1928 ! l’acte de naissance de la première association internationale de travail social

Tout ou presque a débuté à Paris du 2 au 13 juillet 1928. C’était à l’occasion de la première conférence internationale du travail social. Plusieurs congressistes, d’Angleterre, de France, de Scandinavie, de Suisse et de Tchécoslovaquie se sont mis d’accord pour convoquer une réunion en vue de constituer une association internationale de travailleurs sociaux. Une belle idée évidemment puisqu’il s’agissait d’unir au delà les frontières les travailleurs sociaux de plusieurs pays. Les statuts provisoires de ce qui s’appelait le secrétariat permanent international des travailleurs sociaux ont été votés le 13 juillet 1932 lors de la deuxième conférence internationale du travail social qui s’est tenue à Francfort-sur-le-Main du 10 au 14 juillet de la même année. Il y avait là des représentants. de Belgique, Tchécoslovaquie, France, Allemagne, Grande-Bretagne, Suède, Suisse et États-Unis.

Les organisations de travailleurs sociaux de ces 8 pays étaient les membres fondateurs de L’International Permanent Secretary of Social workers (IPSSW). Les statuts provisoires étaient divisés en deux chapitres, l’un sur la composition et l’autre sur les objectifs de l’association. Il était prévu à l’époque que les associations professionnelles pouvaient adhérer mais que, pour les pays qui n’avaient pas d’associations professionnelles, il était possible de faire adhérer des groupements ou des associations qui traitaient des questions sociales comme des structures d’accueil d’enfants.  Des directeurs d’usines, les assistants industriels, etc.  étaient  également admis. Les travailleurs sociaux pouvaient aussi être représentés par des personnalités individuelles. Une seule organisation de chaque pays pouvait devenir membre, à moins que des raisons particulières ne justifient l’admission de plusieurs organisations d’un même pays.

L’admission d’une organisation autre que celle appartenant aux fondateurs dépendait du consentement des pays fondateurs.  Dans les pays dotés de minorités nationales ainsi que dans ceux qui ne possèdent pas d’organisation centrale, plusieurs groupes pouvaient devenir membres. L’admission de nouvelles organisations ne pouvait avoir lieu qu’après consultation des associations à l’origine du secrétariat permanent.

L’objectif du Secrétariat international portait principalement sur le partage et l’échange d’expériences concernant tous les domaines du travail social. Un travail social entendu au sens large du terme. Le second objectif consistait à construire  des références communes notamment sur les « bonnes pratiques » du travail social dans les différents pays. Enfin il s’agissait aussi d’organiser des échange de périodiques et autres publications issues des organisations nationales de travailleurs sociaux. Bref le partage de savoirs et d’expériences étaient une des priorités des fondateurs.
Le premier siège de l’IPSSW était à Berlin, mais a été transféré à Genève lorsque Hitler est arrivé au pouvoir en Allemagne. En 1934, il a été transféré à Prague, où il est resté jusqu’en 1948, lorsque la situation politique en Tchécoslovaquie l’a empêché de maintenir ce type d’activité. Entre 1938 et 1946, le secrétariat n’a pas pu fonctionner en raison de l’occupation allemande. La troisième Conférence Internationale sur le Travail Social, la dernière avant la guerre, s’était tenue à Londres en 1936, mais la quatrième conférence prévue à Prague en 1940 n’a jamais eu lieu.
Il était prévu en 1948, de déplacer l’activité aux États-Unis. Cependant, il avait été décidé que les activités du Secrétariat seraient limitées en tant que branche de la Conférence internationale du travail social. L’objectif fut alors de former un nouvel organe international spécifiquement pour les travailleurs sociaux professionnels

Un accord a été trouvé pour créer un nouvel organe, à condition que sept associations nationales en deviennent membres. Cela s’est décidé lors de la cinquième Conférence sociale internationale sur le travail social à Paris en 1950. (la quatrième s’était tenue à Atlantic City et à New York en 1948) .

Cet objectif a été atteint en 1956. La Fédération internationale des travailleurs sociaux a été créée cette année là à Munich. Un nouveau secrétariat a été établi à New York, partageait le même bureau que l’Association américaine des travailleurs sociaux. Tom Johannessen ancien secrétaire général de l’IFSW explique qu’il n’a pas trouvé d’archives sur les activités de l’IPSSW dans la période d’avant guerre, mais précise-t-il, On peut lire dans la correspondance (en anglais, français, allemand et partiellement en tchèque) que, outre l’activité d’organiser la conférence, l’IPSSW cherchait activement à nouer des contacts avec des organisations de travailleurs sociaux dans différents pays du monde afin d’élargir sa composition.  Ses membres  participaient à des visites d’étude et tentait de porter  assistance et informations aux travailleurs sociaux qui souhaitaient travailler à l’étranger. La correspondance montre qu’il y avait aussi des échanges  sur ce qu’est et ce qui n’est pas le travail social professionnel. A noter aussi parmi d’autres éléments, une étude transnationale sur le travail social  des femmes officiers de police.

 

Tom Johannesen, secrétaire général, IFSW Oslo, Norvège, le 16 juillet 1999 / Beim, Suisse, le 20 novembre 2000

Note : J’ai retrouvé dans des archives un texte rédigé en anglais de Tom Johannessen ancien secrétaire général de la Fédération Internationale du Travail Social. Nous avions échangé à l’époque où j’étais président de l’ANAS. Un homme chaleureux, passionné et passionnant.

 

Photo : Diapo du film « mauvaise graine » de Billy Wilder et et et Alexandre Esway sorti en 1934 avec Danielle Darrieux star française de l’époque. photo issue des archives de Francomac cinéphile averti (merci à lui!)

 

Note : j’avais initialement publié cette note le 16 octobre 2018

 

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.