Maltraitance dans le Pas-de-Calais : est-ce vraiment « la maison de l’horreur » ?

Deux enfants de deux et cinq ans « attachés à des chaises hautes, pour qu’ils ne bougent pas », dans un « état d’hygiène déplorable ». C’est ce que des policiers ont découvert le 30 août en pénétrant dans un logement de Noyelles-sous-Lens (Pas-de-Calais), selon les informations données lundi 5 septembre par le parquet de Béthune. France Info, par la voix de la journaliste Violaine Jaussent tente de tirer au clair le vrai du faux les informations concernant cette affaire de maltraitance alors que les réactions se multiplient sur les réseaux sociaux. Plusieurs médias ont parlé de maison de l’horreur. Ils mettent implicitement en cause les services sociaux en s’appuyant sur les propos de l’ainé de la fratrie. Les internautes ont pris le relai.

« On a affaire à des manquements certains, des manques d’hygiène, des carences éducatives », a souligné le procureur de la République Thierry Dran. Il a toutefois tenu à nuancer : « On n’a pas d’enfants couverts d’excréments comme j’ai pu le lire partout ». Le qualificatif de « maison de l’horreur », vu dans la presse, est, pour lui, « tout à fait exagéré ». Or c’est le terme utilisé par l’ainé, Bryan, 21 ans, qui a donné l’alerte et a porté plainte contre ses parents. Celui-ci estime que « La justice ne répond pas une nouvelle fois, présent », lors de son témoignage, en larmes, sur BFMTV, il se dit « choqué » par les propos du procureur. Un témoignage publié sans recul ni analyse qui provoque une nouvelle fois de multiples critiques des institutions et des professionnels qui vont devoir s’expliquer.

Une secrétaire d’État qui met en cause les services de l’État et du Département d’un manque de coordination

À l’issue de l’intervention des services de police, « les enfants mineurs de la fratrie ont été placés » a expliqué dans les détails la secrétaire d’État chargée de l’Enfance, Charlotte Caubel. Elle explique que la famille était « connue » des services sociaux depuis un premier signalement en 2013. Elle « était suivie par un certain nombre d’acteurs depuis plusieurs années ». Elle aaussi pointé du doigt des « défaillances » dans la « coordination et l’échange d’information » entre les services. Bref, une nouvelle fois, les services sociaux sont accusés de ne pas se coordonner, cette fois-ci par leur propre ministre. Pas moins de 3 enquêtes administratives (Enfance, Éducation Nationale, Justice)  ont été lancées pour savoir comment les suivis ont été menés.

Que penser aussi des propos de Charlotte Caubel qui explique que les faits se sont déroulés dans le Pas-de-Calais dans un « territoire très particulier, avec un certain nombre de familles en situation difficile, de pauvreté » ? La maltraitance n’est pas l’apanage des pauvres. Si cela l’était, cela se saurait. La chasse aux coupables est lancée. Non pas la famille et ses proches, mais auprès des acteurs de terrain qui se voient accusés de ne pas avoir agi rapidement. Ce scénario n’est malheureusement pas vraiment nouveau. Selon le parquet de Béthune, les parents auteurs des sévices à répétition encourent jusqu’à trois ans de prison et 30.000 euros d’amende. Verra-t-on des professionnels passer du statut de témoin à celui d’accusé ? La secrétaire d’État pourrait aller faire un stage de découverte « des horreurs » auxquelles les professionnels de l’ASE sont souvent confrontés afin de mieux comprendre dans quelles conditions ils interviennent dans les familles.

On va opposer les magistrats aux services sociaux, aux associations de protection de l’enfance parce que le système a failli », estime Rodolphe Constantino, l’avocat de l’association Enfance et Partage, dont les propos restent mesurés et prudents sur BFMTV. Il rappelle au passage  un manque de moyens pour la justice et les services sociaux. Et sur ce sujet, on ne peut lui donner tort.

Lire à ce sujet :

 

 

La sélection des articles a été réalisée avec l’aide de Michelle Verrier Flandre

photo : pexels

 

Partager

Articles liés :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

26e journées d'étude et de formation :

"Aux risques des protections
des enfanceS"

du 14 au 16 novembre 2022 à Paris 13e

%d blogueurs aiment cette page :