Michel Pouzol, ancien député : « Pourquoi nous détestent-ils, nous les pauvres ? »

L’ancien Député Michel Pouzol fut par le passé éducateur spécialisé puis a exercé différents métiers tels que journaliste, acteur et figurant ainsi que vendeur et animateur d’équipe à la FNAC. Il fut aussi allocataire du RMI et a vécu une situation très dure avec la perte de son logement. Il témoigne aujourd’hui pour lutter contre ce qu’il appelle la « Pauvrophobie » dans un documentaire issue d’une série intitulée « pourquoi nous détestent-il ? » En 2002, Il  a connu avec son épouse et leurs trois enfants, la grande précarité vivant dans un habitat insalubre à la lisière d’un bois.  Il a écrit sur sa peur de rencontrer des travailleurs sociaux susceptibles disait-il de lui retirer ses enfants.

Il avait été invité en 2014 aux journées d’études de l’ANAS qui se tenaient à Nantes : Il nous avait parlé des épreuves endurées et de son comportement de « petit animal apeuré qui aboie », refusant de recevoir, lui aussi, le moindre professionnel dans le cabanon qu’il occupait avec sa femme et ses enfants. Lui aussi jetait au panier les courriers sans les ouvrir, les soupçonnant d’être porteurs de mauvaises nouvelles. Rapportant le travail accompli par l’assistante sociale qui avait su prendre le temps nécessaire de le laisser lui et sa femme cheminer, il lui avait rendu hommage en affirmant qu’elle avait accompli là bien plus que son travail. Son témoignage nous avait tous ému.

Il en avait écrit un livre qui avait fait sensation.  » Député pour que ça change : du RMI à l’assemblée« . Il avait aussi eu droit à des reportages sur ce sujet.  Puis il a été battu dès le premier tour lors des élections législatives de 2017. Alors qu’en 2012  il était passé du RMI à la fonction de député, il s’est retrouve de nouveau au chômage.

Michel Pouzol vient de témoigner dans la série documentaire intitulée « pourquoi nous détestent-ils ? »  un documentaire qui combat la « pauvrophobie ». Cette série  tente aussi de démonter des clichés sur l’homophobie, l’assistance ou encore la situation des femmes. « Avec la saison 2, nous passons aux fractures sociétales : les femmes, les homosexuels et les pauvres » précise le producteur de la série Alexandre Amiel.

Michel Pouzol ne se retrouve pas à la case départ, tant sa vie est riche de rencontres, d’expériences. Mais quand même. Il a repris son bâton de pèlerin pour défendre ce qu’il a été : « un pauvre ». Une pauvreté économique tant la richesse humaine de Michel Puzol transparait dans ses propos. Il était l’invité dans l’émission C à vous : écoutez-le

Plusieurs journaux lui donnent la parole

Libération : «Pourquoi nous détestent-ils ?» s’attaque à la «pauvrophobie». Derrière ce mot rugueux, une réalité grandissante : la stigmatisation des personnes en situation de pauvreté ou de précarité, dans une société où la dénonciation de «l’assistanat» est un fond de sauce porteur. Et la mise à l’index de ces pauvres qui «profitent» du système, un refrain de plus en plus commun.

Le Monde TV :  « Pourquoi nous détestent-ils, nous les pauvres ? »   Au vif de l’émotion, ce père de famille, qui s’est battu pour faire vivre les siens, revient sur son parcours, non seulement pour lutter contre les idées reçues – celle de l’assistanat étant la plus prégnante –, mais aussi mettre en évidence le travail des associations.

Le parisien : Essonne : l’ex-député Michel Pouzol combat la « pauvrophobie » dans un documentaire . «Comme tous les pauvres, je suis un assisté, je ruine la France. Pourquoi travailler quand je peux rester tranquille sur mon canapé à toucher les allocs ?» Les images sont aussi « choc » que les propos : Michel Pouzol joue aux jeux vidéo tout en buvant de la bière qu’il renverse sur son tee-shirt.

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Une réponse

  1. çà me parle énormément en raison de mon métier (assistante sociale en entreprise) retraitée en Belgique. Le problème est similaire partout. Merci à vous d’éveiller les esprits ……..pour que la pauvreté ne soit pas considérée comme une tare.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :