Lutte contre l’exclusion : l’ANSA crée un labo pour « l’inclusion numérique »

J’ai participé mardi dernier, à l’invitation de l’Agence Nouvelle des Solidarités Actives, à la première rencontre du « labo numérique ANSA ». Il s’agit d’une initiative menée en partenariat avec l’Agence du Numérique, plus particulièrement son Pôle « société numérique ». Ce laboratoire  vise à   réunir des acteurs pluriels engagés dans la lutte contre la pauvreté. Son objectif, à l’issue de quelques 3 à 4 rencontres en plénière, (et un travail d’approfondissement mené par l’ANSA entre les rencontres), est de construire une vision actualisée et partagée des réponses à apporter pour ’une société numérique inclusive, qui n’exclue pas notamment les personnes les plus fragiles. Il s’agit aussi d’identifier ensemble les leviers et modalités concrètes pour répondre à cette volonté partagée. Vous l’avez compris le défi est de taille.  Il est apparu essentiel pour l’ANSA que les acteurs du travail social participent à une telle démarche et contribuent, au travers de leurs pratiques, mais aussi de leurs questionnements, à cette vision commune…

Vous le savez, un mouvement de fond sans précédent est en train de bouleverser les pratiques des institutions, des administrations mais aussi des entreprises. Ce mouvement conduit à traiter par le numérique la quasi totalité des informations et des échanges entre les citoyens et les administrations et les services. Le traitement de ces données via des algorithmes permettant d’accéder ou non à un droit peut nous interroger. Aujourd’hui, celles et ceux qui ne maîtrisent pas les outils informatiques peuvent voir leurs prestations suspendues ou supprimées ou ne pas pouvoir accéder à des services qui les concernent. Bref, il s’agit de tenter de prendre à bras le corps cette réalité. Une réalité qui concerne de près tous les travailleurs sociaux qui, justement, interviennent pour l’accès aux Droits des personnes les plus fragiles.

Internet nous apporte aussi beaucoup pour nous informer, accéder à des services, communiquer, échanger… De multiples possibilités nouvelles apparaissent sans que les pratiques soient pensées pour les personnes les plus en difficulté. D’autres disparaissent faute d’avoir trouvé un public ou répondu à un réel besoin. Tout va vite, (trop vite) et il est nécessaire de créer des lieux de réflexion, d’analyse sur les moyens à engager pour que notre société « numérique » ne provoque pas de nouvelles exclusions. La parole et le point de vue des personnes concernées sont également essentiels. Quelques données permettent de mesurer l’ampleur du travail à engager.

15% des Français n’ont pas Internet à domicile. 20% de la population qui dispose d’une connexion ne se sent pas à l’aise pour l’utiliser. 40% des Français se disent inquiets à l’idée de réaliser des démarches administratives en ligne. Cela n’est pas sans conséquences à l’heure où l’accès aux droits passe par l’utilisation de plates formes numériques.

Revenons sur le labo de l’ANSA : L’idée initiale consiste à créer une « communauté d’acteurs » qui pourra  construire les éléments d’un plaidoyer en direction des pouvoirs publics. Il s’agira aussi de promouvoir les pratiques intéressantes et pertinentes qui contribuent à l’inclusion.. et non à l’exclusion des personnes les plus fragiles. Dans une logique de recherche action associant praticiens et chercheurs L’ANSA pourra éventuellement, si vous êtes dans cette dynamique, venir sur les territoires appuyer votre action en apportant des outils de méthodologie nécessaires au recueil d’expériences et de pratiques qui permettent une meilleure inclusion et apportent des solutions.

Ainsi lors de cette première séance, nous avons travaillé en petits groupes à partir de situations présentés sur des fiches comme celles-ci :

fiches situations

Il s’agissait de repérer les risques d’exclusions. Les réponses existantes et celles qu’il faudrait développer qui seront travaillées dans une séance suivante. Certes cette méthode ne résoudra pas toutes les situations rencontrées mais c’est une première approche intéressante  qu’il est utile de partager.

Si vous souhaitez en savoir un peu plus ou si vous vous sentez concerné(e) par cette initiative et le contenu de ce vous pouvez m’envoyer un message ( d.dubasque(@)gmail.com) (pensez enlever les parenthèses atour de @. Elles ne sont là que pour éviter que des robots captent mon adresse mail pour m’envoyer des messages publicitaires que je ne souhaite pas recevoir) 

 

Photo : La présentation du Labo numérique de l’ANSA avec de gauche à droite : Orianne Ledroit  responsable du programme société numérique de l’agence du numérique, François Enaud président de l’ANSA, Michèle Pasteur Directrice ANSA.

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Articles liés :

Une réponse

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :