Pour une belle rentrée, visitons la boutique de rêves fous ! Elle nous montre une voie à suivre pour les travailleurs sociaux…

Voici une invitation à ouvrir la porte d’un drôle de magasin à la vitrine vieillotte, mais tellement attirante. Les 3 citations sur la boutique de rêves fous telles que vous pouvez les découvrir sur cette photographie convient particulièrement bien au travail de l’assistant(e) social(e) mais aussi de l’éducateur et plus largement de l’ensemble des travailleurs sociaux… Voilà une belle conduite à tenir en tant que professionnel de l’aide et du soin.

Réparons les rêves brisés

Cette boutique vous propose de rencontrer le « réparateur de rêves brisés (même depuis l’enfance) ». Rêve d’une vie réussie et harmonieuse avec des parents qui s’aiment et se respectent… Rêve d’un avenir personnel et professionnel sans violences ni stress ou peur de manquer (d’argent, de reconnaissance, de travail, de santé… et j’en passe). De nombreuses personnes ont eu des rêves brisés. Certaines s’en remettent, parfois grâce à leur résilience, d’autres ne le pourront pas. Ce n’est pas leur faute, c’est ainsi. Elles doivent être aidées et soutenues.

Or que fait l’éducateur ou l’assistante sociale ? Chacun à sa manière tente de réparer ce qui a été abîmé souvent pendant l’enfance. Combien de jeunes, d’adultes ont une image d’eux-mêmes dégradée. Leurs rêves et leurs espoirs ont bien été brisés sur l’autel des conflits conjugaux, des maltraitances avérées, des abandons successifs ou des échecs répétés. Je pense à ces jeunes qui ont écumé successivement les foyers, ont épuisé les familles d’accueil, puis sont retournés en famille et qui à leur majorité finissent à la rue et se rendent compte que leur famille est aussi le service qui les a accompagné depuis tant d’années. Ils se rappellent alors tel éducateur ou telle famille d’accueil qui les a soutenu sans parfois vraiment y parvenir tellement la faille qu’ils avaient en eux était immense. Et puis il y a aussi tous ces jeunes dont on ne parle pas, tous ceux qui se sont « réparés » grâce au travail éducatif, tous ceux qui s’en sont sortis et qui ne souhaitent pas en parler… Oui, les travailleurs sociaux sont en quelque sorte des réparateurs de rêves brisés…

Apportons des graines de liberté

Comme le proclame cette boutique. Il ne s’agit pas de regarder sans cesse en arrière. Les personnes qui s’en sortent font le choix de rompre avec un passé souvent douloureux. Les travailleurs sociaux sont aussi d’une certaine façon « des fournisseurs de graines de liberté ». Je pense alors à toutes ces femmes qui ont eu le courage de refuser la violence qu’elles ont subi, souvent depuis fort longtemps. Certaines ont eu la force de venir au centre médico-social pour chercher une solution à laquelle elle ne croit pas forcément et, à ce moment-là.

Il y a une personne qui les a écoutés et leur a apporté cette graine de liberté. Des travailleurs sociaux leur ont permis de percevoir qu’une autre voie que celle de la soumission était possible. Ils leur ont permis d’entrevoir ce que pouvait être une vie future sans violences. Ils les ont orientés vers des centres spécialisés ou encore des associations suffisamment solides pour des prises en charge parfois difficiles. Car s’en sortir, ne pas retourner vers celui que l’on a aimé dans un cycle de violences parfois partagé es est bien plus difficile qu’il n’y parait. Certaines, et elles sont nombreuses, sont parvenues à ne pas s’installer dans une forme de victimisation permanente qui empêchent de s’en sortir… Bon je déborde un peu du sujet, mais il est vrai que le travailleur social  doit vraiment être en capacité de fournir ces graines de liberté, au bon moment, c’est-à-dire quand la personne est prête à la recevoir. C’est cette fois-là, précisément, que la personne s’en saisit alors qu’elle était passée de multiples fois à côté.

Soyons des artistes enthousiastes !

Je suis souvent surpris de voir comment certaines collègues gardent un moral à toute épreuve. Elles m’impressionnent. C’est la 3ᵉ promesse de ce magasin des rêves fous. Ces professionnels ont un enthousiasme qui se communique et se partage. En mettant de l’énergie dans votre propre bonne humeur, vous la communiquez à celui ou celle qui est en face de vous. C’est bien une production locale. Artistique, sans doute aussi, car il faut savoir développer des trésors d’ingéniosité pour trouver des réponses adaptées à la situation de chacun. En toute authenticité.

Parce que face à la personne qui va mal et qui fait appel à vous, il n’y a pas d’histoires à se raconter. La personne sait bien si votre réaction est authentique et si elle ne l’est pas, la défiance s’installe vite. Il s’agit donc d’être avec l’autre en toute simplicité, mais avec un moral d’acier qui donne à voir des perspectives positives. Le sourire, l’attention à l’autre et la bienveillance sont des moteurs puissants pour aider et accompagner.

L’enthousiasme mesuré, la foi dans l’autre et dans ses compétences, rend espoir, fait un bien fou à celui qui vient sans perspective. Certes, c’est fatiguant, notamment en fin de journée. Mais vous êtes comme dans une arène. Votre mission est de redonner à voir des solutions, des issues positives, des perspectives agréables, un avenir désirable.

C’est comme cela aussi que les personnes bougent. Elles ont envie d’y croire, font parfois semblant puis finalement se laissent convaincre qu’elles peuvent s’en sortir et avoir leur part de bonheur. Oui finalement l’enthousiasme de qualité artistique me plaît bien comme définition de ce qu’il faut avoir pour exercer sa profession d’assistant social ou d’éducateur. Je pense aussi aux conseillères qui apportent souvent des possibilités de sortie de crises. Elles aident à sortir de l’angoisse de l’expulsion ou encore de la venue de l’huissier. Elles ont, elles aussi, besoin d’un certain enthousiasme face à certaines situations budgétaires parfois très délabrées…

Alors cette boutique des rêves fous a-t-elle un intérêt ? J’ai la faiblesse de le croire en cette rentrée 2022 quand je pense aux interventions quotidiennes des travailleurs sociaux.

 

Note : Je ne suis pas parvenu à retrouver l’origine de cette photo issue à l’origine d’une cordonnerie située à Bourges. Son auteur a modifié en janvier 2015 la devanture en l’appelant la boutique de rêves fous…

J’ai « réactualisé » cet article que j’avais publié le 31 mai 2016. Je n’ai pas pu m’empêcher de vous le proposer à nouveau aujourd’hui en ces temps de « sobriété ». C’est quoi, allons à l’essentiel !

Partager

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

26e journées d'étude et de formation :

"Aux risques des protections
des enfanceS"

du 14 au 16 novembre 2022 à Paris 13e

%d blogueurs aiment cette page :