Profession : réparateur de lien social / le site Mes-allocs.fr est-il légal ? / Les «oubliés du Ségur» montent au créneau

Profession : réparateur de lien social

« Remettre de l’humain dans les territoires » : dans un rapport remis au Premier ministre, le député Patrick Vignal propose un plan de déploiement de 7.100 médiateurs sur la durée du quinquennat, financé à parité entre l’État et les collectivités. Il avait été chargé fin octobre de dresser un état des lieux de la « médiation sociale » en France, en particulier dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) où les médiateurs interviennent en grande en majorité. Il est notable de constater que ce rapport précise les sommes et le budget à mobiliser pour l’État et les collectivités territoriales.

Malgré des besoins croissants, la médiation est aujourd’hui confrontée à un « assèchement des ressources » explique « Cette baisse continue des financements de la prévention spécialisée a eu pour conséquences une diminution de sa présence dans certains départements, voire sa disparition dans certains autres », constate le député.

Ce rapport décline les différents profils et domaines d’intervention du médiateur :  1. Le médiateur social dans les espaces publics et/ou ouverts aux publics 2. Le médiateur social et culturel 3. Le médiateur social en milieu scolaire 4. Le médiateur social dans le champ de la santé 5. Le médiateur social dans les transports 6. Le médiateur social dans les Maisons France Services et dans les Pimms Médiation 7. Le médiateur social dans les squats et bidonvilles et en direction des publics en errance. (lire l’article de Localtis) (télécharger le rapport « Remettre de l’humain dans les territoires »)

 


Mes-Allocs.fr, un site privé qui tire parti de la complexité du système de prestations sociales

du journal Le Monde est allée enquêter du côté du site mes-allocs.fr. L’ANAS a récemment porté plainte contre ce site et dénonce l’illégalité de ses pratiques commerciales. La journaliste présente le point de vue de toutes les parties concernées.

On apprend dans cet article que La Mutualité sociale agricole, seule institution, jusqu’ici, à avoir réagi à l’alerte de l’Anas sur l’illégalité de ce site, dit partager l’analyse de cette dernière : « Je vous confirme que l’accompagnement proposé par le site Mes-Allocs.fr, exploité par la société Expertaide, pour l’obtention de prestations sociales moyennant rémunération, en l’espèce sous la forme d’un abonnement, paraît illégal au regard de l’article L.725-13 du Code rural et de la pêche maritime, s’agissant du régime agricole », argumente François-Emmanuel Blanc, son directeur général.

La Caisse nationale d’allocations familiales, sollicitée, par la journaliste, déclare connaître ce site et lui avoir récemment adressé une mise en demeure, rappelant les articles L554-2 et L845-6 du code de la Sécurité sociale, qui prohibent « l’intermédiation moyennant émoluments en vue de l’obtention de prestations sociales », tandis que les caisses d’allocations familiales (CAF) prodiguent ces conseils gratuitement. Mais pour elle, « l’activité de la société de conseils et d’études ne serait pas illégale puisqu’elle n’agit pas au nom et pour le compte d’internautes auprès des CAF ». (manquerait plus que cela !)  (Ne manquez pas cet excellent article du Monde)

 


Salaires : les «derniers oubliés du Ségur» montent au créneau

Cet article de l’AFP publié par le Figaro que rien n’est vraiment acquis pour tous les métiers de la filière médico-sociale. En clôture de la Conférence sur les métiers de l’accompagnement social et médico-social, le premier ministre Jean Castex annonçait une «revalorisation de 183 euros nets par mois aux professionnels de la filière socio-éducative», cofinancée par les départements. La mesure, qui concerne notamment «30.000 personnels sous statut de la fonction publique», doit rétablir l’«équité avec les personnels soignants» qui ont bénéficié d’augmentations similaires lors du Ségur de la santé en 2020.

Mais il y a une «iniquité de traitement». Dans une lettre à la secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées Sophie Cluzel, plus de 100 directeurs et directeurs adjoints d’établissements sociaux et médico-sociaux publics s’étonnent de l’«absence de reconnaissance» pour certains métiers. « Les personnels des services généraux (cuisine, atelier, agents de maintenance, chauffeurs, agents d’entretien) et des services administratifs ont assuré, eux aussi, la continuité du service pendant toute cette période difficile» liée à la pandémie de Covid-19, soulignent-ils. « Comment comprendre alors (…) leur exclusion » du dispositif de revalorisation, s’interrogent les directeurs.

Il y a aussi près de 6300 agents des services pénitentiaires d’insertion et de probation (Spip) dans le périmètre du dispositif qui sont oubliés. Dans les établissements médico-sociaux, ce sera aussi selon la volonté des employeurs. «Une prime, c’est volatil», soupire Pascale Paris de l’Unsa Territoriaux. «Tout le monde s’accorde à dire que ces métiers sont dévalorisés, pas assez rémunérés, en manque d’attractivité, mais personne ne veut financer leurs augmentations», déplore pour sa part Interco CFDT (lire l’article du Figaro)

Rien ne va plus du côté de la fonction publique territoriale (FTP) alors que c’est dans champ que la mis en oeuvre de la prime semblait la plus simple à mettre en oeuvre : au final, le versement des 183 euros devrait se faire sous forme de prime sans obligation des employeurs, nous apprend le Média Social qui parle de « douche froide » pour les syndicats. L’Assemblée des départements de France (ADF), et les syndicats ont tous rejeté le projet de décret du Gouvernement. Mais selon la CFDT, cela donne la possibilité aux Départements de refuser d’accorder la prime de revalorisation aux agents. Seule une loi devrait être votée. Or ce n’est pas possible en cette période d’élection électorale.  (lire l’article du Média Social – abonnés)

La commission de Mobilisation du Travail Social Ile-de-France a de son côté publié le document transmis aux syndicats concernant le projet de transposition de la prime Ségur dans le champ social et médico social du secteur privé non lucratif. Elle fait le constat que « certains métiers seraient finalement concernés comme les surveillants de nuit et les maitresses de maison. La question des « faisant fonction » semble également traité avec la prise en compte du personnel exerçant « une fonction principale », c’est à dire à 50% du temps de travail, d’accompagnement ».

Voici sur ce sujet les documents provisoires transmis aux syndicats à la date du 31 mars 2022 :

Ne manquez pas non plus :

 


N’hésitez pas à lire aussi :

 

Vous êtes allé(e) au bout de cette revue de presse ? Bravo et merci ! Merci aussi à Michelle Flandre qui m’a aidé à la réaliser.

Photo créé par pressfoto – fr.freepik.com

Partager

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

26e journées d'étude et de formation :

"Aux risques des protections
des enfanceS"

du 14 au 16 novembre 2022 à Paris 13e

%d blogueurs aiment cette page :