Personnes âgées : Les 4 formes de maltraitance observées dans les établissements…

La maltraitance des personnes âgées est une réalité que rencontrent de plus en plus les travailleurs sociaux. Aujourd’hui encore, trop d’adultes vulnérables en sont victimes. De nombreuses situations sont insuffisamment révélées pour y apporter un traitement adapté. Organisée chaque année le 15 juin, une journée mondiale contre cette maltraitance particulière tente de sensibiliser l’opinion publique sur un phénomène assez caché et encore tabou. C’est un sujet qui avait pourtant été traité  dans les années 90 par le Conseil de l’Europe qui a proposé une définition et une classification de cette réalité. 

En fait entre 5 et 15% des personnes de plus de 65 ans seraient victimes de violences. Le taux augmente avec l’âge, il passe à 20% pour les plus de 80 ans.

Le Conseil de l’Europe apporte la définition suivante  de la maltraitance.  il s’agit  de « Tout acte ou omission commis dans le cadre de la famille par un de ses membres, lequel porte atteinte à la vie, à l’intégrité corporelle ou psychique, ou à la liberté d’un autre membre de la famille ou qui compromet gravement le développement de sa personnalité et/ou nuit à sa sécurité financière. ».

Cette définition est restrictive car elle ne s’intéresse qu’au milieu familial sans évoquer d’autres violences comme par exemple celles qui surviennent dans les institutions, tels les foyers logement, les maisons de retraites et autres établissements médicalisés.

Monique Mallier, ancienne directrice d’un service de soins infirmiers dans un centre hospitalier en Mayenne, avait mené une enquête en 1997 afin de cerner le phénomène et tenter de l’analyser. Son étude portait sur 10 établissements de quelques 7 institutions publiques au sein d’un même département. 128 professionnels travaillant dans ces structures avaient pu être interrogés. Cette étude est un peu ancienne certes mais il reste utile d’en prendre connaissance

4 formes de violences observables dans les établissements ont été identifiées par Monique Mallier :

– La violence morale va du manque d’écoute au non-respect de l’intimité en passant par l’infantilisation, le chantage ou encore l’indifférence. Le manque d’écoute, le non-respect des rythmes de vie et les ordres sans tenir compte de l’avis de la personne sont les 3 premières causes des violences morales qui ont été recensées.

– Les violences par excès et négligences passives ou actives entrent dans la seconde catégorie. Parmi celles ci la « non prise en compte des capacités » sont le plus souvent dénoncées. (45 %). Viennent ensuite le manque d’aide à la marche (44 %). L’absence de communication.

– Les violences physiques sont également recensées : 30 % des personnes enquêtées considèrent que les toilettes sont imposées de façon intempestive. Les excès d’administrations de calmants sont dénoncés à hauteur de 22 %. Viennent ensuite les coups (ecchymoses) (9 %) et… les sévices sexuels. (2 %).

– La violence matérielle et architecturale est la 4ème et dernière catégorie reprise dans cette étude. Il est là question de locaux inadaptés avec par exemple des chambres à plusieurs lits qui provoquent l’absence d’intimité.

« Les professionnels ont conscience de l’existence des violences dans nos institutions. Les plus observées sont les violences morales suivies de violences par négligence  » précise Monique MALLIER.  » La violence au quotidien n’est pas aisée à reconnaître car elle est masquée par l’habitude. Elle se présente plutôt comme la violence passive du laisser-aller « . Certains y verraient directement une conséquence des conditions de travail imposées aux personnels des établissements.

Comment respecter un rythme de vie, les aides soignant(e)s ne sont pas en nombre suffisant. L’administration de calmants par exemple n’est-elle pas une réponse facile permettant de gérer à moindre frais une pénurie de moyens humains ?…. Bref, les institutions ont à s’interroger sur les conditions matérielles en moyens humains, de soins, mais aussi d’écoute…

D’ailleurs, si l’on se réfère à cette étude la violence peut aussi être liée aux politiques de recrutement des établissements, à des défauts d’organisation ou encore de manque de compétence des personnels qui ne sont pas suffisamment formés

Ainsi 25 % des professionnels enquêtés sur les 10 établissements de référence n’avaient pas choisi de travailler auprès des personnes âgées, 26 % désiraient aller travailler ailleurs au moment de l’étude.

Il est par ailleurs reconnu que l’organisation par tâche et la multiplicité des intervenants accentuent les phénomènes d’agressivité. Les personnes âgées (tout comme les autres personnes) supportent mal à avoir à faire à de multiples intervenants qui font irruption dans leur espace quotidien de façon rapide, utilitaire où le contact se réduit à quelques mots superficiels. Là aussi il serait utile de pouvoir prendre du temps…

Sans avoir à culpabiliser, les personnels doivent pouvoir s’interroger, ils reconnaissent eux-mêmes que leur travail n’est pas valorisant ( 36 % ) ( 53 % pour les longs séjours ). L’absence de projet de vie ne donne pas de sens au travail pour 45 % des salariés enquêtés . Enfin signalons que 11 % des professionnels n’ont reçu aucune formation, et, toujours dans ce même cadre d’étude, seulement 4 % ont été formés à la relation. Mais cette étude remonte à plus de 10 ans et les  données ont sans doute évolué. Quoi qu’il en soit une certitude demeure : non formé, le salarié peut se sentir plus fréquemment en danger et mal supporter une forme de pression psychologique. Il s’en défendra alors avec les moyens dont il dispose…

Pour aller plus loin sachez aussi que 10.000 personnes âgées meurent en moyenne chaque année victimes de chutes à la maison ou dans l’établissement qui les accueille. Ce chiffre est à comparer avec les 4000 tués par an dans les accidents de la route en France. La canicule et les épidémies de grippe sont par ailleurs des facteurs déclenchant des décès dans le grand âge. Aujourd’hui, les décès se concentrent de plus en plus aux âges élevés (autour de 80 ans actuellement). C’est tout à fait logique. Les plus de 90 ans qui, en France, sont environ au nombre de 500 000 aujourd’hui devraient être près de 3 500 000 en 2050. Certes la mort est un phénomène naturel. C’est sans doute pourquoi les morts silencieuses de nos anciens, parfois délaissés, sont peu prise en considération.

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

2 réponses

  1. Bonjour,moi je vient par la présente, vous demander de bien vouloir m accorder Votre aide, pout savoir pourquoi je dois souffrir, je suis un homme âgé de 63ans handicapé a plus de 80pour cent, depuis plus d’un ans je vie entre m3nace ,intimidation, et harcèlement, le plus qui me fait mal c’est que j’ai déposer deux plaintes avec certificat médicale, j’ai écrit à madame la ministre de la santé, j’ai écrit à monsieur le maire, ainsi que monsieur le préfet, je n’est reçu aucune aide,à part cela j’ai voulus redeposer une plainte, le policier qui s’occupe de ma situation, ma repondus par sms, pour me dire que je n’est plus le droit de redeposer de plainte, je suis à la merci ,de personne qui me font du mal,j’ai mis des cadenas à mes fenêtres, ils sont ,on ma interdit de sortir dans mon balcon,par leurs actes ,on ma brûlé mon parasol, ils jettes tous les dèchets ménagers dans mon dans balcon,et même les excréments humain, je suis mal,ainsi que mon épouse,on et traité comme des animaux,même un animal ne suporteras ce que nous subissons,en la personne qui vie aux dessus de chez nous ,nous mes la pression, elle nous demande de partir,car elle n’est pas contente de ma démarche, et de mes plaintes,sont qui a 18ans ,me crache dessus, et les autres enfant,jettes tous sur moi,ainsi que les adultes, j’habite aux rez de chaussé, et devant mon logement trafic de drogue, et consomation,je ne peut plus subir ,et je n’aime pas que l’on me menace,cela m’inquiète beaucoups, je vous demande s’y vous pouvez m’aider, ou me guidé dans ma démarche merci beaucoups.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d bloggers like this: