Didier Dubasque
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Revue de presse | « Je peux offrir un avenir différent » / IGAS : la participation citoyenne / un faux débat : le logement social à vie

Bonjour et bienvenue à cette revue de presse ! Aujourd’hui, découvrons l’histoire de Christophe, un habitant de Seine-et-Marne qui a décidé de devenir parrain d’une enfant placée et confiée à l’Aide Sociale à l’Enfance dans l’Aisne. Leur rencontre a été un véritable coup de cœur. Vient ensuite une rapide présentation d’un rapport de l’Inspection Générale des Affaires Sociales qui vient de paraitre. Il dresse un état des lieux approfondi des pratiques de participation citoyenne dans le domaine des politiques de solidarité. Après nous nous pencherons sur le débat du « logement social à vie », un sujet plutôt creux initié par le ministre du Logement. Enfin, 2 mots sur le magazine « papier » des ASH de ce mois d’avril. Sans oublier les multiples liens vers des articles susceptibles de vous intéresser.  Installez-vous confortablement… Bonne lecture !

 


En Seine-et-Marne, Christophe est parrain d’une enfant de l’ASE : « Je peux offrir un avenir différent »

Christophe, réside en Seine-et-Marne. Il a décidé de devenir le parrain de Noura, une enfant âgée de 6 ans placée dans une famille d’accueil dans l’Aisne. Leur rencontre, il y a trois mois, a été un véritable coup de cœur. « C’est une belle rencontre », confie-t-il, encore ému par cette expérience.

Lui qui s’intéressait depuis longtemps au parrainage a finalement franchi le pas grâce à l’association France Parrainage. Le processus n’a pas été simple, mais Christophe a su convaincre les équipes de l’association de sa motivation sincère à s’engager auprès d’un enfant. Après plusieurs entretiens d’évaluation, le lien a pu se créer avec Noura, qui a pu ainsi « commencer sa relation avec une page blanche ».

Le rôle d’un parrain n’est pas de se substituer à la famille d’origine ou d’accueil, mais bien d’offrir un soutien supplémentaire et une ouverture sur un nouvel environnement. « Je peux lui offrir un avenir différent », explique Christophe, convaincu que son accompagnement pourra faire toute la différence pour Noura. C’est un engagement sur le long terme, qui permet à ces enfants placés de tisser de nouveaux liens et de s’ouvrir à de nouvelles perspectives, loin des difficultés qu’ils ont pu traverser. Une belle histoire de solidarité qui mérite d’être connue.

La journaliste  Audrey Gruaz indique dans cet article le profil des parrains. Ce sont très majoritairement des femmes ou des couples homosexuels qui se proposent. Pour participer à une réunion de présentation, il suffit de s’inscrire sur le site www.france-parrainages.org    (lire l’article de La Marne / actu.fr)

 


La participation citoyenne dans les politiques de solidarité. État des lieux et perspectives

Ce rapport de l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) vient d’être publié. Il dresse un état des lieux approfondi des pratiques de participation citoyenne dans le domaine des politiques de solidarité. À ce titre, il ne peut qu’intéresser nos professions. Il se concentre en particulier sur l’implication directe des personnes concernées par les politiques de lutte contre la pauvreté, d’accompagnement du handicap et du grand âge.

L’IGAS souligne le foisonnement actuel des démarches participatives, tant au niveau national que local, avec une grande diversité d’ambitions et d’approches. Lorsque ces démarches s’intègrent pleinement aux processus de décision et reposent sur des modalités exigeantes, elles apportent de réels bénéfices : reconnaissance des personnes concernées, meilleure pertinence et efficacité des politiques publiques. Cependant, la mission a constaté une appropriation inégale des principes méthodologiques garantissant une expression véritable des plus vulnérables. Cela suppose notamment de soutenir le développement du pouvoir d’agir global des personnes concernées.

Pour remédier à ces lacunes, le rapport formule plusieurs recommandations clés. Il préconise notamment de donner un signal politique clair pour promouvoir un continuum de participation, de systématiser le recours aux formes de participation citoyenne directe au sein des instances consultatives, et de renforcer  la professionnalisation des agents publics. Selon les auteurs, une grande partie de ces changements peuvent être mis en œuvre à droit constant ou s’insérer dans des lois sectorielles. L’IGAS estime toutefois qu’il serait pertinent d’envisager à moyen terme l’adoption d’une loi intersectorielle pour revitaliser et conforter la cohérence globale des processus de participation citoyenne. (lire le rapport)

 


Logement social « à vie » : encore un faux débat ?

Personnellement, je remplacerais le point d’interrogation du titre de cet article pour y mettre un point d’exclamationLe ministre délégué au Logement, Guillaume Kasbarian, a eu la brillante idée de s’attaquer au « scandale » des locataires HLM qui osent voir leurs revenus augmenter. Selon lui, il n’est tout simplement pas acceptable que certains profitent indûment du logement social alors qu’il y a 1,8 million de ménages qui y aspirent légitimement. L’idée aurait pu être bonne et convaincante, mais il s’agit là d’enfoncer une porte ouverte.

Fort heureusement, l’Union sociale pour l’habitat a remis les pendules à l’heure. ses représentants ont en effet rappelé avec beaucoup de sagesse que les bailleurs sociaux disposent déjà des moyens nécessaires pour contrôler régulièrement la situation de leurs locataires et les expulser si besoin. Ce qui est déjà le cas !

Quel soulagement de constater que tout est déjà en place pour résoudre ce problème ! Si libérer rapidement des milliers de logements HLM pour les ménages les plus modestes parait évidente, il s’agirait plutôt d’apporter les moyens d’en construire de nouveaux.  (lire l’article de C.M. sur Localtis)

 


Bonus

Regard sur le Magazine d’avril des ASH

Quelques mots sur la version papier du « Mag du travail social ». Plusieurs articles et reportages ont attiré mon attention. Il y a d’abord ces huit conseils pour éviter les burn out dans son équipe. C’est clair utile et important quand on sait que l’épuisement professionnel a pris de telles proportions qu’il est nécessaire d’agir dans les meilleurs délais. David Porchasson nous propose un article qui nous invite à changer son approche du Handicap. Il parle de la réflexion menée par le Réseau Français sur le processus de production du handicap présidé par mon collègue et ami Jean Yves Le Capitaine. Il y a aussi un curieux reportage qui nous fait découvrir des assistantes sociales en formation avec des gendarmes du GIGN. Cela se passe en Gironde. Ces hommes d’action délivrent aux travailleuses socialesleurs techniques adaptées à la gestion de crise. Enfin j’ai aussi lu avec attention le dossier juridique de la loi immigration. Il présente en partenariat avec la Fédération des Acteurs de la Solidarité tout ce qui change dans de droit des étrangers. Cette loi est considérée aujourd’hui comme l’une des plus répressive envers les étrangers. Ce travail de synthèse de la loi a été mené par les 3 juristes de la FAS. Un gros boulot qu’il convient de saluer.

 


Lire aussi

 


photo : user18526052user18526052 sur Freepik

 

Partager

Articles liés :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Catégories
Tous les sujets
Rechercher