Nuit debout : le travail social entre dans la danse.. Quand le social finance les banques .. Mineurs étrangers, rien pour eux ?

  • Nuit debout : le travail social entre dans la danse. A deux pas de la place de la République, la première assemblée générale de « Travail social debout »se tient dans la salle Eugène Varlin de la Bourse du travail.
  • Quand le social finance les banques et les multinationales. Trois arguments sont mis en avant pour promouvoir les SIB :- Dans une période de pénurie d’argent public, faire appel au privé est une solution innovante ; – La puissance publique ne prend aucun risque car les investisseurs ne sont payés que si les objectifs sont atteints ;- à terme, le contribuable fait des économies. Tous sont fallacieux.
  • A Nantes, les associations au secours des mineurs étrangers isolés. (Un reportage photo publié sur le site du Monde). « Les mineurs se retrouvent souvent en situation d’attente. S’ils ont la chance d’être hébergés, leurs journées se résument à dormir, manger, se rendre à des rendez-vous dans l’espoir d’une régularisation. À Nantes, un réseau associatif se démène pour leur venir en aide.

et aussi

 

photo : Thomas Bresson Nuit Debout Paris, place de la République. L’intégralité de son reportage est visible ici

 

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :