Méthodologie de l’intervention en travail social : Cristina De Robertis vous présente la nouvelle édition 2018 !

Ahh la Méthodologie de l’intervention en travail social ! Des générations d’étudiants et de travailleurs sociaux possèdent  ce livre. Ce n’est pas sans raison. Nous pouvons considérer qu’il s’agit là de l’ouvrage de référence  pour toutes celles et ceux qui interviennent de façon professionnelle auprès des personnes et des familles. Ce livre a été traduit en plusieurs langues. 3 auteurs en sont à l’origine : Cristina de Robertis, Henri Pascal et Françoise Lesimple.  La nouvelle édition 2018 qui vient de paraître est l’occasion  de poser quelques questions  à Cristina de Robertis. Nous sommes sommes restés en contact grâce à l’ANAS ainsi qu’aux presses de l’EHESPP  et sa collection « politiques et interventions sociales ». C’est donc l’occasion ici de parler de son livre mais aussi de  partager avec vous son  point de vue sur les évolutions actuelles du travail social…

Bonjour Cristina, qu’est ce qui a changé dans ce nouvel ouvrage par rapport au précédent ?

Ce livre était épuisé depuis un an, l’ancien éditeur ayant décidé de ne plus le réimprimer. De ce fait, et compte tenu qu’il était toujours très demandé, les Presses de l’EHESP m’ont proposé de le rééditer. Les transformations les plus importantes apportées à ce livre ont été effectués lors de l’édition de 2007, pour laquelle il a, en effet, été entièrement réécrit et remanié, plusieurs chapitres ajoutés ou transformés.  C’est pourquoi la mise à jour actuelle a été plus légère : un chapitre a été enlevé (intervention auprès des institutions) car il nécessite d’importants travaux pour sa mise à jour. Nous avons ensuite tenu compte des évolutions de certaines terminologies en faisant référence aux politiques sociales actuelles et leurs dispositifs. Nous avons ajouté des exemples de pratiques à partir de témoignages plus récents.  Toutes les références bibliographiques et les citations ont aussi été actualisées. Bref, un travail assez important de retouche sans pour autant affecter l’essentiel.

Quels sont les invariants, ce qui reste essentiel pour tout travailleur social ?

Ce livre fait le pari de la professionnalité. Il présente une démarche d’intervention en travail social construite et organisée qui montre non seulement que l’on peut mettre des mots sur ce qu’on fait, mais encore que le travail social ne s’improvise pas, qu’il ne suffit pas de bonne volonté ou de bonnes intentions – dont on sait que l’enfer en est pavé – mais qu’il nécessite un véritable apprentissage d’un savoir faire technique et théorique indispensables à l’action. C’est à cet objectif de formation et de réflexion que ce livre doit en grande partie son succès tant en France qu’à l’étranger.

La démarche du travailleur social est décrite en termes de méthode et aussi de processus, suivant certaines étapes que l’on peut définir et étudier séparément mais qui constituent un ensemble en interaction. Ce livre est centré sur le savoir faire et le comment faire du professionnel, toutefois il introduit aussi des savoirs théoriques et conceptuels issus des disciplines contributives au travail social (sciences sociales), mais encore des pratiques professionnelles réfléchies et systématisées. Il propose une vision générale et globale où les différentes expériences particulières et complexes de la réalité de l’action peuvent se reconnaître.

La professionnalité se construit avec la compétence acquise que l’on va continuer de développer tout au long de la vie. Elle prend ses fondements sur un socle de valeurs humanistes et républicaines tels que transposées dans le Code de Déontologie des assistant(e)s de service social. Cela implique un travail de réflexion sur soi, et d’analyse permanente de son action.

Un invariant qui me semble essentiel est la capacité à travailler avec l’autre, en résonance avec la personne, en proximité, mettant toutes ses compétences et savoirs à son service.

Quel regard as tu aujourd’hui sur le travail social et les pratiques professionnelles dont tu as connaissance ?

Aujourd’hui la situation est difficile, car la condition des personnes accompagnées par les travailleurs sociaux s’est bien dégradée du fait de la fin de la période de croissance économique, la détérioration du marché de l’emploi, l’augmentation du chômage et de la précarité. Le capitalisme post industriel mondialisé a procédé à une restructuration du marché international et une financiarisation de l’économie ayant comme conséquences sociales un nombre plus important de personnes vulnérables et défavorisées.

Dans ce contexte, les politiques sociales de protection créant des droits universels pour tous les citoyens ont été progressivement remplacées par des politiques sociales d’activation, se proposant d’un côté de stimuler la motivation des personnes en difficulté et leur entourage et de l’autre mobiliser les ressources de proximité en vue de l’inclusion et l’emploi.

De manière concomitante, les institutions et services embauchant des travailleurs sociaux ont instauré des logiques organisationnelles issues du management industriel. Cela se traduit par des restructurations fréquentes, une rationalisation du travail, des précisions et directives sur des modalités techniques, des budgets contraints et de l’austérité.

Le social est alors très malmené tant du côté de la souffrance des personnes accompagnées que des injonctions institutionnelles à faire mieux avec moins.

Même si ce n’est pas une consolation, rappelons que le social n’est pas le seul concerné, voir la situation des hôpitaux, de l’école primaire et secondaire, des divers services destinés aux personnes handicapées ou dépendantes (Ehpad, Esat), des entreprises d’insertion, tous sont soumis aux mêmes contraintes budgétaires et de rationalisation administrative.

Dans ce contexte global difficile, de nombreux professionnels travailleurs sociaux font face avec détermination et créativité. Leur participation aux actions de développement social, leur implication dans des interventions sociales d’intérêt collectif, et leur constant accueil et orientation des personnes et familles en difficulté pour faire valoir leurs droits, leur mobilisation du réseau partenarial local, le montre très nettement. De nombreux témoignages de ce dynamisme existent, certains sont diffusés et publiés, notamment dans la Revue Française de Service social qui, numéro après numéro, donne la parole aux professionnels.

Merci Cristina et à bientôt !

Méthodologie de l’intervention en service social à vous procurer ici…

« Les étudiants et praticiens du travail social (re)découvriront ici un véritable manuel de formation professionnelle, initialement destiné aux futurs assistants de service social, mais dont l’audience s’est depuis élargie à d’autres formations en travail social. Ils y trouveront un outil d’analyse et de réflexion proposant des repères pour une plus grande aisance pratique, et un cadre conceptuel général pour penser leur savoir-faire professionnel » .

méthodologie de lintervention en travail social

  • Nombre de pages : 300
  • ISBN : 978-2-8109-0684-0
  • Date de parution : juin 2018
  • Notre sélection : Nouveauté
  • Format : 16 x 24 cm

 

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d bloggers like this: