Paris ouvre des mairies aux SDF / Des assistantes sociales face à des conditions de travail dégradées / Le service social CAF13 à la peine

Paris va ouvrir des mairies, dont l’Hôtel de Ville, aux SDF

Voilà une décision qui va sans doute faire réagir celles et ceux qui supportent mal les étrangers car eux aussi dorment à la rue, certains avec des enfants. En février, près de 3 000 sans-domicile avaient été dénombrés dans les rues de la capitale lors d’un recensement inédit organisé par la municipalité, sur fond d’une querelle de chiffres entre le gouvernement et les associations.  Pour ce faire, accueillir ceux qui dorment à la rue, la maire de la capitale, qui lance au passage un appel aux entreprises pour mettre leurs locaux inoccupés à disposition des plus démunis, compte utiliser des bâtiments vacants et des lieux municipaux en fonctionnement. «Plusieurs mairies d’arrondissement – de gauche comme de droite – ont accepté d’ouvrir des places d’hébergement dans leurs locaux. (…) Dans le même élan, j’ai tenu à créer une halte de nuit dédiée aux femmes dans l’Hôtel de Ville de Paris » qui ouvrira fin novembre, affirme-t-elle. (lire l’article du Monde)

Neuilly-sur-Marne : les assistantes sociales ne supportent plus leurs conditions de travail

42 assistantes sociales et secrétaires n’en peuvent plus de leurs conditions d’hébergement. Les services sociaux départementaux ont dû quitter en urgence la clinique désaffectée où ils étaient hébergés. Depuis les conditions se sont détériorées. «On se retrouve à six dans un bureau de trois, il n’y a aucune confidentialité ». « nous sommes quasiment injoignables au téléphone… Ah si, le conseil départemental nous a offert un forfait d’une heure par mois avec 2 gigas de données », se lamente Natacha. (lire l’article du Parisien)

Le  Service social de la CAF 13 est à la peine. Pourrait-il à terme disparaitre ?

C’est la question que pose la CGT qui dénonce une diminution des moyens pour les allocataires. Le service social de la Caf des Bouches du Rhône (environ 150 personnes) subit depuis maintenant plus de 2 ans une réorganisation de ses missions et une restructuration de ses effectifs : un tiers à minima de son effectif (n’est ) ne sera plus remplacés d’ici à 2020 2021. La profession la plus concernée étant celle d’assistante de service social. Cela entre dans un plan national de baisse des effectifs des personnels des CAF. Le syndicat diffuse actuellement un tract en direction des allocataires :  » Vous avez constaté », écrit-il  « la fermeture de nombreux points d’accueil remettant en cause votre accès aux droits ; Les retards dans le traitement et le paiement de vos droits ; La mise en place du tout numérique qui remet en cause la relation humaine à votre caisse ; une plate-forme téléphonique payante, encombrée remettant en cause votre accès aux droits » et bien après les services administratifs c’est au tour du service social d’être contraint de diminuer son offre de service….

Menaces sur le juge d’instance au contact des plus fragilisés

Des expulsions locatives aux dettes impayées, le juge d’instance tranche tous les petits litiges civils du quotidien et cristallise les craintes des opposants au projet de réforme de la justice, dont l’examen débute mardi devant le Sénat.  La peur d’un « avalement » de ces juridictions de proximité par les tribunaux de grande instance (TGI) et la disparition à terme des « juges des pauvres » demeurent, malgré des amendements au texte gouvernemental et l’assurance du maintien de tous les lieux de justice et d’un statut pour ces magistrats spécialisés. Tutelles, surendettement, baux d’habitation et droit de la consommation : les quelque 700 juges d’instance de France statuent sur des affaires civiles très variées, portant sur des demandes inférieures à 10.000 euros. (à lire dans le journal La Croix)

et aussi  :

Retraites : les dix piliers du nouveau régime universel

le journal les Echos explique en détail point par point ce qui est dans les cartons : 1. Un système universel par répartition et par points, 2. Un espace pour la capitalisation pour les hauts revenus, 3. Toute la carrière est prise en compte, 4. Des adaptations pour les indépendants, 5. Les primes des fonctionnaires prises en compte, 6. Des droits familiaux dès le premier enfant, 7. Une pension minimum, 8. Un âge minimum avec prise en compte de la pénibilité, 9. Les droits acquis préservés lors de la transition et 10.  Des règles d’or pour le pilotage. (le détail de ces points dans l’article à lire ici)

 

Photo : l’hôtel de ville de Paris (Wikipédia)

Revue de presse et sélection des articles réalisée avec l’aide de Michelle Verrier Flandre

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :