La lutte contre la pauvreté au temps du coronavirus / Précarité énergétique : 200.000 bretons concernés / Pas de RSA pour les jeunes

La lutte contre la pauvreté au temps du coronavirus

Le comité d’évaluation de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté publie une note d’étape sur la crise du coronavirus. Il revient sur les effets de la crise économique et sociale actuelle sur la situation des plus précaires  et évoque des points de vigilance quant à la manière d’y répondre.

La note d’étape exprime ainsi huit points de vigilance sous forme de recommandations pour une meilleure réponse politique à cette crise. lire l’article des Echos)Il suggère d’allouer de nouveaux moyens financiers pour prendre en compte de nouveaux besoins, de renforcer la lutte contre le non-recours et les actions d’« aller-vers », et d’être attentif aux inégalités territoriales  et aux difficultés financières des associations.

Il met également l’accent sur l’importance de répondre aux besoins liés à la fracture numérique et aux difficultés dans les démarches d’accès aux droits, à la rupture éducative importante qui a eu lieu pendant de nombreux mois et aux inégalités éducatives qu’il faudra rattraper, ainsi qu’au décrochage scolaire. (Lire la note d’étape des recommandations du comité d’évaluation)

200.000 Bretons en situation de précarité énergétique : « J’avais honte de moi »

France Bleu nous apprend que selon une étude de la Fondation Abbé Pierre, 200.000 Bretons souffrent de problèmes de chauffage, d’isolation et déclarent avoir froid l’hiver. Evan Lebastard, de France Bleu Armorique  est allé à la rencontre d’Isabelle, 59 ans, aui habite à Paimpont à la frontière de l’Ille-et-Vilaine et du Morbihan.

Après avoir travaillé en usine elle fait aujourd’hui quelques ménages. Elle bénéficie du programme « SOS Taudis » de la Fondation Abbé Pierre. «  »C’est grâce à une cousine qui m’a forcée à aller voir une assistante sociale. J’étais au RSA depuis quelques temps et j’avais honte de ma situation. » Et pourtant cette décision va transformer la vie d’Isabelle. « Ils m’ont dit qu’on pouvait faire quelque chose de bien de ma maison, qu’elle était jolie de l’extérieur. »

Le plancher qui datait de 1912, posé par sa grand-mère partait en miettes. Il a définitivement été remplacé. Et enfin Isabelle a désormais une salle de bain et l’eau chaude. « Je n’ai plus besoin de mettre une grande gamelle à chauffer sur le gaz pour me laver dans la bassine« . (lire l’article de France Bleu)

Refus par le Premier ministre d’un RSA jeune : « Ils sont particulièrement frappés par la crise, c’est très surprenant », réagit le président de la Fondation Abbé Pierre

Jean Castex a écarté l’idée d’une revalorisation du RSA et de la création d’un revenu minimum pour les moins de 25 ans. Pour Christophe Robert interrogé sur France Info « les propos du Premier ministre résonnent durement parce que ça fait longtemps que l’on sait que les jeunes qui ne peuvent pas faire l’objet d’aide de la part de leur famille quand ils n’ont pas d’emploi, quand ils n’ont pas de formation, se retrouvent avec zéro euro de ressources. »

Les politiques ressortent toujours le même argument : On ne veut pas que les jeunes soient dépendant des aides publiques. « C’est insupportable, ça fait dix ans qu’on entend ça. Ce qu’on voit à la Fondation Abbé Pierre, c’est des jeunes qui ont perdu un emploi ou qui ne l’ont pas eu à la sortie de leurs études. » Au nom de la lutte contre l’assistanat on leur promet un hypothétique insertion professionnelle dans la précarité alors que certains n’ont pas le minimum pour vivre et se loger (lire l’article de France Info)

Coronavirus : Emmanuel Macron débloque une aide exceptionnelle pour les plus précaires

Pas de RSA jeune ni de revalorisation pour celles et ceux qui le perçoivent mais une aide financière limitée. Les allocataires du RSA et des APL vont bénéficier d’une « aide exceptionnelle » de 150 euros, plus 100 euros par enfant. Le journal Les Échos précise que le chef de l’Etat a refusé d’accéder à la demande de nombreuses associations mais aussi du secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, d’augmenter le RSA de 100 euros. « Nous restons dans la logique d’accompagner et de retrouver du travail », a-t-il justifié.

Isabelle Ficek, journaliste précise dans son article que le Premier ministre, Jean Castex, qui a reçu les associations de lutte contre la pauvreté, a annoncé un « acte 2 du plan pauvreté ».  Les  nouvelles mesures seront présentées samedi, à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination de la pauvreté. Elles devraient porter, entre autres, sur l’hébergement et le futur service public de l’insertion. (lire l’article des Échos)

lire aussi

 

La sélection des articles a été réalisée avec l’aide de Michelle Verrier Flandre. Merci à elle

photo : City photo created by jcompwww.freepik.com (au fait comment il fait le SDF avec le couvre feu qui lui interdit d’être dehors ?)

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.