Le mouvement de grève ce mardi dans les établissements de personnes âgées dépendantes révèle des situations catastrophiques

  • Dans les Ehpad la situation est explosive : Les personnels des maisons de retraite médicalisées sont mobilisés aujourd’hui contre des conditions de travail dégradées qui se transforment en «maltraitance institutionnelle». C’est un mouvement historique. Faute de moyens, les établissements tournent en sous-effectifs. Les personnels sont sous pression. Et, en bout de chaîne, les résidents, personnes âgées souvent très dépendantes, souffrent. À l’hôpital aussi la colère monte. La ministre Agnès Buzyn affronte une colère croissante sur plusieurs fronts sociaux. Au-delà des maisons de retraites, les hôpitaux sont une véritable « cocotte-minute ». Sur internet, le mot-clé #balancetonhosto reflète l’exaspération. Les suicides de soignants se succèdent, dramatiquement. Les mouvements se multiplient dans les services, comme aux urgences de l’hôpital Lyon-Sud, en grève illimitée, dont les personnels viendront grossir les rangs des salariés des Ehpad aujourd’hui.
  • « Nous sommes à bout »: la souffrance des soignants en Ehpad : Effectifs insuffisants, métier physiquement et moralement éprouvant: les soignants des Ehpad sont en grève ce mardi. Ils dénoncent la dégradation de leurs conditions de travail. « Parfois il y a des pleurs, des énervements ». Valérie* est infirmière depuis dix ans dans un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) dans l’Herault. « Nous sommes à bout, en souffrance », confie à L’Express celle qui travaille « la tête dans le guidon, en courant partout ».
  • Grève des Ehpad: le désarroi des familles face à la maltraitance de leurs aînés :  Des familles de résidents d’Ehpad soutiennent la grève inédite de ce mardi. Elles dénoncent les répercussions de mauvaises conditions de travail sur la vie de leurs aînés. « Ils ont économisé toute leur vie pour se payer cette dernière demeure. Mais il ne faut pas considérer que leur vie s’est arrêtée pour autant, car dans le terme ‘fin de vie’, il y a le mot ‘vie’. » Début décembre, Frédéric Pommier, auteur et journaliste à France Inter, a raconté dans une chronique les maltraitances que sa grand-mère a subies dans son établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad).
  • En Ehpad, les dilemmes quotidiens des soignants :  Regard sociologique sur les dilemmes auxquels sont confrontés les soignants au quotidien, entre augmentation des cadences et respect de la dignité humaine.

  • Personnels et directeurs d’Ehpad unis pour une mobilisation inédite : L’octroi jeudi d’une nouvelle enveloppe de 50 millions d’euros par le gouvernement n’a pas convaincu. «Nous devons effectuer 12 à 15 toilettes par matinée, a témoigné Sandrine Ossart, aide-soignante dans un Ehpad de Nantes et militante CGT, le premier syndicat du secteur, jeudi, lors d’une conférence de presse. Pour le lever, l’habillage et la mise au fauteuil, nous avons dix minutes. A l’école, il nous en fallait quarante. On sert les aliments mixés parce que ça va plus vite. Les résidents ne sortent plus. Ils font leurs besoins dans leurs protections parce qu’on n’a pas le temps de les accompagner aux toilettes.»
  • EHPAD en grève : Autant de cynisme à l’égard des personnes âgées est insupportable. Pourquoi les directeurs d’établissements soutiennent-ils l’appel à la grève ? P. Champvert : « Cette grève concerne l’ensemble des organisations syndicales qui sont unanimes. Je crois que dans le secteur, il s’agit vraiment d’une première. Elle a aussi reçu le soutien de l’ensemble des organisations de retraités, de familles notamment France Alzheimer. Au fond, le constat que nous faisons tous, personnes âgées, familles, professionnels, directeurs, c’est celui d’un pays qui accompagne mal les personnes âgées que ce soit à domicile ou en établissement. »
  • La grève dans les Ehpad est aussi l’expression d’un ras-le-bol des normes : Si les obligations en termes de qualité sont nécessaires, la multiplication des normes a généré des contraintes devenues aujourd’hui ingérables pour les structures médico-sociales, notamment parce qu’elles sont inspirées de celles de l’hôpital, alors que les problématiques sont différentes et les moyens alloués sans commune mesure. L’Ehpad est un lieu de vie autant qu’un lieu de soins. Et on ne peut normer la vie comme on norme le soin.
  • Les premier(e)s de cordée en EHPAD : Osons le pari ! Que 2018 soit l’année charnière quant à la prise en charge des vieillards en situation de grande dépendance.

 

Rubrique réalisée avec la participation de Michelle Verrier Flandre

Photo : Pixabay

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :