Raoul Dubois nous a quitté / « Pour la première fois, on nous a demandé notre avis » / La fin de la trève hivernale

La disparition de Raoul Dubois 

Je profite de ce blog pour vous dire la grande peine qu’ont celles et ceux qui l’ont cotoyé. Représentant les personnes accompagnées, il intervenait dans les réunions au sein de la commission travail social de la FAS mais aussi au comité consultatif des personnes accueillies et/ou accompagnées. Il vivait au CHRS «les Moulins de l’espoir» à Lille. Raoul a consacré une grande partie de son temps à la lutte contre l’exclusion des personnes accueillies, en tant que président du Conseil de la vie sociale de son établissement mais aussi comme membre du CCPA et du Conseil d’administration de la FNARS (FAS).

Comment vous dire, Raoul avait le mot juste. Il laissait parler ses interlocuteurs puis tout à coup, avec une formule dont il avait le secret, il vous remettait les idées en place, en nous rappelant ce que vivent les personnes à la rue, la dureté de l’exclusion et de la chute qu’elle entraine. Il était aussi une preuve vivante de l’humanité faite homme. Celle de ceux qui partagent avec passion, qui font vivre la solidarité. Avec lui cette solidarité n’est pas un vain mot. Vous savez, Raoul, dans sa dicrétion et sa simplicité était une belle personne. Pas de ceux qui en rajoutent, non ceux qui vivent dignement et partagent et apportent aux autres notamment à ses compagnons de galère cette lueur d’espoir, cette flamme intérieure qui vous marque et que l’on garde au fond de soi.

Nous n’entendrons plus le verbe de Raoul, sa façon de nous dire en réunion combien le monde peut devenir meilleur. Il laisse, avec sa disparition, ses amis dans un grand désarroi. Je vous invite à prendre connaissance cet interview de Raoul Dubois pour le dossier de F magazine, publié en 2015. Interrogé par Céline Figuière, il nous parle de son parcours, de ses espérances et de son combat. Merci Raoul.

Handicap : « Pour la première fois, on nous a demandé notre avis »

Le magazine TSA-quotidien anime une rubrique fort intéressante baptisée « à voix haute ». Celle-ci donne la parole aux acteurs du travail social ainsi qu’aux personnes accompagnées. Cette fois-ci c’est David Guillaume qui est interrogé. Il a découvert la participation au sein de son Esat. Longtemps silencieux, il s’exprime désormais pour l’inclusion et le respect de la différence. Ce qu’il nous dit est important : par le passé dit-il, «Si vous aviez le malheur de parler aux éducateurs, on vous chopait dans un coin pour vous faire comprendre que ce n’était pas une bonne idée».  David subissait sans rien dire les moqueries et les insultes lorsqu’il prenait le bus. Puis les choses ont progressivement changé «Je me souviens quand on m’a donné rendez-vous pour mon projet personnalisé, je croyais que j’allais à l’abattoir tellement on m’avait toujours dit de me taire. Or cette fois c’était tout le contraire». (lire la suite du récit de David Guillaume sur TSA-Quotidien)

Logement: depuis dimanche, c’est la fin de la trêve hivernale et la reprise des expulsions

« Après cinq mois d’interruption, des milliers de familles sont à nouveau menacées d’être expulsées de leur logement. Pendant cette «trêve» qui courait depuis le 1er novembre, un locataire ne pouvait pas être expulsé de son logement, sauf si un relogement décent était prévu pour lui et sa famille ou si les locaux faisaient l’objet d’un arrêté de péril » …/… 20 minutes a interrogé les représentants de la Fondation Abbé-Pierre : «La multiplication des expulsions entre en contradiction avec la politique du « Logement d’abord » affichée par le gouvernement», estime la Fondation, en référence au plan de l’exécutif qui vise à favoriser l’accès direct au logement très social. «Avec une augmentation de 46 % en dix ans, ce sont au total près de 300.000 personnes qui ont été effectivement expulsées manu militari au cours de cette décennie». (lire l’article de 20 minutes)

et aussi

Prix du gaz, RSA, prestations familiales… tout ce qui change ce 1er avril

La dépèche du Midi  rappelle que le prix du gaz pour le chauffage va baisser de 2,2 % en moyenne. (Le gouvernement avait demandé à Engie au mois de janvier de ne pas augmenter les tarifs, et ce jusqu’au mois de juin 2019). De plus 5,8 millions de personnes vont bénéficier du chèque énergie. Un coup de pouce compris entre 47 et 277€ par foyer. Toutes les prestations familiales, d’invalidité et les rentes d’accident du travail vont être revalorisées de 0,3  % mais c’est nettement en dessous de l’inflation (+ 1,8%).  La revalorisation du RSA ( 559,74 euros au lieu de 550,93 euros actuellement) suit de son coté l’augmentation de l’inflation mais pas plus. (lire l’article de la Dépèche)

sélection des articles réalisée avec l’aide de Michelle Verrier Flandre

photo : issue du magazine F n°10 printemps 2015 de la Fédération des Acteurs de la Solidarité

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

2 réponses

  1. j’ai bien connu raoul du temps ou j’étais distributrice chez 20 minutes lille il m’appelait la « mome » lui était chauffeur livreur ..on mangé souvent ensemble et notre petit café du matin raoul a toujours eu le sourire il à ètait d’une grande générosité que dire je n’ai que de bons souvenirs d’un homme chaleureux droit et combatif raoul n’a jamais laché l’affaire je suis peinée qu’il repose en paix…..

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :