Religion : ce qui « crispe » les travailleurs sociaux » / Un jeune français sur 20 est illettré / le système de retraite profite aux plus modestes

« Face au fait religieux, il faut donner des repères aux travailleurs sociaux » 

Voilà un sujet qui crispe parfois. La sociologue Faïza Guélamine à Bourges l’a rappelé récemment au journal « Le Berry Républicain ». Elle explique par exemple que « les services de prévention spécialisée de la région parisienne, ont constaté que de plus en plus de jeunes demandaient que leurs pratiques religieuses soient prises en compte par leurs éducateurs ».  Au sein des équipes, il y avait des désaccords sur la manière de les prendre en compte. « Il y a des situations qui font conflit, des crispations, parfois. Notamment lorsque l’expression du fait religieux renvoie à des questions d’égalité hommes-femmes, à la liberté d’expression, à la mixité – où les conservatismes religieux semblent aller a contrario des mouvements d’émancipation portés par le travail social ». (lire l’article du Berry Républicain) (lire aussi l’ouvrage d’Olivier Bonin intitulé « Le travailleur social et la République. Un guide pour agir » sans oublier non plus le très bon rapport « Valeurs républicaines, laïcité et prévention des dérives radicales dans le champ du travail social » rédigé par Michel Thierry)

Un jeune Français sur dix en difficulté de lecture, un sur 20 est illettré

C’est le résultat de l’étude du ministère de l’ Education, qui s’appuie sur des tests conduits auprès des 713.000 participants à la Journée Défense et citoyenneté en 2018. Sur ces jeunes âgés de 16 à 25 ans, 11,5% « sont en difficulté de lecture », indique une note de la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (Depp). Ceux qui rencontrent les difficultés les plus sévères et qui représentent 5,2% de l’ensemble « peuvent être considérés en situation d’illettrisme » caractérisé notamment par « un déficit important de vocabulaire ».Les jeunes du niveau au-dessus (6,3 % de l’ensemble) ont, quant à eux, «un niveau lexical oral correct, mais ne parviennent pas à comprendre les textes écrits». (lire l’article de 20 minutes)

Le système de retraite profite aux travailleurs modestes et aux mères de familles nombreuses.

Un article du journal Les Echos nous présente les éléments du rapport de la direction de la recherche (DREES) du ministère des Solidarités. En 2016, seuls 6,6 % des pensionnés étaient pauvres, contre 14 % de l’ensemble de la population française. Cela s’explique par l’existence de mécanismes de solidarité diversifiés, qui représentaient 43,8 milliards d’euros, soit 16 % de l’ensemble des pensions de droit direct, tous régimes confondus, profitant à 15,2 millions de retraités sur 16,2 millions. Le Figaro précise que, souvent sans le savoir, « 93 % des retraités bénéficient d’un dispositif public de solidarité« . Mais voilà « Le gouvernement s’apprête à démonter ce dispositif pour le réinsérer dans le futur régime de retraite universel par points. Même si la juxtaposition actuelle de 42 régimes crée des injustices, l’étude de la DREES montre qu’il y a beaucoup à perdre en cassant la mécanique actuelle, notamment pour les travailleurs modestes et les mères de famille nombreuse ». (lire l’article des Echos)

et aussi

Saint-Nazaire : le lycée Aristide-Briand veut garder son assistant social

Le rectorat a décidé de réorganiser les assistants sociaux dans les établissements scolaires. Il n’y en aura plus pour les 2000 élèves du lycée Aristide-Briand de Saint-Nazaire. C’est l’occasion de rappeler combien ces assistant(e)s de service social travaillent dans des conditions difficiles au regard du nombre d’élèves et d’établissements qui les obligent à se partager sans cesse et avoir le sentiment de ne pas agir en profondeur alors que leur public a de tels besoins. Mon collègue  Xavier Sotin intervenait deux jours par semaine au lycée Aristide Briand de Saint-Nazaire. Il vient d’apprendre que cela ne sera plus le cas à la rentrée prochaine. L’équipe pédagogique n’en revient pas. Calmement comme à son habitude, il explique « Mon but est de lever les obstacles à la réussite d’un élève. Je suis le seul qui peut intervenir dans les familles. J’interviens aussi auprès des terminales pour les préparer à la vie étudiante, quelles aides demander, comment gérer un budget… » pour cela il faut du temps pour construire une relation de confiance. Très vite, Xavier Sotin a trouvé du soutien pour demander le maintien de son poste : des collègues, des professeurs, de tous syndicats confondus, inquiets et en colère devant cette décision. Pour eux, cela ne fait aucun doute : « À la fin, ce sont sur les ados que cela va retomber ». 2 000 élèves réunis dans un lycée classé sensible, « le seul de l’académie ». Xavier  est soutenu par les syndicats enseignants et les parents d’élèves de la FCPE Courage Xavier et merci pour ton engagement discret mais si efficace auprès des élèves (lire l’article de’actu.fr)

 

Photo de Ric Rodrigues from Pexels

La sélection des articles a été réalisée avec l’aide de Michelle Verrier Flandre

 

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :