec des enfants dans certains pays moins protégés que d’autres. Amnesty appelle bien évidemment à une réglementation plus stricte pour protéger les enfants.

En l’état des choses, les professionnels ne peuvent que recommander aux parents et éducateurs d’inviter les jeunes à s’éloigner de ce réseau social (il y en a d’autres) car les risques sont trop grands. (lire l’article sur le site d’Amnesty France)

Lire aussi :


Le Grand rêve d’Isidore : Un projet cinématographique unique !

Je vous avais parlé il y a quelques mois du livre « Le monde selon Isidore » de Patrick Macaire, ancien éducateur spécialisé. Il nous avait fait découvrir cet ouvrier, balayeur, qui, patiemment et dans la discrétion, a construit de ses mains un domaine unique avec des faïences cassées que l’on peut aujourd’hui visiter. Raymond Isidore, plus connu sous le nom de Picassiette, a créé un univers artistique exceptionnel à Chartres. Pendant 25 ans, il a transformé sa maison en une œuvre d’art brut, en utilisant des morceaux de mosaïques multicolores. Ce lieu, aujourd’hui reconnu comme un joyau de l’art brut, a même été labellisé Patrimoine du XXe siècle par le ministère de la Culture.

Aujourd’hui « Le Grand Rêve d’Isidore » peut encore prendre de l’ampleur avec un projet de film documentaire ambitieux, dirigé par Pawel Lisiak et produit par La Boîte à Songes. Ce film vise à faire revivre « Picassiette », à travers un récit cinématographique original. Le projet bénéficie déjà du soutien de France Télévisions et du CNC, mais cherche à compléter son budget par une campagne de financement participatif.

Le réalisateur envisage ce film comme un conte, une immersion dans le rêve de Raymond Isidore. L’objectif est de ressusciter l’artiste à l’écran, offrant ainsi une nouvelle perspective sur son histoire et son art. Fanny Chrétien, la productrice, souligne l’importance de ce projet pour la valorisation du patrimoine local et de l’histoire singulière de cet artiste méconnu.


Le Sénat vote la fin des allocations familiales et des APL pour les étrangers en France depuis moins de 5 ans

Cela concerne les étrangers en situation régulière et qui travaillent. Le journaliste du Parisien, Ludwig Gallet met en lumière cette autre disposition qui n’avait pas été relevée dans les médias. Cet amendement conditionne l’accès aux prestations sociales telles que les allocations familiales et l’Aide personnalisée au logement (APL), à une résidence stable et régulière en France d’au moins cinq ans. Cette mesure, défendue par la sénatrice LR Jacqueline Eustache-Brinio et soutenue par le rapporteur de la commission des lois, Philippe Bonnecarrère, vise à limiter ce qu’ils considèrent comme un « appel d’air » pour l’immigration.

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a exprimé une certaine ouverture à cette proposition. Malgré l’opposition farouche de parlementaires de gauche. Ces derniers critiquent la mesure comme une mise en œuvre de la pauvreté des enfants de familles étrangères en situation régulière et travaillant en France. La sénatrice PS Laurence Rossignol dénonce la mesure : « On parle de personnes en situation régulière, qui travaillent, qui paient des cotisations Urssaf. Vous organisez la pauvreté des enfants dans des familles travaillant en France. Soit, vous n’êtes pas sérieux, soit on touche le fond ». (effectivement, c’est bien le cas ici)

Ce vote au Sénat ne garantit pas l’adoption définitive de la mesure, car le texte doit encore passer devant l’Assemblée nationale. Les députés auront l’opportunité de modifier ou de rejeter ces amendements. La décision finale reste donc en suspens, mais il est à craindre que cette mesure soit adoptée en associant les voix du RN, des Républicains et de certains membres de la majorité présidentielle (lire l’article du Parisien)


Le Président de la République, le Gouvernement et l’Assemblée nationale doivent stopper la dérive engagée au Sénat.

Dans un communiqué de presse, la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS) exprime sa vive inquiétude face aux récentes évolutions du projet de loi sur l’immigration et l’asile, telles qu’adoptées par le Sénat. La FAS critique sévèrement les modifications apportées par la majorité sénatoriale, notamment la suppression de l’aide médicale pour les étrangers, la réduction des propositions de régularisation par le travail, et l’introduction de mesures qui précarisent davantage les étrangers et compliquent l’examen des demandes d’asile.

Ces changements sont perçus comme un déni des réalités vécues par les étrangers, notamment en termes d’accès aux soins et d’emploi. La FAS souligne que ces décisions pourraient avoir un coût considérable pour la santé publique, les finances publiques et l’économie du pays. La FAS déplore également l’attitude ambiguë des membres du gouvernement lors des débats au Sénat, qui a contribué à accentuer l’inquiétude et le trouble

Fédération appelle le Président de la République, le gouvernement, le Sénat et l’Assemblée nationale à recentrer les débats. Il est nécessaire de réintroduire le concept de la dignité des personnes. C’est dans l’intérêt du pays. La Fédération remercie les parlementaires qui maintiennent le cap des exigences républicaines et demande une réorientation des discussions vers des solutions plus justes et solidaires. (lire le communiqué de la FAS)

Lire aussi


Lire aussi


Vous êtes allé(e) au bout de cette revue de presse ? Bravo et merci ! Merci aussi à Michelle Flandre qui m’a aidé à la réaliser

Photo : Freepik

Partager

Articles liés :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Catégories
Tous les sujets
Rechercher